La bourse, la mort, ou la vie

Cela va faire un an qu’on vit suspendus aux annonces d’Emmanuel Macron, toutes plus absurdes les unes que les autres. On attend, on espère, on déchante, on voit les morts s’empiler et les covid long s’accumuler pendant que là-haut on se félicite et on fait des calculs politiques.

Darmanin rassure Sarkozy, Poirson trahit, Philippe revient pendant que Blanquer est en dessous de tout. On regarde ce spectacle misérable d’un entre-soi minable à longueur de jours. La relocalisation, que dalle. Les hôpitaux ? On ferme des lits. Les premiers de cordée ? On impose la réforme de l’assurance chômage. Le spectacle ? On demande aux intermittents d’avoir assuré une année normale. Et ça se congratule, et les médias analysent, et les riches se font des bouffes, et puis voilà que par-dessus le marché, Le Maire nous assure que ce sont qui dénoncent qui devraient aller en prison, pas ceux qui profitent.

Comment ne pas les haïr ? Même en étant le dernier à en souffrir, on vit l’absurde en flux continu. Pas de promenade en forêt (ou à moins de dix kilomètres). Rester chez soi après 19h (déjà ce n’est plus 18), et tant pis pour aller faire des courses. Est-ce qu’à un moment ces gens se posent la question de la vie des gens, ou est-ce qu’ils sont trop occupés à leurs dîners ? On ne saura pas. Pendant ce temps, ça licencie plein pot, le capitalisme se restructure en délocalisant, les aides pleuvent en quasi-fausse monnaie, on ouvre des numéros verts, on vire en visio, on envoie des flics à tout bout de champ, et puis on leur paye le train. Ils sont tellement mauvais, tellement menteurs, tellement grotesques qu’on ne sait même plus où est le réel et où est la fiction.

Il y a de quoi vouloir en finir, n’est-ce pas ? Là-haut, dans des palais dorés et dégénérés, ça vole la vie des gens, leur revenu, leur avenir, et ça s’en moque. La bourse ? Ça fait 30 ans qu’ils la siphonnent pour remplir celle de Bernard Arnault. La mort ? Ils en sont à s’en servir comme d’un moyen électoral. Et vous verrez que bientôt, en guise de programme, ils diront qu’ils n’ont pas fait pire que les autres.

Alors parlons de la vie. Imaginons ce qu’on pourrait faire en les ayant chassés tous.

Le covid serait toujours là, bien sûr, et les difficultés économiques aussi. Mais, ayant fait le serment de ne pas quitter la salle avant d’avoir doté la France d’une constitution, les gilets jaunes ayant pris l’Élysée et l’Assemblée sont continuellement assaillis de demandes populaires qu’ils sont bien obligés de satisfaire. Organisés en convention, ils gèrent le covid et la crise comme des moyens de fédérer ce qui devient une révolution. D’un ennemi invisible on fait un ennemi extérieur, à même de fédérer le peuple.

Les gens se serrent les coudes, et les mesures difficiles, comme l’imposition extraordinaires des capitaux, n’ont pas vraiment généré de polémique. Les usines de principes actifs ont été nationalisées et les gendarmes du peloton de réquisition y sont allés la fleur au fusil. Les mesures sanitaires, toujours difficiles, sont enfin acceptées parce qu’elles émanent de la démocratie et qu’elles font la part belle aux vivants. Les restrictions de libertés sont abolies, des détenus libérés, les caméras brulées, les péages détruits, les médias saisis.
Partout, la solidarité s’organise. On porte à manger aux nécessiteux, on soutient les combattants, les soignants, les routiers, les paysans.

Universités, écoles, lycées, tournent en effectif réduits et en rotation. Les enseignants enseignent, comme ils peuvent pendant que les élèves apprennent, comme ils peuvent. Les restaurants sont partiellement ouverts mais les contrôles sont sévères. Les hôpitaux sont à nouveaux remplis des anciens infirmiers démissionnaires et on en forme encore des milliers, qui en attendant servent de petite main. Les revenus sont garantis, les licenciements interdits, les industries stratégiques sont réquisitionnées. Tout le monde un toit, un repas, de la terre, un travail.

Adieu l’UE, a dit la convention le premier jour. Et l’UE a râlé, mais que vouliez-vous qu’elle fasse ? Partout, on organise des élections, on remplace les maires, on chasse les conseillers régionaux, les intercommunalités, on installe des conseils populaires.

