Paysans et capitalisme

Depuis l’automne le monde agricole bout en Europe. Ces derniers jours ou semaines : en France.

Il faut dire qu’ils ont de quoi. Taux de suicide record, métiers dangereux, que ce soit par mort directe ou induite, pauvreté, retraites minables, mépris social.

Ces derniers jours, ils ont décidé de bouger, sous la houlette nuisible de syndicats nuisibles, mais ils bougent. Et le gouvernement, lui, ne bouge pas. Il n’envoie pas de flics les massacrer mais il ne donne rien non plus, en tout cas rien de substantiel qui pourrait soulager la vie de nos camarades.

Le mouvement, c’est probable, va se durcir et il est indispensable de le soutenir. La première raison est que ces gens, pour leur immense majorité, sont des camarades. Ce sont des ouvriers de la terre, de l’eau et des bêtes. Ils transforment des matières premières en produits comestibles comme d’autres ouvriers transforment de la bauxite en aluminium. Dans des conditions dures et, souvent, en étant à la merci de capitalistes qui, eux, ne font rien. Contrairement aux raffineurs ou aux métallurgistes, ils transforment par contre le vivant et non la matière inerte. Cela les expose à une responsabilité particulière et devrait leur garantir un statut particulier et surtout la solidarité de la société toute entière.

Les demandes des syndicats majoritaires, FNSEA en tête, sont des horreurs (affaiblissement des normes notamment). Leurs représentants sont de grands propriétaires fonciers qui n’ont jamais mis un pied dans un champ. Ils sont d’ailleurs les premiers promoteurs des bassines, du maintien du glyphosate et de tout ce qui permet de maintenir, non les conditions de vie des travailleurs, mais leur marge, c’est à dire leur rente.

Du côté de la confédération paysanne, on demande des prix planchers, la fin du libre échange débridé et un revenu garanti. C’est effectivement la moindre des choses, la seule qu’on peut raisonnablement espérer obtenir. Pour cela, il faudra cependant aller plus loin que les préfectures et les autoroutes car on le sait : le macronisme ne lâche rien. En cette matière comme en toute autre, il ne lâchera rien sinon un affaiblissement de normes phytosanitaires pour satisfaire quelques grands industriels et renvoyer tout le monde à la niche.

Les choses se sont d’ailleurs toujours passées comme ça mais il est possible que cette fois il en aille autrement. Que la base agricole déborde ses syndicats majoritaires et arrête de demander mais exige. Et qu’elle exige beaucoup.

On peut alors se prendre à rêver à une jonction entre mouvement ouvrier et monde agricole. La probabilité est ténue, c’est le moins qu’on puisse dire, mais déjà des camions et des taxis rejoignent les paysans. Et si, demain? ouvriers, salariés, intérimaires, rajoutaient leurs désirs à ceux des agriculteurs ? Leurs colère à la leur ? Et que les forces se joignent ? Beaucoup de choses seraient possibles dans un mouvement de cet ordre. Tellement de choses qu’on peut imaginer le meilleur.

Bien sûr, il faut d’abord évacuer la question de l’extrême droite, très présente dans le milieu agricole. La question de la droite tout court aussi d’ailleurs, encore plus présente. L’extrême, à mon avis, n’y est très majoritairement que par dégagisme forcené. La droite parce que c’est le lot des indépendants. Quand on survit tout seul, on pense que c’est le lot de chacun. Qu’on en a bien mérité et que, semblablement à un bizutage, tout le monde doit passer par là pour pouvoir être un vrai bonhomme. Cette question qui se posait déjà au moment des gilets jaunes ne doit pas en être une. Purger les capitalistes et les racistes sincères est une tâche assez simple à mener quand elle n’est pas à l’échelle nationale : il suffit de les déborder par le nombre et celui-ci est de notre côté. Il suffit surtout de les déborder en comptant sur la raison commune, comme nous l’ont montré les gilets jaunes dès le 2 décembre 2018 : quand les gens se parlent entre eux, ils produisent du bon. Ce n’est que rances et seuls que les gens s’adonnent au pire.

Ensuite, il faut amener quelque chose. Déjà, des prix planchers, un salaire, une retraite, la sauvegarde des terres, des machines et des bêtes. Ces choses là peuvent se faire par la loi, avec un rapport de force solide d’un mouvement paysan soutenu largement contre un pouvoir ne tenant que par sa police. C’est difficile, presqu’impossible tant le macronisme ne lâche rien, mais ce serait déjà tant.

Et puis on peut imaginer la suite : le travail de la terre libéré du capital.

Depuis toujours, le capitalisme n’a eu de cesse d’exproprier les paysans pour s’approprier les terres et les communs pour les envoyer à l’usine. En Angleterre, en France, aux États-Unis à Madagascar ou toutes les nations colonisées, en Chine, partout, le capitalisme exproprie pour s’approprier. C’est un mouvement originel et ontologique de ce mode de production, dont les paysans ont toujours été les premières victimes et quelques rentiers les seuls bénéficiaires.

Pourquoi ne pas envisager de confier la terre à ceux qui la travaillent ? D’abolir la propriété foncière ? De distribuer les terres des grands propriétaires ? Pourquoi ne pas imaginer que les paysans s’organisent par filière et bassin versant ? Avec des fermes qui ne peuvent pas trop grossir sous peine de remembrement ? Qui s’organiseraient en coopératives puis en confédérations afin de contrôler la distribution, les achats, les prix, les salaires ? Qu’ils soient en relation avec des coopératives ouvrières à même de produire et réparer leurs machines ? Que toutes ces structures soient unies par des mécanismes de solidarité et de redistribution ? Que les paysans soient souverains au service du peuple ? Qu’ils ne se tuent pas en tuant l’écosystème, parce qu’ils n’y seraient pas contraints par des mécanismes criminels de marché et de concurrence ? Qu’au contraire ils préservent la nature comme notre unique cadre de vie commun et source d’où jaillit toute richesse ?

Pour cela, bien sûr, il faudra beaucoup moins de FNSEA et beaucoup plus que des manifestations. Il faut la jonction de tous les exploités de ce pays (et des autres). Ils ne manquent pas : l’école est en ruine, la santé en ruines, la paysannerie en ruines, le monde ouvrier en ruines.

Que des ces ruines jaillissent des fleurs !

Comme disait Lénine : « Vive la remise de la terre aux travailleurs ! » ou encore Tout le pouvoir aux Soviets de députés ouvriers et paysans !. Comme on pourrait dire maintenant :

La terre à ceux qui la travaillent.

Réflexions sur la puissance nuisible du macronisme

Et sur les machines propres à développer cette puissance


Personne n’ignore que le macronisme peut être la cause de souffrances, qu’il possède même une grande puissance destructrice : les machines macronistes1, aujourd’hui si répandues, en sont une preuve parlante à tous les yeux.

C’est au macronisme que doivent être attribuées les grands souffrances qui frappent nos regards dans notre pays ; c’est à lui que sont dues les mutilations de manifestants, l’appauvrissement de millions de personnes, la mort à la rue de centaines d’autres, la violence de la police, la poursuite de militants syndicaux, la convocation de journalistes aux services de renseignements, la corruption généralisée, la destruction de l’école, celle de l’hôpital et des autres services publics, la précarité de tant de travailleurs ; enfin les humiliations internationales, les engagements dans des conflits impérialistes, reconnaissent aussi pour cause le macronisme.

Cet immense réservoir de nuisance ne semble pas connaître de limites, si bien que son étude est du plus haut intérêt.

Nombre d’auteurs, notamment Stefano Palombarini et Bruno Amable2 ont pu en former une étude théorique détaillée, à la fois de ses origines et de ses perspectives.

Plutôt que de mener une étude physique des phénomènes produisant le macronisme et conduisant à ses transformations, nous en avons réalisé une étude phénoménologique quant à ses manifestations physiques et la façon dont ils sont perçus par les corps des citoyens. Cette étude nous a mené à la formation de principes. La formulation de ces principes, qui nous semblent toujours vérifiés, invariants par translation dans le temps et l’espace, permettra aux militants et aux citoyens, nous l’espérons, d’avoir une base ferme et indéfectible quand il s’agira d’analyser un nouveau phénomène macroniste.

Au cours de nos six années d’observation attentive du macronisme, nous sommes arrivés à la conclusion que trois principes suffisent à résumer à la fois la nature du macronisme et ses manifestations. Tels Sadi Carnot qui, dès 18243, décrivait les principes fondamentaux de la thermodynamique sans aucune connaissance des futurs travaux de Boltzmann, nous espérons laisser une approche phénoménologique qui sera féconde, aucunement incompatible mais au contraire tout à fait complémentaire d’une approche statistique, psychanalytique4 ou philosophico-politique.

Principe zéro (ou : premier principe forme faible) : Il n’y a pas de bonne nouvelle macroniste

Le macronisme, au premier chef en la personne d’Emmanuel Macron, procède régulièrement à la production de phénomènes pouvant être interprétés naïvement comme de bonnes nouvelles. Ainsi en va-t-il de « make the planet great again », ou de l’égalité entre les femmes et les hommes déclarée grande cause nationale. Les exemples de supposés gages donnés à une cause, quelle qu’elle puisse être, qui importe à une part quelconque de l’opposition au macronisme, sont innombrables. Grande cause nationale par ci, nomination par là.
Pourtant, et c’est toujours vérifié, ces annonces ne sont jamais autre chose de mieux que des annonces. Elles font parler, certains s’en réjouissent et y voient le signe d’un « virage de gauche » ou d’un « infléchissement ».
Au mieux, elles sont de pures coquilles vides destinées à faire parler de ce vide. Ainsi en va-t-il de « make the planet great again ». Il ne s’est strictement rien passé sinon du pire (voir la forme forte de principe, détaillée ci-dessous). Ce qui seulement se passe, en général, c’est de la production de verbiage inutile chez Libération ou dans une gauche molle cherchant à rester éligible au sein de l’hémémonie macrono-fascisante, c’est-à-dire qui n’est pas de gauche du tout mais dispose encore de l’accès à la parole au niveau national.
Au pire, elles sont des paravents cherchant à masquer une réalité complètement différente de l’annonce en elle-même. Quand Macron nomme Pap Ndiaye, si beaucoup y ont cru, c’est qu’ils ne disposaient pas encore des principes détaillés ici. Noir, historien, universitaire, il a pourtant continué la destruction de l’école et de l’université avec détermination. Quand des flics rentraient dans des universités, il n’a rien dit. Quand des étudiantes se faisaient violer par des policiers, il n’a rien dit. Quand des enseignants ou des étudiants se suicidaient, il n’a rien dit. Etc. Ni surtout rien fait contre les politiques qui conduisent à ces choses. Pire, il a poursuivi ces politiques. Et cela pouvait se savoir dès la nomination.
Ce premier principe, dans sa forme faible énoncée en titre, est le plus important de tous, semblable à la conservation de l’énergie formulée par notre camarade Carnot. Quoi que puisse annoncer la macronie, ce n’est jamais une bonne nouvelle.

Premier principe (forme forte) : S’attendre au pire mais savoir que ce sera encore pire

Certes, il n’y a pas de bonne nouvelle macroniste. Cependant, ce principe s’étend à une forme forte : non seulement il faut s’attendre au pire mais savoir que ce sera encore pire.

Le macronisme en effet, et c’est une de ses caractéristiques principales, désire non seulement le pouvoir et son exercice mais également l’humiliation de l’abus de ce pouvoir. Semblable au capitaliste gorafisé5 qui désire montrer sa souveraineté sur la production jusqu’à l’absurde, c’est-à-dire jusqu’à la production de cartes panini basées sur la blockchain, le macronisme ne se contente pas d’imposer sa loi, il veut la pousser au pire.

De même que pour la forme faible de ce principe (ou principe zéro), les exemples sont nombreux. Donnons quelques exemples et laissons le lecteur compléter une liste qui, poursuivie exhaustivement, rendrait ce texte illisible tant sa longueur serait rédhibitoire.

En 2023, une pétition sur la dissolution de la BRAV-M atteint quelques centaines de milliers de signatures sur le site de l’assemblée nationale. La loi prévoyait alors son examen en commission. Il fallait évidemment s’attendre au pire : que la commission nomme une autre commission qui enterrerait le dossier. Cela aurait suffi à n’importe quel pouvoir autoritaire mais pas à la macronie. Il fallait rajouter l’humiliation à la défaite, et c’est ainsi que la pétition a été déclarée irrecevable et n’a pas été examinée.
En 2019, Anas, étudiant à Lyon, s’immole par le feu en laissant derrière lui un texte sans ambiguïté : « Aujourd’hui, je vais commettre l’irréparable, si je vise donc le bâtiment du CROUS à Lyon, ce n’est pas par hasard, je vise un lieu politique du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, et, par extension, le gouvernement. […] J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué, en créant des incertitudes sur l’avenir de tous-tes. J’accuse aussi Le Pen et les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires ». Un geste pour le moins politique, donc. Il fallait s’attendre au pire : qu’un ministre quelconque se rende à son chevet et annonce des mesures vides en enfilant des mots creux. Cela, encore, aurait été le lot de n’importe quel étudiant suicidé dans un régime autoritaire soucieux de préserver les apparences. Mais non, il fallait que la macronie rajoute l’humiliation à la douleur. Ainsi Gabriel Attal, alors secrétaire d’État, dans ses œuvres : « Il n’est jamais un acte politique que de tenter de mettre fin à ses jours ».

Deuxième principe : Prendre l’argent là où il y en a besoin mais où il n’y en a pas pour le mettre là où il n’y en a pas besoin mais où il y en a beaucoup

Forme politique française contemporaine du capitalisme néolibéral, le macronisme obéit à une seule règle de conduite : appauvrir les pauvres pour enrichir les riches. Cela était annoncé dès la campagne présidentielle de 2017 avec la suppression de l’ISF. Conformément aux principes précédents, cela était couplé avec des annonces qui n’étaient pas de bonnes nouvelles mais de purs mensonges ou des contre sens. Cela a abouti à l’appauvrissement des associations d’intérêt général (via le tarissement des dons), à la réduction de l’investissement dans les PME (qui bénéficiaient d’une niche fiscale) ainsi qu’à, naturellement, l’enrichissement des riches.

Depuis, cette politique est menée avec détermination, dans tous les segments où elle peut l’être. Ainsi en allait-il de la réforme des retraites : piller les droits des travailleurs pour financer des allègements de cotisations (dont seuls bénéficient les grands groupes). Réformer le chômage pour prendre aux gens qui avaient déjà peu et donner à des grandes entreprises qui avaient déjà trop. Conditionner le RSA pour prendre à ceux qui avaient encore moins6.

Où que l’on tourne le regard, on cherche encore une quelconque mesure de redistribution vers le « bas ». Et on ne trouvera jamais parce que le macronisme est un système de redistribution vers le « haut ». Riches, les journaux, la télé, les « intellectuels », s’occuperont de peindre la douleur de votre condition et la peine que constituent pour vous la fiscalité ou la jalousie d’un peuple détestant la réussite. Pauvres, on dressera au mieux de vous un tableau misérabiliste sans la moindre analyse causale, au pire on démolira jusqu’à votre famille si vous avez le malheur de vous plaindre trop fort.

Évadé dans une malle ? On vous accordera une interview complaisante. Fraudeur fiscal ayant déménagé ses actifs en Belgique ? Le service public vous léchera les chaussures jusqu’à ce qu’elles brillent. Boxeur gilet jaune ? On fouillera dans les moindres détails de votre vie pour vous détruire. Plus vous êtes riches en macronie et plus vous pouvez geindre et espérer qu’on s’occupe de vous. Plus vous êtes pauvres et plus vous pouvez attendre l’application du troisième principe.

Troisième principe : Tous les problèmes du macronisme se règlent avec des flics

Le macronisme règle la plupart de ses problèmes par le contrôle ou l’agitation, qui est une autre forme de contrôle. Macron lui-même se décrivait comme le « maître des horloges » et il faut lui reconnaître un certain talent en la matière. Que ce soit par l’exercice du pouvoir d’influence de media détenus par ses clients7 ou par l’émission de phrases suscitant l’agacement ou l’indignation, ou encore par l’annonce de nouvelles provoquant le débat pour décider de si elles sont bonnes (mais dont on sait désormais qu’elles sont mauvaises), le macronisme contrôle effectivement le contenu et l’agenda de la parole politique.

Pourtant, de temps en temps, cela ne suffit pas. La réalité peut être trop grosse pour se cacher derrière un mensonge de plus, fût-il gigantesque. Et cela donne les gilets jaunes, les manifestations retraites, Mayotte, les émeutes urbaines, etc. Les gens arrêtent de délibérer de la dernière parole de telle ou telle machine macroniste et se réunissent dans la rue pour dire ce qu’ils pensent et exiger leurs droits.

Dans ce cas apparaît le problème macroniste typique : on ne peut plus le contenir par le contrôle de la parole ou des horloges. Et la macronie s’en remet alors à son rempart de dernier ressort : les flics, devenus escadron de protection du pouvoir et de ses dignitaires8. Et conformément aux principes précédents, ceux-ci ont carte blanche au point que l’humiliation est toujours rajoutée au pire. A propos de manifestantes violées à Nantes, tel député posait la question au ministre Darmanin et celui-ci de rendre hommage aux policiers. A propos de la mort de Steve, Edouard Philippe assurait que l’intervention de la police n’en avait « rien à voir ». Après les premiers mutilés Gilets Jaunes, Macron les qualifiait d’homophobes antisémites. A Mayotte, privée d’eau, ravagée par la pauvreté, Darmanin envoyait « wuambushu ». A Lannion, privée d’urgences comme tant de villes du pays (et où une petite fille en était morte), encore des flics. A Sainte-Soline, où des militants réclamaient un moratoire sur l’eau : 4000 grenades et au moins deux blessés graves9. A Nanterre, où Nahel était tué par un flic : envoyer encore plus de flics tirer dans le tas10.

Conclusion : que faire ?