Bien sûr, c’est dur. Bien sûr, il faut gérer la question de l’armée, de la police, de la dette publique, des pressions internationales, mais ça, ça sera demain. Le covid est encore là, la souffrance économique aussi, mais déjà Macron et son monde sont loin. On mange, on travaille, on chante, on boit, on aime, on vit. Enfin !

Frédérique Vidal à Marseille : une visite Potemkine

Sweden, Carson City
© Gregor Sailer
Retour sur la visite de Frédérique Vidal sur le campus de Luminy à Marseille, par un universitaire souhaitant préserver son anonymat.

Ce vendredi 05 mars, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, s’est rendue sur le campus de Luminy de Marseille. L’intérêt de cette visite est en soi limité. Je vous laisse le soin d’en regarder les compte-rendus dans la presse pour vous en rendre compte. Mais ce qu’on ne peut pas voir à travers les images relayées par les médias, c’est la façon dont s’est organisée cette visite. Comme souvent, c’est ce qui se passe en coulisse qui doit retenir notre attention.

Plaçons-nous tout d’abord du point de vue des étudiants. Premièrement, la visite a eu lieu pendant les vacances des étudiants en licence, l’université étant presque déserte. Un choix de calendrier étonnant, s’il en est. Qui étaient alors ces jeunes gens regroupés en cercle autour de la ministre ? Des étudiants sélectionnés par le président de l’université lui-même. Un public choisi pour sa capacité à tenir tête à la ministre, n’en doutons pas. Deuxièmement, après la discussion avec les étudiants dans la cour intérieure, Mme Vidal a visité la bibliothèque… entre 12h45 et 13h15. C’est à dire très précisément pendant la période où les étudiants ne sont pas censés y avoir accès : pour cause de pandémie, ce dernier se fait par réservation soit sur le créneau de 8h-13h, soit sur celui de 13h30-17h. Après le choix de la date, celui de l’horaire donc.

Lorsque l’information a commencé à circuler, il a tout de même été impossible d’approcher la ministre

Plaçons nous maintenant du point de vue des personnels de l’université. Tout d’abord, personne n’a été prévenu de la visite de la ministre. Ainsi, aucun membre de l’Université, hormis son comité de direction, n’a pu envisager discuter avec celle qui, en plus de représenter leur autorité de tutelle, prétend également parler au nom de l’ensemble de la communauté universitaire. Ensuite, lorsque l’information a, bien tardivement, commencé à circuler, il a tout de même été impossible d’approcher la ministre: l’accès était interdit à toute personne non-inscrite sur « la liste » , le service d’ordre, conséquent.

Les étudiants ont des motifs légitimes de colère, […] les membres de l’Université en ont tout autant.

On avait connu le président Macron contraint à barricader des quartiers entiers lors de ses déplacements, afin d’esquiver une contestation qui s’est enflammée depuis l’apparition des Gilets Jaunes. Qu’un président de la cinquième République cristallise les colères n’est guère surprenant (quoique le niveau atteint actuellement est exceptionnel). Par contre, qu’une ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche se sente contrainte de visiter une université en catimini, s’y cachant à la fois de ses étudiants et de son personnel (pourtant loin d’être constitués de violents révolutionnaires), me semble marquer une nouvelle étape dans le discrédit général du
gouvernement actuel.

Ils ont peur, d’un étudiant de 20 ans comme d’un vieux professeur d’université.

Oui, les étudiants ont des motifs légitimes de colère, alors qu’ils sont touchés de plein fouet par une crise qui, en plus de les priver d’un parcours universitaire normal, les plonge dans une détresse psychologique et matérielle dangereuse… Oui, les membres de l’Université en ont tout autant, depuis la LPR presque unanimement refusée jusqu’à la gestion de la crise au sein d’une institution qui manquait déjà cruellement de moyens en temps normal, en passant par les propos délirants de Mme Vidal vis-à-vis de la recherche académique.

En agissant comme elle l’a fait, la ministre fuit ses responsabilités. Mais elle offre une nouvelle preuve que le bateau est en train de prendre l’eau: ils ont peur. Ils ont peur, au point de ne plus oser un contact direct avec la réalité. Ils ont peur, d’un étudiant de 20 ans comme d’un vieux professeur d’université. C’est probablement signe qu’ils ne seront pas longs à quitter le navire, quand celui-ci tanguera un peu plus.

Un universitaire.