Forts de ces principes, il n’y a qu’une chose à faire quand le macronisme annonce quelque chose. Savoir que ce n’est pas une bonne nouvelle. Savoir que ce sera pire que le pire que vous envisagez. Savoir que l’objet est de prendre votre argent pour le donner à immensément plus riche que vous. Savoir que si vous râlez trop fort, vous aurez droit en supplément à un coup de matraque, un tir de LBD et une loi sécuritaire.

De surcroît, il faut savoir que les gens qui discutent du bien ou du mal d’une mesure macroniste ne peuvent être que de trois sortes : des naïfs, des crétins ou des traîtres. Les simples citoyens sont souvent de la première catégorie, les journalistes de la deuxième mais les politiques sont toujours de la troisième. Voir un responsable politique, après tout ça, discuter du bien-fondé d’une mesure macroniste ou en espérer quelque chose au lieu de s’y opposer frontalement est le signe immanquable qu’on a affaire à un traitre de la pire espèce : le genre qui continue de faire vivre l’illusion que les machines macronistes peuvent accomplir le bien.


1. N’importe quel député, ministre, cadre d’entreprise, directeur d’EHPAD, cadre administratif, directeur des ressources humaines ou autre personne en situation de responsabilité hiérarchique dans la société capitaliste en fournit un exemple, y compris malgré lui

2. https://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/lillusion-du-bloc-bourgeois-2/

3. https://fr.wikisource.org/wiki/R%C3%A9flexions_sur_la_puissance_motrice_du_feu

4. https://blog.mondediplo.net/sont-ils-fous

5. https://x-alternative.org/2021/09/29/capitalisme-gorafise/

6. Dans cet exemple, il faut aussi voir une application du premier principe (forme forte) : rajouter l’humiliation à l’arbitraire autoritaire, c’est-à-dire du pire rajouté au pire.

7. https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/PPA

8. https://x-alternative.org/2023/03/29/schutzstaffel/

9. https://x-alternative.org/2023/03/27/jean-jacques-sendort-s-est-dans-le-coma/

10. https://x-alternative.org/2023/07/03/il-reste-tout/

On avait dit faites mieux

Dans les horribles remugles qui secouent la France, il n’y avait pas cinquante stratégies à suivre : la clarté.

Vous avez choisi autre chose. Quoi ? D’ailleurs on ne le sait pas.

Laissez moi d’abord faire un petit tableau de la simplicité de la situation, afin que vous mesuriez mieux votre faillite.

Phase 1 (1 vient après zéro) :
Le 7 octobre 2023, le Hamas (ou plutôt sa branche armée, les brigades Al-Qassam), commet un crime épouvantable, tuant des milliers de personnes innocentes, y compris des femmes, des enfants et militants pro palestine.
Sans surprise l’indignation est générale. J’étais dans mon atelier en train de souder, à la campagne, ou alors avec des amis là bas en train de boire une bière avec le chien sur les genoux, bien loin de Paris. J’ai vu tard ce crime comme j’avais vu tard l’irruption des Gilets Jaunes de province, étant cette fois à la campagne plutôt qu’à Paris comme j’avais été à Paris plutôt que là bas. Vous êtes à Paris. Vous avez des relais partout (ou vous devriez). Vous êtes des politiques. Vous devez voir ça. Et y réagir. D’une façon proportionnée et surtout coordonnée. Mais vas-y que tout le monde y va de son tweet individuel, de son plateau. Ça vous coûtait quoi d’attendre pour réfléchir et de dire ce qu’il faut : ce sont des crimes horribles. Et il ne s’agissait pas seulement de droit international ou de théorie de la lutte décoloniale, il s’agissait de montrer de la compassion pour les victimes.

Phase 2 :
Sitôt cela, la droite, le macronisme, l’extrême droite, les media et leur cohorte d’éditorialistes, vous ont sommé de qualifier ces crimes de terrorisme. L’ami Frédéric a très bien écrit que c’était un cul de sac de la pensée, et vous avez tenu la tranchée. Il vous en sait gré, et moi aussi, et tant avec nous, de Gaza à Paris. Mais il écrit plus que ça. Le moment qui passe est celui de la « catalyse totalitaire » (pour reprendre son titre). Ne savez vous pas la valeur de ce genre de mots ? Combien de fois vous faut-il que les Cassandre aient raison pour que vous sortiez de vos petits déjeuner en face de l’assemblée, de vos taxis, de vos réunions, des vos petits groupes , de vos plateaux et de la pressurisation de vos collabs ?

Phase 3 :
La « catalyse totalitaire », ne trouvant pas en face d’elle un point d’arrêt solide, est arrivée à un point d’absurde où TOUT devient antisémite, si ce n’est carrément soutien au Hamas, sinon à ses actes du 7 octobre. Le PS (ou ses ruines fumantes), en quête de résurrection (sans doute à l’approche des européennes) et de l’invisible gauche de gouvernement déçue du macronisme (elle est à droite pour toujours), lance une idée débile : faire une grande marche contre l’antisémitisme. Qui serait contre ? Evidemment personne, c’était sans doute le calcul génial des grands stratèges du grand parti traître. Sauf que catalyse. Le RN se rallie. Panique à bord. Le parti fondé par un criminel de guerre, un ancien Waffen SS, ayant Dieu-sait combien de membres anciens (ou actuels) membres d’organisations Gudardes ou ouvertement racistes, vient à notre manif. Et voilà même que Zemmour viendra. Lui qui voulait un ministère de la remigration.

Phase 4 :
Rétro pédalage miteux, voyant à l’unisson Loiseau, Braun-Pivet, Faure, Tondelier (aka fleur au fusil), et même Ruffin dire qu’ils manifesteront sous cordon sanitaire. Quelle pitié. On imagine manifester avec la peste bubonique derrière un paravent. Après tout, elle aussi a le droit d’être contre les maladies infectieuses ! D’ailleurs les Klarsfeld ne se sont pas privés de rappeler qu’il était bon que la peste soit maintenant du côté des vivants. Autant de légitimations, non pas de l’extrême droite dédiabolisée, mais de votre forfaiture. Piégés par les actes antisémites perpétrés récemment (d’où qu’ils viennent, media et préfectures sachant garder l’ambiguïté — où sont les moldaves), piégés par l’urgence et votre incapacité à gérer l’agenda imposé par l’hegemon.

Phase 0 :
Ayant raté la phase 1 : dire clairement que les actes d’Al Qassam n’étaient pas de simples actes criminels à enregistrer dans le grand livre des horreurs humaines en guerre mais des crimes épouvantables, vous ne pouviez que très difficilement rappeler la phase 0 : tout ceci vient d’horreurs coloniales, d’une violence asymétrique sans cesse perpétuée. Depuis 1948 et le massacre de Deir Yassin, sans cesse et tout le temps se reproduit la même chose : l’expropriation, le meurtre, l’apartheid. Ce qu’au delà des horreurs le camarade Bassem Youssef décrit simplement et qui serait apparemment largement ressenti dans le monde arabe (on les comprend bien) : l’occident considère les palestiniens (et le monde arabe en général) comme des sous-hommes (« lesser beings »).

Phase 5, clarté :
Tout cela étant miteux, quelles obligations étaient les vôtres ? Une seule : la clarté, qui se résume en très peu de lignes :
– oui nous sommes résolument contre l’antisémitisme
– oui nous sommes résolument pour l’autonomie du peuple palestinien
– non nous n’irons jamais manifester avec l’extrême droite et les macronistes
– en conclusion : nous déclarons notre propre manifestation.

Rien de cela.

Cela coûte 5 minutes sur le site de la préfecture de Paris de déclarer une manifestation. Il y a même un formulaire dédié. Mais non. Il était si important d’être purs (loin des fachos — ce qu’on apprécie) que vous avez oublié votre propre intérêt et vous êtes enfermés dans une merde sans nom, prêtant le flanc à toutes les attaques du bloc macronofacho. Vous avez surtout raté une occasion politique majeure : montrer notre force et la déployer. Combien d’associations, de citoyens, des syndicats, vous ont regardé les bras ballants ?

Le vieux n’avait pas dit grand chose après le premier tour (cette fois), mais (cette fois), ses mots étaient justes : faites mieux ! Je l’avais dit à ma sauce aussi : saisissez vous des armes qu’ils nous laissent. Mais non, il aura fallu être minable. Se déchirer pitoyablement. Vous ne méritez pas notre vote.

Quand à nous autres, débarrassés de la plupart de nos représentants, que nous reste-t-il à faire ? Rien de plus simple que « faire mieux ». Si la tête est incapable, le corps doit bouger. Les Gilets Jaunes n’ont pas attendu qu’un grand mamamouchi à plumes leur dise d’aller dresser des barricades à 500km de chez eux. Ils y sont allés. Ils ont fait et se sont battus. On y était.

Faites en autant : quand les institutions pourrissent de l’ambition de leurs membres, quand elles deviennent incapables à force de jouer le jeu du pouvoir qu’elles cherchent à conquérir : remplacez les, après tout elles ne servent qu’à nuire.

A mon échelle, face à ça, j’ai déclaré une manifestation ce dimanche, à côté de chez moi, rue de la Palestine, près d’une église, en plein quartier juif. Venez. Et si ça ne vous va pas, organisez la vôtre : n’attendez pas les consignes.

Faites mieux.

Il reste tout

Préambule

Écrire sur ce sujet en ce moment, c’est dur. Dur parce qu’on ne veut pas parler pour les autres, les camarades dont je connais si peu de la condition. Parce qu’il ne s’agit pas de déformer leur pensée, leurs souffrances, leurs joies (cela reste assez universel), leur vie. Encore moins de l’interpréter, de l’extrapoler. Dur à cause de la répression qui s’abat violemment. A tous ceux qui se sentiront trahis par mes propos, pardonnez moi, corrigez moi, reprenez moi je vous en prie. Tout cela force à peser chaque mot mais je crois que le moment impose de ne pas rester silencieux.

Mort

Un jeune homme, Nahel, est mort à 17 ans. D’une balle. Pour un contrôle routier.
Tout relativisme de ce fait est inacceptable : un jeune homme est mort pour rien. Sa mère l’a perdu, ses amis l’ont perdu, il ne connaîtra plus jamais la joie, l’amour, l’ivresse, les poèmes, les chansons, le cinéma, les copains, les copines, il est sous terre à jamais. Pour un contrôle routier.

Révolte

Devant cette réalité, la jeunesse de ces quartiers (mais pas que) a décidé de tout cramer. 60 ans de police coloniale, d’état colonial, de racisme institutionnel, de mal logement, de chômage de masse, de mépris, de contrôle au faciès, de parents exploités, de services publics en ruines, tout cela a éclaté d’un coup. Il le fallait. Et dans ces cas là, la révolte ne cherche pas bien loin : faire mal.

Justesse

Dans ce « faire mal », il y a du juste et du moins juste. Comme le dit un camarade Gilet Jaune, en fait :

tout est question de justesse. Il y a un usage juste de la douceur, un usage juste de la parole et un usage juste de la violence.

Lisez attentivement le texte ci-dessus : personne ne crame jamais rien par plaisir. Ni moi, ni vous, ni eux. Les gens crament parce qu’il ne reste plus que ça. Quand on en est là, c’est le pouvoir qui impose la justesse de la violence, parce que c’est lui qui a épuisé « la douceur et la parole ». Dans le tas, il y a du moins juste voire du mauvais. S’en prendre à des camarades comme Cemil du MEDIA, à la famille d’un maire, c’est déplorable et évidemment condamnable. S’en prendre à des bibliothèques ? Victor Hugo répond et explique au dernier vers, après un large développement de la morale bourgeoise qu’on subit en permanence, les raisons du feu :

– Tu viens d’incendier la Bibliothèque ?
– Oui. J’ai mis le feu là.
– Mais c’est un crime inouï
Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
C’est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
C’est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage
Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
Une bibliothèque est un acte de foi
Des générations ténébreuses encore
Qui rendent dans la nuit témoignage à l’aurore.
Quoi! dans ce vénérable amas des vérités,
Dans ces chefs-d’oeuvre pleins de foudre et de clartés,
Dans ce tombeau des temps devenu répertoire,
Dans les siècles, dans l’homme antique, dans l’histoire,
Dans le passé, leçon qu’épelle l’avenir,
Dans ce qui commença pour ne jamais finir,
Dans les poètes! quoi, dans ce gouffre des bibles,
Dans le divin monceau des Eschyles terribles,
Des Homères, des jobs, debout sur l’horizon,
Dans Molière, Voltaire et Kant, dans la raison,
Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
De tout l’esprit humain tu fais de la fumée !
As-tu donc oublié que ton libérateur,
C’est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu’il brille et qu’il les illumine,
Il détruit l’échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d’esclave et plus de paria.
Ouvre un livre. Platon, Milton, Beccaria.
Lis ces prophètes, Dante, ou Shakespeare, ou Corneille
L’âme immense qu’ils ont en eux, en toi s’éveille ;
Ébloui, tu te sens le même homme qu’eux tous ;
Tu deviens en lisant grave, pensif et doux ;
Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croître,
Ils t’enseignent ainsi que l’aube éclaire un cloître
À mesure qu’il plonge en ton coeur plus avant,
Leur chaud rayon t’apaise et te fait plus vivant ;
Ton âme interrogée est prête à leur répondre ;
Tu te reconnais bon, puis meilleur; tu sens fondre,
Comme la neige au feu, ton orgueil, tes fureurs,
Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs !
Car la science en l’homme arrive la première.
Puis vient la liberté. Toute cette lumière,
C’est à toi comprends donc, et c’est toi qui l’éteins !
Les buts rêvés par toi sont par le livre atteints.
Le livre en ta pensée entre, il défait en elle
Les liens que l’erreur à la vérité mêle,
Car toute conscience est un noeud gordien.
Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l’ôte.
Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
Le livre est ta richesse à toi ! c’est le savoir,
Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
Le progrès, la raison dissipant tout délire.
Et tu détruis cela, toi !
– Je ne sais pas lire.

Un feu social.

Il reste tout

Dans le tas, les gens s’attaquent à des commerces. Un Apple store à Strasbourg (on pleure), des lunetiers (qui ne doivent en vendre que deux par jour pour être rentable — on pleure aussi), des magasins de luxe (Vuitton — larmes, Gucci — contorsions de douleur, etc), mais aussi des Aldi et des Lidl.
Et c’est là qu’intervient la vidéo majeure : « il reste tout ».
Une dame entre dans un Aldi, et dit :

– Ils ont cassé le magasin je suis choquée. Ils ont cassé le Aldi (j’ai failli tomber)

Le pouvoir en est resté là avec ses « journalistes », misère absolue de la pensée. Mais la vidéo continue (elle croise un jeune qui sort avec des affaires dans les bras) :

– il reste de la lessive ?

Et lui qui répond :

– ouais il reste tout

Cette fois, ce sont les fachos qui se moquent, qui raillent le gamin (noir) et la dame qui cherche sa lessive. Aucun écho médiatique. Pourtant la vidéo de « il reste tout » « contient tout ».

Nécéssité

La dame cherche de la lessive. De la lessive. Dans un Aldi.
Dans les innombrables vidéo snap, twitter et tiktok que j’ai pu voir depuis 5 jours, les gens prennent de la bouffe. Même le type qui s’en va avec son transpalette prend du papier toilette. Une autre, très fière, montre qu’elle a trouvé des crevettes. En tout, je n’ai vu qu’un seul type prendre du superflu : une débroussailleuse alors qu’il admet vivre en appartement.
Les gens prennent ce dont ils ont besoin, ce qui leur est interdit par le niveau des salaires, par le chômage, par la famille au pays, par l’inflation.
Ils prennent, mais « il reste tout ».
Les étals restent pleins, les commerces remarcheront dans une semaine, les assurances auront payé, l’état qui tue et mutile aura payé.

Structures

Il reste tout dans les étals, certes, mais il reste tout ailleurs aussi. La police est toujours là, elle est toujours raciste et violente. L’État est toujours là, raciste et violent. Le capital est toujours là, raciste et violent. Peut être faut-il, pour qu’il ne reste plus rien de cet ordre, qu’il ne reste plus rien, temporairement, chez Aldi. Limites d’un mouvement.

Limites

On sort de 5 mois de retraites. De Sainte Soline. Du covid. Du pass. D’autres retraites. Des gilets jaunes. De nuit debout. De la loi travail. Etc. Pourquoi n’a-t-on pas immédiatement soutenu ça ? C’est pourtant un réflexe de qui est de gauche : soutenir le dominé contre le dominant. Certains partis ont tenu la ligne, d’autres ont fini de s’effondrer. Certains syndicats ont fait un peu, d’autres rien. Certains media ont fait, d’autres ont nui. Dans mes camarades gilets jaunes, certains y vont, s’y battent. D’autres ont basculé dans un racisme crasse.

Fascisme

A vrai dire, l’occasion est perdue pour longtemps. Il fallait soutenir ça immédiatement. Aider à y donner un débouché politique. Montrer la solidarité du travail. Montrer que face au capital, face à Macron, nous sommes un. Mais pour l’instant c’est raté. La réputation de beaucoup d’organisations est carbonisée. J’écrivais à des amis, il y a deux jours, en leur envoyant un poste vu sur facebook titrant « je trempe toujours mes balles dans de la graisse de porc », que plus rien ne peut empêcher un fascisme 2.0.
Le pire n’est jamais certain, mais honnêtement je n’y crois plus.

Protection

J’en ai supprimé mon compte twitter. Je fais attention à ce que je dis. Cela fait longtemps que, les soirs d’action ou de déprime, je crais d’être arrêté à tout moment. Je veux limiter cette possibilité. Faites en autant. Je ne me ferai pas arrêter pour un paquet de lessive, un snap ou un tweet un peu trop tard. Protégez vous. Il reste tout. Il leur reste tout. Ils le garderont et ne céderont rien.

Hommage

Merci aux camarades de Nahel. A ses amis. A tous ceux qui se battent. Ne soyez pas sages, c’est impossible, mais ne soyez pas idiots. L’état est trop fort. Encore.