Au revoir 2020

Ça y est, nous en avons presque fini de cette année noire. Elle ne nous aura pas épargné grand-chose et serait-il vraiment la peine de revenir sur les souffrances que nous auront imposé la pandémie et la macronie ? D’ailleurs, ni l’une ni l’autre ne s’arrêtent au calendrier. La nouvelle souche de la première se répand aussi vite que la seconde vaccine lentement. Pour les six mois à venir, on sait ce qui nous attend : une alternance de confinements et de mensonges.

Les effets économiques de la pandémie vont cependant commencer à se voir. Les faillites, retardées par les mesures de protection mises en place, vont commencer à se multiplier. Le chômage va croître, jusqu’à 12%, nous disent les modèles de l’INSEE. La pauvreté et la précarité aussi vont augmenter. Si l’on compte les plans sociaux, il va aussi falloir se mettre à compter les suicides.

2021 risque bien d’être une année encore plus noire que ne l’aura été 2020. De manière générale, le futur proche est bien sombre. Le néolibéralisme finissant n’en finira pas de mourir, et il nous fera payer chaque spasme.

Ce soir de réveillon, j’ai regardé Totoro, seul dans mon salon et j’en tire une analogie d’où est tirée l’illustration : nous sommes sous la pluie, avec maman à l’hôpital. Et ça tombe et ça tombe et papa ne rentre pas. Mais arrivent le grand lapin mystérieux et le gros chat magique à 12 pattes avec son sourire. Ils n’existent pas, bien sûr. Mais ils nous rendent heureux. Mon gros lapin grogron, mon chat-bus à 12 pattes, c’est la révolution heureuse ou le changement d’ordre dans le calme. Ils n’arriveront pas. Je n’ai plus 10 ans.

Ce qui nous attend, c’est l’accumulation du ressentiment et la mise en cause violente d’un ordre qui va devenir insupportable. Ça ne se fera pas dans la joie, ni dans la musique, ni dans le « dialogue social », mais dans la violence et c’est bien triste de devoir en arriver là. Il suffirait de si peu pour rendre les choses meilleures.

Alors je ne vous souhaite pas une bonne année 2021, parce qu’on sait qu’elle sera malheureuse, mais un avenir, qu’on espère aussi proche que possible, peuplé de musique, de chemins creux, d’enfants heureux et de travail honnête. Un avenir peuplé de rêves qu’on sait impossibles mais dont on ne décroche pas. Un avenir rempli de joie, débarrassé du froid dégoutant et de l’inhumanité de cette société comptable. Un avenir de fraternité entre les hommes et de simplicité.

La forteresse de Pandémonium

pandémonium

Dans Alien vs. Predator, alors que les protagonistes sont piégés dans une pyramide sous l’Antarctique, au milieu d’une lutte à mort entre des alien brusquement réveillés de l’hibernation et des Predator venus de l’espace pour les combattre, Alexa Woods (Sanaa Lathan) parle : « nous sommes perdus comme des rats dans un labyrinthe ».

C’est un peu l’effet qu’un engagement politique récent peut faire à quelqu’un.

La multiplicité des forces en présence donne rapidement le tournis. Il faut commencer par accepter l’idée que l’opposition gauche-droite est périmée depuis que la première est devenue ni l’une ni l’autre, c’est-à-dire l’autre. La droite, autrefois champ relativement identifiable du conservatisme, s’est retrouvée enrichie de multiples versions de centrismes, plus ou moins teintées d’écologie ou d’européisme. L’ensemble, sous l’impulsion de Macron, ayant glissé vers l’extrême-droite pendant que celle-ci, tout en conservant certaines de ses caractéristiques, glissait vers le centrisme (c’est-à-dire le capitalisme internationalisé), on a de quoi y voir flou. Il reste quand même une gauche qui s’oppose à tout le reste, à tout ce qui est devenu de droite, ou qui a glissé de plus en plus loin du centre. Bref l’affaire n’est pas si simple.

D’autant plus qu’au sein de la gauche, ou du moins de tout ce qui s’en réclame encore à peu près sincèrement, les dissensions sont multiples. On peut croire naïvement qu’il ne s’agit que de nuances entre courants marxistes, de guerres picrocholines entre chapelles trotskystes (encore faut-il découvrir tout cela au fil de l’eau), de querelles entre girondins et jacobins, entre universalistes, régionalistes, relativistes ou autres, mais les choses apparaissent rapidement plus complexes.