Comment le Conseil constitutionnel s’est moqué du peuple

Le Conseil Constitutionnel a rendu entre le 14 avril et le 3 mai trois décisions touchant à la réforme des retraites, sujet qui a provoqué une contestation populaire exceptionnelle et une opposition syndicale unanime. On ne peut que rester pantois devant la désinvolture avec laquelle le Conseil a traité le sujet, validant la procédure législative plus que douteuse adoptée par le gouvernement et invalidant à deux reprises les demandes parlementaires d’organisation d’un « référendum d’initiative partagée », s’opposant ainsi à ce que la décision revienne aux citoyens. Le Conseil est réputé dire le droit issu des principes constitutionnels et s’interdire d’intervenir sur l’appréciation politique des lois, domaine qui en bonne démocratie est censé relever de l’expression populaire et des élus, non d’un cercle restreint de personnalités nommées ne rendant compte de leurs décisions à personne. L’absurdité des motifs invoqués pour rejeter l’organisation d’un référendum et valider la loi réformant les retraites, le grand-écart méthodologique entre les examens des textes selon qu’ils proviennent du gouvernement ou des parlementaires d’opposition montrent combien la réalité rend surfaite l’image de la neutralité des prétendus « 9 sages ».

Le référendum d’initiative partagée doit porter sur une proposition de loi écrite par les parlementaires qui en font la demande. En l’occurrence, elle prônait le plafonnement de l’âge de la retraite à 62 ans. Le Conseil avait notamment pour mission de vérifier qu’il s’agissait bien d’une « réforme portant sur la politique économique, sociale ou environnementale de la Nation » (article 11 de la Constitution sur l’organisation de référendum). A deux reprises il a argué qu’à la date de dépôt de la demande l’âge légal de la retraite était déjà fixé à 62 ans et a fait comme si les parlementaires se bornaient à demander qu’elle soit portée à cet âge. Conclusion grotesque des « sages » : « à la date d’enregistrement de la saisine, la proposition de loi visant à affirmer que l’âge légal de départ à la retraite ne peut être fixé au-delà de 62 ans n’emporte pas de changement de l’état du droit. » Elle ne serait donc pas une réforme sociale et du coup ne répondrait pas aux conditions stipulées par la Constitution ! Pourtant si le plafonnement avait été légalement en vigueur à la date du dépôt de la demande de référendum, comment une loi de finance rectificative de la sécurité sociale aurait-elle pu porter l’âge de la retraite à 64 ans? L’état du droit n’est clairement pas le même selon que la loi stipule ou non un plafonnement de l’âge. Le Conseil a donc joué sur le mot « réforme » en lui associant l’expression de « modification de l’état de droit » qui ne figure pas pourtant dans la Constitution, en semant une grande confusion sur ce concept et en habillant le subterfuge d’un langage juridique.

Sentant peut-être la faiblesse de son argument, le Conseil a tenté de le renforcer par un autre : « en outre, dit-il, le législateur peut toujours modifier, compléter ou abroger des dispositions législatives antérieures, qu’elles résultent d’une loi votée par le Parlement ou adoptée par la voie du référendum. » Il en déduit une seconde fois que fixer un plafond pour l’âge de la retraite ne modifie pas l’état du droit puisque le Parlement peut le changer à tout moment. Mais un tel argument peut s’opposer à n’importe quelle demande de référendum d’initiative partagée quel qu’en soit le sujet ! Par ce raisonnement spécieux, le Conseil s’attribue en la matière un pouvoir de censure parfaitement discrétionnaire.

Concernant le recours en inconstitutionnalité de la loi sur les retraites, notamment de l’utilisation de la procédure de budget rectificatif de la sécurité sociale, le Conseil ne s’est pas livré à un exercice d’interprétation aussi chicaneur. Il rappelle que : « la loi de financement rectificative a pour objet de modifier en cours d’année les dispositions obligatoires de la loi de financement de l’année », ainsi que quelques autres dispositions facultatives de l’année en cours. Il est difficile de prétendre que le report de l’âge de la retraite et l’allongement de la durée de cotisations concernent le financement de l’année en cours. Mais le Conseil considère qu’aucune disposition constitutionnelle n’a interdit au gouvernement d’utiliser cette procédure pour le faire et qu’« il ne lui appartient pas de substituer son appréciation à celle du législateur à cet égard ». Il n’a pourtant pas hésité, en même temps, à se substituer au législateur en appréciant dans son coin que le plafonnement de l’âge de la retraite ne serait pas une réforme sociale …

« J’ai confiance dans la justice de mon pays » est une proclamation censée témoigner de son appartenance à la Nation via le respect des institutions. Mais peut-on encore éprouver une quelconque confiance dans le Conseil constitutionnel ? Cette question n’appelle en fait pas de réponse en termes de dispositions à prendre pour renouer la confiance. N’est-ce pas la Constitution elle-même qui est prise en défaut ? La loi fondamentale de notre pays proclame dans ses deux premiers articles que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale » dont le principe est « gouvernement du peuple, pour le peuple et par le peuple ». La réforme des retraites, loi anti-sociale, prise contre la volonté du peuple, adoptée par des procédés parfaitement antidémocratiques et pourtant déclarée conforme à la constitution à l’inverse de l’organisation de l’expression de la volonté du peuple a relégué les proclamations de principe au rang d’hypocrisie constitutionnelle. La question à l’ordre du jour n’est-elle pas de réformer la constitution qui fasse de la France, non plus la monarchie absolue de droit électoral qu’elle est devenue à la grande satisfaction des grandes fortunes, mais de façon sincère une république indivisible, laïque et sociale gouvernée par le peuple et pour le peuple ?

La lutte c’est la fête !

Demain le conseil constitutionnel rend sa décision.

Naturellement les autres institutions y sont suspendues. Intersyndicale, partis, etc. Toutes et tous attendent la décision des « sages ».

Les « sages » valident le contrôle d’identité partout à Mayotte (préalable à l’ignoble opération de Darmanin où les flics marquent des maisons) ? Ce sont des « sages ».
Les « sages » valident la détention administrative, c’est-à-dire sans jugement, dans les CRA ? Ce sont des « sages ».
Les « sages » jugent que les pénalités d’impôts d’entreprise relèvent du droit pénal et non administratif ? Ce sont des sages. Forcément, les bamboulas, on peut les foutre au gnouf sans jugement, il en va autrement des comptes fiscaux des Veolia ou de Renault. C’est ça la « sagesse ».

Quand des camarades d’ATTAC osent mettre une banderole en face du conseil, demeure des « sages », ils vont en garde à vue. C’est normal ! Ils dérangent les « sages ».

Que faudrait-il alors attendre d’une telle institution sinon le pire ?

Rien que le pire. Demain les « sages » rendront leur copie. Peu importe ce qu’elle contiendra (et à mon avis elle contiendra de quoi permettre à Macron de continuer son mandat destructeur tout en permettant aux ramollis de prétendre avoir gagné sur telle ou telle mesure annexe).

Elle contiendra surtout la faillite et la déligitimation finale des institutions. Les gens sont, pour partie, suspendus à la décision de ce qu’ils pensent être un rempart alors que ce n’est qu’une vitrine.

Le conseil constitutionnel est la vitrine légale de la suprême violence du capital. C’était le slogan de la manifestation que j’avais déclarée demain.

Interdite.

Des gens assis menacent « l’impératif de maintien de l’ordre public ». Fin de la blague. En fait pas de blague du tout, c’est tragique. On ne peut plus s’asseoir.

S’asseoir menace l’ordre public

Tout à l’heure, j’étais en manifestation avec des amis. J’étais place de la bastille. Une grenade a explosé à un mètre de moi. Je discutais avec un camarade égoutier. On devait également menacer l’ordre public. Un peu plus tard, Une charge. Des coups de boucliers. Des flics en rage. On ne faisait rien. On parlait.

Parler, c’est une menace contre l’ordre public.

Faut dire qu’on parlait debout.

On en est là, assis entre la rage et le désespoir, face à l’absurde, face au vide, mais pourtant on continue. On se heurte à nos institutions, notre entreprise, notre famille, nos amis. A leur dire ce qu’on voit, ce qu’on vit, ce que les copains vivent. Mais rien ou si peu.

Il y a deux semaines j’étais sur le piquet des raffineurs du Havre. Là bas on voit les institutions et la société à nu. Tout s’y retrouve à poil. En arrivant, des flics, en armes, devant un panneau « propriété privée ». Derrière, la méga-usine Total qui crame le climat pour le profit des actionnaires. A côté, un panneau disant qu’ils économisent du CO2, le mensonge et l’absurde. Devant : des travailleurs, menacés de réquisition (certains ont eu droit aux flics chez eux à 3h du matin devant les enfants), mais debout. Des camarades de paris, d’ailleurs. Debouts. Le rapport salarial mis à nu : travail ou matraque. Le climat mis à nu : crame l’atmosphère ou matraque. Mais aussi l’amitié et la fraternité : des profs, des étudiants, des gay, tout le monde, en amitié avec les raffineurs.

Parce qu’en fait, les plus jolis mots de cette lutte qui ne fait que commencer appartiennent aux parents de Serge :

Notre monde c’est aussi la lutte et la lutte c’est la fête

Quand on lit ces mots, ces mots de gens dont le fils est entre la vie et la mort, de gens qui ont malgré tout la force de se tenir debout, d’insuffler de la joie au milieu d’un tel malheur, que pèse la décision d’un conseil quelconque ? Aurais-je la force d’en écrire de tels si un de mes enfants était dans cet état pour ses idées ? Allez-savoir. Mais pourrais-je être ailleurs qu’avec eux ? J’ai versé un torrent de larmes à leurs mots : certainement pas.

Le conseil, les institutions, l’assemblée, les flics, c’est la mort. La mort figée d’une pourriture bourgeoise dont la moustache trempe dans la soupe.

La vie appartient à ceux qui luttent.

Aujourd’hui, la plupart de mes amis sont des amis de lutte, parce que quand on lutte, on vit. La lutte est une fête disent les parents de Serge. Qu’ils ont raison ! Même sous les lacrymo, les grenades et les charges, on fait la fête. Derrière les cordons de CRS ils meurent de nous faire mourir. Leur vie n’est rien que de la merde quand la nôtre est belle.

A la fin, ce sont toujours les belles choses qui gagnent.

Ce sont les bisous, la poésie, les caresses dans les cheveux, les mots doux au chevet d’un enfant, une berceuse… Ni la matraque ni le PIB.

Nous gagnerons ! Pour nous, pour nos enfants, pour la vie, pour la beauté du monde.

Épiphanie

Ça y est !

Après des années d’égarement, j’ai compris.

Je veux donc commencer ce billet en présentant mes excuses. Je me suis égaré, j’ai été vulgaire, inquiet (bien inutilement), j’ai passé des années à contre sens. Je me suis opposé frontalement à tout, j’ai essayé d’y encourager les autres, je suis allé soutenir tous ceux qui en faisaient autant. Quelle erreur funeste.

Je pensais naïvement que 2 et 2 faisaient quatre. J’en étais à jurer. Contre Dieu et contre la raison. Comme Dom Juan et contre le paysan miséreux.

Pas plus tard qu’il y a deux jours, je jurais encore que 2 et 2 sont quatre.

Mais depuis, des choses cruciales se sont passées qui m’ont fait entendre raison.

Entre temps, la préfète de Sainte-Soline, Gérald Darmanin, un jeune officier de gendarmerie, Eric Zemmour, Cyril Hanouna, des sources diverses en somme, m’ont expliqué les raisons qui avaient conduit à la situation autour de cette très sainte propriété privée. Les journalistes, unanimes sinon quelques gauchistes, ont développé et approfondi cette parole pour en tirer une conclusion unanime : l’État détient le monopole de la violence. Il est donc normal que l’État mette des gens dans le coma, leur arrache des pieds, des pouces ou leur crève les yeux : c’est légitime. En fait c’était simple comme bonjour. Il suffisait de se contenter de lire un dictionnaire de citation de Max Weber. Geste simple que je n’avais jamais accompli. Malheur à moi.

Entre temps, Emmanuel Macron, rempart lumineux des démocraties du monde libre, a pu s’exprimer dans les colonnes de Pif Gadget. Enfin un journal a daigné recueillir sa précieuse parole. Il s’y adresse aux enfants. J’en suis un moi aussi, si petit devant sa grandeur et la profondeur de sa pensée. J’ai compris le symbole un peu tard : il s’agissait de me rappeler ma place. Ma place, c’est au CE2. Je l’admets volontiers, moi qui ne comprends que si tard les subtilités de la politique. Moi qui me suis bêtement opposé à des choses aussi naturelles (quant on y pense sérieusement) que la vente d’Alstom, la réforme des retraites, celle du chômage, la flat tax, la fin de l’ISF, l’ARENH…

Entre temps, Marlène Schiappa s’est exprimée dans Playboy. Enfin une ex-ministre met les femmes à leur place : à poil. A poil on est libre. Exposée nue devant les regards des hommes, on réinstaure enfin un rapport d’égalité entre hommes et femmes. Celui qui regarde et celle qui est regardée. En rappelant que l’espace est isotrope et que regardant et regardée se sont que les deux extrémités d’un rayon lumineux, Marlène remet de la physique dans le débat public tout en défendant la cause des femmes. Quelle profondeur ! On n’avait pas vu ça depuis Poincaré. Quelques mauvais esprits l’accusaient de faire diversion quant à la gestion du fond Marianne… ils n’ont rien compris.

Entre temps, Olivier Dussopt a fait sienne la cause LGBT en révélant son homosexualité dans le journal Têtu. Quel courage ! J’en ai été saisi d’admiration. Faire ça en pleine réforme des retraites, réforme nécessaire s’il en est mais contestée comme jamais par un peuple de lecteurs de Pif Gadget. Faire ça quand on sait les conséquences d’un coming out sur certains jeunes gens : violence, isolement, abandon. Il a tout risqué et certains l’ont décrié. Honte à eux.

Entre temps une personne de peu de foi qualifiait notre très saint président d’ordure. Très naturellement, elle a été interpellée chez elle par des policiers n’écoutant que leur courage. Elle sera jugée en juin pour injure publique aggravée (personne dépositaire de l’autorité publique). C’est heureux et j’espère quelle sera lourdement condamnée. Où va la démocratie si les gens peuvent se mettre à insulter leurs représentants ? La démocratie, c’est d’abord le débat. Mais un débat entre ceux qui peuvent en comprendre la nature : un débat entre gens « plus égaux ».

Entre temps le préfet Nuñez, dans sa grande sagesse, a lancé une procédure contre Jean-Luc Mélenchon après les propos de celui-ci sur les courageux policiers de la BRAV-M. Ceux-ci donnent de leur temps et de leur corps pour faire respecter l’ordre. Quel ordre ? Le bon, celui de notre président. Celui du très saint capital dont on ne va pas tarder à voir enfin les effets heureux sur notre écosystème. Il va de soi qu’un magistrat s’est saisi de cette plainte bien naturelle et pour tout dire, un peu tardive.

Entre temps, des sénateurs Républicains ont déposé une proposition de loi visant à limiter le droit de grève. Finie la grève chez les raffineurs. Finie la grève dans les transports ! Enfin. Libre d’aller au Touquet déposer une gerbe devant la maison du Guide, même en période de tension sociale. Enfin !

Entre temps, Gérald Darmanin a entamé une procédure de dissolution des soulèvements de la terre. Il était temps. Ces gens s’en prennent à la propriété privée, dont il faut rappeler que c’est un droit « sacré » dans la déclaration des droits de l’Homme. C’est même le droit le plus important à vrai dire. Celui qui fonde tout le reste. Pas de liberté sans propriété dit-on.

AU bout de ces quelques jours, j’ai enfin pris conscience de la réalité. J’ai réalisé que j’étais dans le camp de la violence, celui qui se bat pour dire que 2 et 2 font quatre en croyant qu’il s’agit là d’une vérité qui vaut la peine de se battre pour elle.

Mais la vérité, qu’est-ce sinon un consensus social ? Même en sciences, les théorèmes ne valent que si la communauté s’y accorde. Et dans cette communauté, un Alain Connes ne vaut pas un prof du secondaire. Ainsi en est-il en politique. La vérité est un consensus social, et dans la société, un Emmanuel ne vaut pas un rien. C’est difficile à admettre quand on prend notre devise à contre sens, mais c’est ainsi. Deux et deux font ce qu’Emmanuel décide. Il ne s’agit pas de dire que ça fait 5, ni 4, mais peut être 12 ou 3. Ce qui compte, c’est le consensus obtenu par le débat.

Quand Emmanuel Macron débat avec Bernard Arnault, ils peuvent décider démocratiquement que ça fait 13. Qui serions-nous pour remettre ça en question ? Il nous faut l’accepter en en attendre les bénéfices qui ne tarderont pas.

Aujourd’hui j’ai enfin compris, comme une épiphanie, ce qu’est vraiment la démocratie.

Aujourd’hui j’attends de savoir demain ce que seront 2 et 2.

Dès lundi, je retourne à des activités productives émancipatrices. J’irai quand même sur des piquets, des blocages ou des manifestations pour faire éclater cette vérité aux oreilles d’un peuple manipulé par des populistes de bas étage ou des syndicalistes corporatistes.

J’irai autant que possible. Je m’épuiserai à leur porter cette parole. Je me damnerai à ce qu’ils rejoignent le camp de la raison : 2 et 2 font ce que le capital décide.

Schutzstaffel

A Sainte Soline, S. est stabilisé. On se sait pas encore s’il s’en sortira (on prie pour), il est toujours dans le coma, mais déjà il n’est pas mort. Ses parents ont communiqué : « nous sommes fiers et nous portons plainte ». Autrement dit : nous sommes debout ! M., lui, ne risque plus la mort. Un autre a perdu son œil, un ou une autre risque de le perdre. Un ou autre autre son pied. Des dizaines de blessés. Des centaines personnes traumatisées. Et les secours empêchés de venir. Et la préfecture qui ment.