Querelles de personnes ou amitiés héritées d’années, voire de décennies de lutte, revirements, ruptures ou changement d’allégeances au gré des élections ou des promotions universitaires, jalousies personnelles et affaires privées structurent en profondeur un paysage qui en devient incompréhensible.

Tout cela est sans compter que tous ces courants et relations personnelles s’intersectent, non pas positivement comme les dominations (encore un sujet à s’arracher les cheveux de la tête), mais négativement, et les courants se soustraient les uns aux autres, se condamnant mutuellement à l’état groupusculaire. Les anathèmes pleuvent sur untel qui a participé à telle manifestation pendant qu’on rappelle à telle autre qu’il y a dix ans on l’a vue en photo avec je-ne-sais-qui.

Critiquer un texte n’ayant pas le moindre mot de compassion pour un prof décapité, et vous voilà vallsiste. Parce que vous savez, chez ces gens là, on a des principes, et quand on pleure, c’est dans une sorte de retraite personnelle qu’on mène seul, il n’y a pas de quoi exprimer sa peine, ni communier avec les masses qui la ressentent aussi, ça vous ferait verser inévitablement dans le camp d’en face. À la place on se drape de phrases compliquées qui ne parlent qu’à vos amis, comme une confession de protestant sur le retour.

Il a de quoi, comme les gilets jaunes le proclamaient dès novembre 2018, à demander que tout cela dégage.

D’autant plus quand certains, si ce n’est la plupart, jugent indispensable de se parer de références intellectuelles implicites, ou seulement en citant un nom (nous sommes censés savoir), légitimant un discours qui dès lors ne s’adresse plus qu’à un entre-soi bourgeois et convenu. Ne pas le faire et essayer de parler simple, c’est encore pire : vous croyez les classes populaires incapables de comprendre votre référence à Wittgenstein ou à Deleuze.

Là dedans émergent quelques lumières et toute la difficulté est de savoir les identifier et les suivre, tout en restant à distance critique. Il y a des recettes pour savoir s’il faut y aller ou non. Le discours doit s’attaquer aux structures et non aux épiphénomènes qui en découlent. Il doit rester logique et ne pas supposer que si A est d’accord (ou s’oppose à) B sur un point c’est qu’il est d’accord avec (ou s’oppose à) tout. Enfin il doit proposer un horizon émancipateur. L’alpha et l’Omega de la politique, comme de la philosophie, c’est la proposition libératrice.

La mienne consiste à revenir à des choses simples, qui parlent à tous : la République, vue comme horizon de République Sociale, la devise de Maximilien Robespierre, prise en son sens plein et exigeant. La démocratie partout et pour tous. C’est bien peu de lignes, mais ça me paraît suffire.

Il y en a qui, considérant que tout cela étant sali par une caste corrompue, veulent jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y en a d’autres qui rappellent que la république bourgeoise n’épuise pas l’idée de république et qui présentent un horizon agréable, des lendemains qui chantent : la République Sociale.

Pour l’instant, la lutte se fait entre d’une part un pouvoir salopant tout ce qu’il touche et qui s’épuise à force de mentir et d’autre part un conglomérat hétéroclite de gens sans doute pleins de bonnes intentions, mais obsédés par des lubies ou des intérêts personnels (ce qui n’est pas pour déplaire aux premiers).

Le pitch de Alien vs. Predator « quel que soit le vainqueur, nous perdons » résume la situation. D’un côté nous pourrions bien être écrasés. Ce pouvoir aux abois risque bien de devenir une dictature qui dira son nom. Mais si l’alternative, c’est d’être à la merci de faibles dont les principes varient du nihilisme à la réussite personnelle, autant partir.

Le vainqueur doit être une immense masse populaire s’appuyant sur des revendications simples et audibles par la masse : liberté, égalité, fraternité prises en leur plein sens. Ce plein sens exclut de fait beaucoup d’idées, empêche la juxtaposition et détruit l’idée d’une union sur les principes du plus grand commun dénominateur (qui serait nécessairement infime), mais propose l’idée du renoncement de chacun au profit du commun. Si nous le faisons bien, là les choses changeront pour de bon.