A Paris, les arrestations arbitraires, les matraquages sauvages, les descentes dans des bars queer précédées de saluts nazis. A Nantes, les agressions sexuelles en commissariat. A Paris, Darmanin qui défend les flics. A Rouen, un pouce arraché. Ailleurs, un œil perdu par un cheminot. Ailleurs, 18 agrafes dans la tête d’un autre. Partout : les nasses, les reconductions au métro par des brutes armées, la peur de l’arrestation, la peur pour les amies en garde à vue, la peur de ceux qui ne donnent pas de nouvelles après 22h : sont-ils aux urgences ou au commissariat ? Quelque part, Tino, 13 ans, se prend une grenade à 1 centimètre de l’œil. Partout, l’inquiétude pour les amis grévistes, les camarades réquisitionnés. Sur les ondes : l’alternance la plus dégueulasse entre mensonge et servilité.

Alors, après les Gilets Jaunes, après les retraites 2019, après tout ça, il vient un moment où il faut chercher un mot pour décrire la force qui nous opprime. Police ? Milice ? Brutes ? On s’y perd en considérations institutionnelles et langagières. Mais là, l’histoire et la symbolique nous aident en nous donnant l’allemand :

Schutzstaffel

En français, « escadron de protection ».

Protection de quoi ?

D’abord : du chef. Espèce de milice minable peuplée d’abrutis fanatisés, leur rôle était de protéger les dignitaires. Que font une quinzaine de camions de CRS à « Savines-Le-Lac » (1100 habitants), sinon protéger Macron ? Que font ceux qui poursuivent une dame ayant écrit « ordure » sur son fil Facebook en parlant de Macron sinon protéger le chef ? Que faisaient ceux que protégeaient l’Élysée en 2018 ? Ils se sont (et nous ont) raconté qu’ils protégeaient les institutions (lesquelles sinon celles du chef ?), mais ils ne protégeaient que le chef. Escadron de protection donc. Schutzstaffel.

Ensuite, d’autre chose : d’elle même. A mesure de sa montée en puissance, la Schutzstaffel s’est autonomisée, politisée. Elle a récupéré du pouvoir, des moyens. Parallèle à faire avec les syndicats de police manifestant devant l’assemblée nationale, disant ouvertement que « l’ennemi de la police, c’est la justice », que la constitution est un problème, etc. Syndicats qui n’ont qu’à lever le petit doigt pour que leur régime spécial soit sauvé. En 2019 comme en 2023. Syndicats qui réclament des milliards et les ont dans l’heure. Demanderaient-ils 100% d’augmentation qu’ils l’auraient dans la journée. Qu’elles sont belles les voitures des flics quand les universités tombent en ruine ! Qu’ils sont beaux ces blindés Centaure quand les hôpitaux entassent les patients sur des brancards ! Et on rappelle que la France compte plus de flic par habitant que la RDA des années 60 ! Mais il en faut encore plus ! Qu’on les recrute à 4 au concours, si 6 ne suffit plus. Ça fera plus de brutes serviles dans la Schutzstaffel.

Enfin, d’encore autre chose.

L’ami Frédéric Lordon, dans son dernier blog, parle d’affrontement. Dieu! qu’il a raison. Comme toujours. Car en ce moment c’est là que nous en sommes : l’affrontement entre « les civilisés de la barbarie et les barbares de la civilisation ». Et cet affrontement ne fait que (re)commencer, cette fois avec des contraintes physiques qui le rendent mortel pour tous si les mauvais gagnent.

Aujourd’hui, il se joue d’abord sur la question des retraites, qui fédère l’opinion. Mais il en va de la santé, de la vie, de l’ensemble du corps social (mais surtout de la classe ouvrière), condamné par le chef à servir deux ans de plus simplement parce que le chef veut montrer qu’il en a une grosse. La classe ouvrière, puis les étudiants, puis tout un tas de gens, ont très vite compris et développé qu’il ne s’agissait pas que de ça mais qu’en fait le c’était le vase tout entier qui était en train de tomber de la table. Il en va des hôpitaux, des étudiants, du travail en général, du climat, des bassines, de l’écosystème, et l’école, de TOUT en fait.

Et que fait leur schutzstaffel ? Réprimer, indifféremment. Protéger le chef. Pousser ses intérêts propres.
Que fait le chef ? Se cacher, faire réprimer, cracher sur ceux qui ne sont rien (tous).

Il y a quatre ans, j’écrivais un blog à propos de la précédente réforme des retraites. J’avais déjà peur que face à la surdité du pouvoir, la tentation de l’action directe devienne plus qu’un délire de fin de soirée. Nous y allons tout droit.

La question climatique, celle de l’écosystème, ce ne sont pas des questions politiques comme les autres. Il s’agit des conditions de vie de mes enfants. Des vôtres. Des leurs. Je ne veux pas vieillir et mourir sans me dire que j’aurai tout fait pour leur éviter ce que le capital pétrolier leur prépare: un fascisme à +5 degrés. Je veux pouvoir les regarder en leur disant que j’ai essayé. Idéalement être fier d’avoir gagné. DONC, j’agis. A ma mesure. En écrivant, en militant, en manifestant, en donnant de l’argent, en allant sur des piquets comme au Havre ou Ivry.

Certains, comme à Sainte-Soline, agissent dans des proportions supérieures. D’autres ailleurs encore.

Mais quand la schutzstaffel leur réserve ce traitement, quelle option reste-t-il ? Quand elle massacre des étudiants, des syndicalistes, des passants, des touristes, des mineurs ? Quand le pouvoir affiche une telle violence, un tel mépris pour celles et ceux qui luttent pour leurs gamins, pour les gamins qui luttent pour eux et les leurs, pour tous les gens qui luttent pour la vie, que reste-t-il ?

Il ne reste que l’action directe. Nul doute qu’elle viendra, et vite. « Vengeance pour S. », ai-je lu sur un mur lors de la manifestation du 28 mars. Il faut dire qu’en l’absence de justice (trop occupée à mettre -macronordure- en prison), il ne reste que la vengeance. Face à tout ça, des gens vont basculer dans la clandestinité et passer à l’action violente. La vraie. Sabotages et pannes devraient venir vite. A titre personnel, si je n’avais pas mes enfants pour m’en empêcher, la tentation serait grande. Des néo brigades rouges.

Mais l’affrontement implique deux camps, celui de la vie (nous) et celui de la mort : le capital, ses intérêts et sa schutzstaffel. Des brigades brunes risquent bien de voir le jour. A vrai dire elles existent déjà, elles. Et elles tuent. Le pouvoir va s’enfermer dans la radicalité et la répression. Il en dépendra toujours plus de sa schutzstaffel qui ne manquera pas d’en tirer toujours plus d’avantages financiers et politiques. Il dépendra des milices secondaires en leur laissant passer quelques « errements ». C’est exactement ce qu’il s’est déjà passé. (la schutzstaffel était bien vue de la police de Weimar, ils s’habillaient bien). C’est exactement ce qui est déjà en train de se passer.

Au milieu de tout cela, d’un peuple majoritairement révolutionnaire, de bandes armées officielles ou non réprimant les militants, la bourgeoise centriste ne pourra que glisser vers le pire. Elle ne sait faire que ça. Son tas de fric est si important. Sa place sociale si méritée. Ces ouvriers si vulgaires. Comme celle des damnés, elle finira nazie.

Mais peut être, si nous sommes assez forts, si nous savons nous organiser, nous fédérer, et vaincre, finira-t-elle seulement dans les poubelles. Peut être que la schutzstaffel finira au GOULAG avec le chef. Peut être que le travail sera libéré. La vie sauvée. Nos enfants fiers de nous. Il suffit pour cela de nous donner corps et âme aux soulèvements, aux grévistes, à tous ceux qui montrent le chemin aux timides et se tiennent debout !

Jean-Jacques s’endort, S. est dans le coma

Ce soir, Jean-Jacques est fatigué.

Il est 19h30 quand il rentre enfin du bureau.

Il a dû gérer beaucoup de choses.

Il a 70 ans.

Il gère trois entreprises.

Et si ce n’était que ça.

Derrière ces sociétés, il y a des filiales dont il faut contrôler les dirigeants, piloter la stratégie, gérer les synergies. Une bonne dizaine d’entreprises qui dépendent de lui. Dont il est le capitaine, le maître. Presque le papa, lui disent ses enfants.

Car il y a ça aussi à gérer : transmettre à ses enfants ce patrimoine bâti au fil des décennies. Éviter les impôts de succession. D’ailleurs, le rendez-vous chez le notaire ? Est-ce ce mardi ou le prochain ?

Jean-Jacques demandera à sa secrétaire. Il n’a pas le temps. D’ailleurs il n’est pas très content de cette secrétaire.

Jean-Jacques pose sa veste dans l’entrée de sa maison blanche. Il en est fier de sa maison. Elle est bien placée. C’est important l’emplacement en immobilier. Il se souvient des trois règles de l’immobilier : « l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement ». Il n’a pas failli.

Jean-Jacques fait la bise à sa femme. Jean-Jacques congédie la bonne et la remercie chaleureusement.

Elle a préparé des tripes. Son plat préféré. Sa femme déteste mais c’est lui qui paye. D’ailleurs c’est lui qui paye pour tout. Les études des enfants, les vacances, l’appartement à Biarritz.

Jean-Jacques va s’ouvrir un bon vin.

Ce soir, il s’agit de célébrer !

Gérald lui a envoyé une nouvelle commande. Des grenades. Elles marchent si bien. Mais encore des soucis : il va falloir augmenter les cadences de production (les 5×8 peut être ? il demandera à son avocat en droit du travail et à son consultant). En tout cas c’est clair, les ouvriers vont râler. Pas question d’embaucher, impossible de trouver du personnel qualifié. Peut être l’intérim ?

Jean-Jacques réfléchit. Puis dévore ses tripes.

Qu’elles sont bonnes ces tripes ! Son plaisir coupable. Quand il va au restaurant avec des clients, il va au plazza, il ne peut pas commander ce genre de choses.

Les tripes font du bruit dans la bouche de Jean-Jacques. Il n’a jamais réussi à fermer la bouche quand il en mâche. C’est si bon !

A la fin du repas, Jean-Jacques souhaite une bonne nuit à sa femme. Il doit réfléchir. Encore.

Il se sert un armagnac. Sors un cigare. Va sur sa terrasse.

Il s’allonge dans un fauteuil. A l’abri de la pergola.

Il allume le cigare et goûte à l’armagnac. Il les a bien mérités.

Il se dit qu’à 70 ans, il travaille encore. 10 heures par jour. Y compris le samedi. Car Jean-Jacques est un bon chrétien. Le dimanche il va à la messe.

Il pense à tous ces troubles. Tous ces jeunes gens qui pensent déjà à leur retraite. Qui demandent 60 ans. Lui, Jean-Jacques, ça le désespère la retraite. Il voudrait travailler jusqu’à 90 ans.

Il a entendu parler de Sainte Soline. Un type s’est pris une grenade. Une des siennes. Il est entre la vie et la mort.

Jean-Jacques pense à ses affaires.

Jean-Jacques réfléchit, à la troisième gorgée d’armagnac, à comment la période sera favorable à ses affaires.

Jean-Jacques est un homme occupé, un chef d’entreprise, un créateur d’emploi. Jean-Jacques n’a pas le temps. Demain il faudra aller au bureau. Négocier les prix avec Gérald. Encore des grenades. Elles marchent si bien.

Jean-Jacques va au lit. Il ne faudra pas réveiller sa femme.

Jean-Jacques se souvient du goût des tripes.

Jean-Jacques s’endort. S. est dans le coma.

De la rage à la joie

Les choses vont vite en ce moment, assurément, trop pour qu’on suive, souvent. C’est une des caractéristiques des – potentiels – moments historiques. Qui a vu venir la décapitation au couteau du gouverneur de la Bastille ? Qui a vu venir les Gilets Jaunes ? Seulement des menteurs. Les choses se précipitent à toute vitesse quand en réalité elles sont déjà finies. Chateaubriand (pas vraiment un fameux gauchiste), disait déjà, « en 1789, la Révolution était déjà finie ». Le conventionnel des Misérables disait : « 93 ! J’attendais ce mot-là. Un nuage s’est formé pendant quinze cents ans. Au bout de quinze siècles, il a crevé. Vous faites le procès au coup de tonnerre. »
Voilà, peut-être, un coup de tonnerre. A coup sûr un phénomène électromagnétique

On se rassure en haut. Tout va bien. Mais ça c’est seulement tout en haut. Parce que même chez France Info, ça tremble. Ca documente les « violences policières » (inimaginable pendant les Gilets Jaunes, sans parler de 2005 ou d’avant). Comme toujours, les civilisés barbares (encore Victor), tremblent du genou et ne savent pas encore à quel point de violence il leur faudra pousser pour conserver leurs acquis. Des membres de prolétaires ? S’assoir sur la constitution ? Sans doute. Mitrailleuse ? Ils l’ont déjà fait (en 1871), ils le referont sans sourciller quand le temps viendra. Ils trouveront sans nul doute les ressources de faire ce qu’ils ont déjà fait. Thermidor, Commune, Chili, Nicaragua, etc.
Alors et nous ?
Chez nous, la rage est en train d’exploser, comme si l’on on nous privait d’une chose naturelle. Il faut que ça sorte, certes, mais déjà on sent l’ailleurs, la joie de l’abandon des structures oppressives

La pertinence d’un mouvement se mesure à la violence de la réaction du pouvoir.
C’est une maxime que j’ai coutume de sortir depuis les Gilets Jaunes. A l’époque, quelle violence ! Pendant les retraites 2019, quelle violence ! A cette aune, il est évident que le mouvement en cours est des plus pertinent. Marin pécheur ruisselant de sang, arrestations arbitraires, garde à vue prolongées, touristes nassés, SDF traité de « sac à merde », « ramasse tes couilles enculé » (lancé par un « ouvrier de la sécurité »), lacrymos dans le métro, matraques sur des jeunes gens, roues de motos sur des jambes d’étudiants, tortures sexistes à base de « doigts dans la chatte », etc. La pertinence est claire. On aura du mal à être plus pertinents.

La puissance de ce mouvement se mesure à sa créativité.
Autre maxime que j’ai forgée à l’époque. Eh bien à nouveau on y est. Tout le monde en grève, sabotages, tracteurs anti canon à eau, pose silencieuse du ballet de lyon, manitou à barricades, manifs sauvages, blocages, éboueurs, tout qui crame… Beaucoup de choses apparaissent, qu’on aurait pu imaginer, voire qu’on a déjà vues, mais avec une ardeur nouvelle. Et tant de neuf ! Quand est-ce qu’on a vu les étudiants avec les éboueurs ? Les syndicalistes de l’énergie avec les étudiants ? Les « bougnoules » et les « bamboulas » avec les « blancos » ? (Dédicace à Valls et Ndiaye) Les musulmans avec les cathos et les athées ? (dédicace haria) Jamais puisque jamais l’histoire ne se reproduit et qu’elle est ontologiquement « neuve ». Le social est une chose mouvante, les formes révolutionnaires aussi. 1789, la commune, 1917 ne reviendront pas. Autre chose viendra. Et vient peut-être.

Y en-a-t-il qui ne sont pas là ? Je ne compte pas mais j’ai vu tout le monde. Des lycéennes voilées de noir, des ouvriers, des ingénieurs, des profs, des chômeurs, des étudiants, des chercheurs, tout le monde est là sinon les barbares du 7ème arrondissement. Tout le monde est là sauf les ignobles bourgeois versaillais, prêts à trahir pour garder leur petit tas de fric dégueulasse, sauf les femmes dégueulasses de ces bourgeois dégueulasses. En 1912, Rosa Luxemburg disait « Et en 1871, à Paris, lorsque la Commune héroïque des travailleurs a été défaite par les mitrailleuses, les femmes bourgeoises déchaînées ont dépassé en bestialité leurs hommes dans leur revanche sanglante contre le prolétariat vaincu. ». Pas plus tard qu’hier, ce genre de personne disait aux flics « noyez les, tuez-les, jetez les dans la Seine ». Répétition, non pas de l’histoire, mais des structures sociales.

Partout ça bouge, partout. C’est maintenant qu’il faut agir. Fin du mois, fin de carrière, fin du monde. Tout à la même cause : ces bourgeois barbares prêts à faire brûler le monde pour vivre deux ans de plus en croisière Costa ou ces raclures pleines de fric qui tiennent à leur yacht. Prêts à faire fusiller pour profiter de leur retraite, de leur loyer, de leur rente. Nous ne voulons pas de ça. Nous voulons la liberté, l’égalité, la fraternité.

On me reproche parfois l’utilisation de ces magnifiques mots. Pourtant qu’ils sont beaux ! Quelle liberté sans égalité ? Quelle égalité sans fraternité ? Fraternité entendue au sens immense qu’on peut lui donner : internationalisme, solidarité, communauté, autonomie. Fraternité avec les peuples libres ! Partout on veut des LIP. De la grève générale, de la reprise en main de l’outil de production. Partout il faut sortir de l’asservissement du capital. Pourtant seuls ici on ne pourra pas. Parce qu’on pourra renverser tout ce qu’on voudra ici, si nous sommes tout seuls, nous tiendrons peu. Alors camarades marocains, chiliens, ivoiriens, etc : nous essayons un peu, vous essayez aussi. Il faut nous soutenir face aux empires, aux tyrannies, à l’empire du capital. Vivement demain !

Pour finir : quel sens à l’acrostiche ? Il me fallait un mot avec deux L. Et un joli mot. Et j’ai deux enfants petits qui adorent les sucettes. La révolution, finalement, ce sont des grands yeux dans lesquels on se noie. Une sucette au miel que papa ne donne jamais et qui finit trop vite. Le pouvoir, c’est le gros porc vendeur d’enfants de Pinocchio, c’est l’ordure de renard menteur. Sa tentative et son espoir, c’est la naïveté d’une petite créature en bois qui a bien besoin de son criquet. L’île aux enfants où l’on se perd, c’est le pandemonium. Pinocchio, c’est nous, tout mignons, crédules et gentils.
Et Gepetto lui, n’existe pas.
Les sucettes, elles, existent ! C’est le bonheur qu’on attend pour le dimanche quand on a 5 ans. Donnons-nous la nôtre.
Nous sommes bientôt maitres.
Devenons de vrais petits garçons.
De la rage, faisons de la joie.

Il est temps de goûter
Au délicat goût sucré de la liberté