Maintien de l’ordre : du terrain au politique

Le 2 octobre, une conférence intitulée “Maintien de l’ordre : du terrain au politique” était organisée à notre initiative. Elle a pu avoir lieu grâce à un partenariat avec le Dissident Club, lieu d’expression des dissidents de tous pays, et avec Le Média TV qui l’a filmée. Deux intervenants étaient à l’honneur : Laurent Bigot, ancien sous-préfet et Bertrand Cavallier, général de gendarmerie ayant quitté le service actif, ancien commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier.

La conférence s’est ouverte sur une citation : « Je pardonne à celui qui a tiré, que celui-ci l’ait fait accidentellement ou intentionnellement, mais je ne peux pas pardonner à ceux qui ont donné les ordres ». Une phrase prononcée par un mutilé dans le film « Un pays qui se tient sage », de David Dufresne. Elle montre un homme qui a toutes les raisons d’en vouloir aux policiers, et qui au final n’en veut qu’à la hiérarchie.

Comment se mettent en place les ordres, justement ? En polarisant le débat, sous l’influence du pouvoir, sur la question des bavures, on prend le risque de commettre une erreur : exempter les politiques pour ne charger que les fonctionnaires sur le terrain.

Ce serait une double faute. On laisserait filer les coupables, et ces coupables ont des noms : Castaner, Nunez, Lallement, et au-delà Valls ou Sarkozy. Par ailleurs on continuerait d’enfermer la police dans un syndrome obsidional.

Ceci n’aurait pour effet que de contribuer à la cantonner à un rôle de force au service d’institutions délégitimées. On céderait ainsi à la thèse des « deux camps » du préfet Lallement. En posant la question de la hiérarchie politique et des relations de commandement, on questionne au contraire un système.

Ceci n’exonère pas les policiers de toute responsabilité individuelle mais désigne un responsable “structurel” : celui qui laisse pourrir les commissariats tout en envoyant castagner du manifestant. Manifestant qui, d’ailleurs, manifestent à cause de la politique de ce même responsable.

Nos invités étaient donc appelés à nous expliquer ces rapports de force entre commandement, syndicats, ministères, préfecture, qu’on ne voit pas souvent et qui se gardent bien de se montrer au grand jour. Cela s’articule aussi avec la nature de X-Alternative, une association de diplômés souvent au cœur d’une autre machine ultra violente : l’économie. De même que le manifestant ne voit pas Castaner mais seulement le CRS en face de lui (et inversement), l’ouvrier viré ne voit que le patron de site, et pas le milliardaire qui, en bout de chaîne actionnariale, fait pression sur toute la hiérarchie managériale pour augmenter les dividendes.

Explorer ces rapports de pouvoir, c’est rendre au peuple les moyens de compréhension des choses qui l’oppressent.

Lignes de crête

Nous sommes aujourd’hui, à nouveau, suspendus à l’annonce de monsieur Macron. A quelle sauce va-t-il nous manger ? Personne ne croît vraiment à un reconfinement global (en tout cas pas tout de suite). Le confinement des métropoles où le virus se propage hors de contrôle semble aussi peu probable, eu égard aux enjeux économiques. Apparemment, l’option privilégiée serait un couvre-feu, à 20h ou 22h selon les sources – en train de préparer l’opinion à l’électrochoc1. Quelle importance ? Les foyers épidémiques sont majoritairement détectés en milieu scolaire, universitaire ou professionnel2. En vérité, la gestion sanitaire est hors de toute logique depuis le début.

Dès le tout début, un gouvernement soucieux de l’intérêt général (encore aurait-il fallu pour cela qu’il émane de la démocratie) aurait dû importer du matériel en urgence pendant qu’il mettait en place une filière de production locale, via des réquisitions. En parallèle, et dès que la sévérité du virus a été avérée, il fallait immédiatement restreindre les déplacements internationaux, renforcer l’hôpital et la santé de ville (qui le réclamaient à corps et à cri), tout en préparant les étapes d’après en cas d’aggravation : fermeture des écoles, télétravail obligatoire, confinement.

Au lieu de tout cela, on a eu successivement droit aux affichettes dans les aéroports, le discours sur l’inutilité du masque3, l’encouragement à aller au théâtre4, la garantie que les écoles ne fermeraient pas5 avant de finalement confiner tout le pays pour deux mois.

Cinq mois plus tard, here we go again. L’épidémie repart, cette fois sur l’ensemble du territoire national. Les hôpitaux réclament des moyens, craignent l’effondrement6 mais ils ont trop peu7, et de travers, voire carrément des crachats au visage8 après les applaudissements. On a imposé le masque en extérieur plutôt que l’aération des salles, on a interdit la diffusion de musique depuis chez soi9 plutôt que contraindre au télétravail. Que dire de ces verbalisations sur les plages, à la montagne ou au fin fonds de la forêt pendant que les ministres se montrent sans masque à la télévision ?

Sans surprise, cette gestion catastrophique a été prise par beaucoup (et à raison) pour de l’incompétence. Beaucoup d’autres crient à la dictature sanitaire, et leur défiance (tout à fait justifiée) envers ce pouvoir se transforme en négation de la gravité de l’épidémie. Ils portent la contestation sur le terrain du masque, voire l’existence même du virus, tout en confiant leur destinée au mage marseillais. Qui peut leur en vouloir ? Deux ans et demi de mensonges éhontés et de gouvernement par la violence et contre la raison laissent des traces.
Emmanuel Macron, et tout l’appareil stato-oligarchique avec lui, tient en réalité une dangereuse ligne de crête.

Ils laissent filer le virus en imposant des restrictions de libertés inutiles – ou de second ordre – contre l’épidémie. En parallèle, on fait porter la responsabilité sur les citoyens10, maintenant comme avant la première vague. Le virus se propage à l’université, au travail, au lycée, dans les transports, et on en arrive à un point de saturation hospitalier (comme en mars, ou comme bientôt). Il leur faut alors se protéger de l’accusation de laisser mourir les gens, tout en préservant un ordre social bien fragile, et faire tout cela avec des moyens publics réduits. Donc on confine. Parce qu’on n’a plus le choix et que les-français-n’ont-pas-fait-attention.

D’un côté ils nous habituent aux privations de liberté, mais toujours en restant à mi-chemin entre la mesure franchement autoritaire qui soulèverait l’indignation et la juste mesure nécessaire au contrôle épidémique. On retrouve cette position depuis le début du mandat, et même dans celui de François Hollande. On lance des ballons d’essai comme la déchéance de nationalité11, et hop on fait passer l’état d’urgence. Et puis on garde l’état d’urgence dans le droit commun quelques années plus tard.

D’un autre ils cherchent – par le discours et par le discours seulement – à se protéger des accusations en donnant l’impression de faire ce qu’il faut. Ils rejettent la faute sur d’autres – l’OMS, le conseil scientifique, les citoyens – quand ça se voit un peu trop qu’ils n’ont pas agi, ou mal, ou trop tard.

Dans « La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre », Naomi Klein explique que les théories néo-libérales « corporatistes » profitent des désastres pour s’imposer. Comment ne pas voir cette crise comme une illustration parfaite ? Les plans de licenciements s’enchaînent et les horribles « accords de performance collective » les suivent. Chômage de masse et spirale déflationniste sont ce qui nous attend, garantissant la nécessité de réformes austéritaires. Bruno Le Maire mène une politique de l’offre « sans contrepartie »12 pendant que sa sbire Agnès Pannier-Runacher nous fait découvrir les « engagements réversibles »13. On n’hésite même plus à reparler de la réforme des retraites14. Tout cela, dans le choc du confinement et des privations de liberté, passe plus facilement.
Mais le néo-libéralisme macroniste est plus malin que celui de Pinochet. Le contrôle des foules ne passe pas que par la peur de l’avenir, du virus, ou en dernier recours du fusil (ou du LBD, on est en démocratie quand même). Il passe aussi par le mensonge. Souvenons-nous de Hannah Arendt :

« Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce qu’il vous plaît ».

Le mensonge, en macronie, est omniprésent. On ment pour Benalla (devant une commission parlementaire, s’il vous plaît), on ment pour la Salpêtrière, on ment pour Anas, on ment pour Steve, on ment pour tout, les médias répètent, et puis on assume. De même on ment pour le virus, tantôt il est grave, tantôt c’est une grippe. Le résultat, comme le dit Hannah Arendt, c’est qu’il faut maintenant effectuer un réel travail de recherche pour pouvoir se faire une opinion fiable à propos de quoi que ce soit. Et sur ce terrain prospèrent des anti-masques et autres Raoultistes, qui s’opposent aussi peu à Macron qu’ils s’opposent au virus, faisant donc les affaires de l’un comme de l’autre.

Tout cela ne peut être fait qu’à dessein, car on ne peut pas imaginer une telle incompétence.

Nous ne sommes pas en dictature sanitaire, mais en dictature tout court. Si l’on était en dictature sanitaire, on aurait les privations de liberté, mais à la fin on n’aurait pas les morts, ni les funérailles à la soleil vert15, ni les covid longs16, ni les réinfections17. Là nous aurons les privations de liberté18, et nul doute qu’elles passeront dans le droit commun à moyen terme (si 2022 ne change pas la donne), et nous aurons aussi les morts, en sus du chômage de masse et de la spirale déflationniste.

1. https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/ce-soir-cest-electrochoc

2. https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/287111/2756415

3. https://www.bfmtv.com/politique/sibeth-ndiaye-les-francais-ne-pourront-pas-acheter-de-masque-dans-les-pharmacies-car-ce-n-est-pas-necessaire-si-l-on-n-est-pas-malade_VN-202003170209.html

4. https://www.bfmtv.com/people/emmanuel-et-brigitte-macron-au-theatre-pour-inciter-les-francais-a-sortir-malgre-le-coronavirus_AN-202003070063.html

5. https://www.huffingtonpost.fr/entry/meme-au-stade-3-du-coronavirus-les-ecoles-ne-seront-pas-toutes-fermees_fr_5e621028c5b691b525f09931

6. https://blogs.mediapart.fr/yasmina-kettal/blog/021020/probablement-qu-y-est-l-hopital-s-effondre-0#xtor=CS7-1047

7. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-segur-de-la-sante-ne-suffit-pas-tacle-le-cardiologue-olivier-milleron_4137573.html

8. https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-le-gouvernement-ressuscite-une-medaille-de-1880-pour-les-soignants_fr_5ebbd7d7c5b6de541b0d8098

9. https://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/content/download/37285/273751/file/Arr%C3%AAt%C3%A9%202020-00770%20du%2025%20sept%20Mesures%20lutte%20contre%20Covid-19.pdf

10. https://www.huffingtonpost.fr/entry/covid-19-castex-appelle-chacun-a-y-mettre-du-sien-dans-la-sphere-privee_fr_5f83fda9c5b6e5c320009e2b

11. https://www.lci.fr/politique/decheance-de-nationalite-ce-que-francois-hollande-veut-changer-1536221.html

12. https://twitter.com/LCP/status/1315661259518488576?s=20

13. https://twitter.com/CgtBell/status/1313882561588924418

14. http://www.francesoir.fr/societe-economie/reforme-des-retraites-lelysee-souhaite-relancer-le-debat-mais-quand-et-dans-quelles

15. https://www.bfmtv.com/societe/coronavirus-le-passage-d-un-cercueil-a-rungis-facture-aux-familles-plusieurs-centaines-d-euros_AV-202004080288.html

16. https://www.lefigaro.fr/actualite-france/les-malades-du-covid-long-en-quete-de-reconnaissance-20200821

17. https://www.liberation.fr/sciences/2020/10/13/une-quinzaine-de-cas-de-reinfection-de-covid-19-reperes-dans-le-monde_1802153

18. https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/droit-de-manifester-en-france

Posez vos questions à Laurent Bigot et Bertrand Cavallier

Le 2 octobre au bar “The Dissident” (58 rue Richer, 75009 Paris), nous recevrons Laurent Bigot et Bertrand Cavallier autour du thème du maintien de l’ordre.

Comme lors de l’intervention de Frédéric Lordon, nous vous proposons de préparer quelques questions à l’avance. Si elles sont sélectionnées par les intervenants, nous les poserons lors de la soirée.

Pensez également à vous inscrire ici si vous souhaitez venir sur place.

La conférence sera filmée et la vidéo diffusée en différé.

Lettre ouverte de soutien à Éric Labaye

Cher camarade, c’est avec enthousiasme que j’ai accueilli ta nomination à la présidence de notre vénérable institution.

Tout dans ton parcours était là pour me rassurer. Déjà, jeune élève du prestigieux corps des Télécom, tu l’as courageusement quitté dès ton retour de stage aux États-Unis pour rejoindre McKinsey, un cabinet de conseil américain qui t’offrira un MBA à l’INSEAD. En partant outre-Atlantique, tu savais que tu servirais la France mieux que tu n’aurais pu le faire dans un cabinet ministériel encombré de bureaucratie ou dans un conglomérat déclinant comme la CGE, futur Alcatel-Alsthom.

Les plus pointilleux d’entre nous ont pu te reprocher de ne pas avoir fait de carrière académique, mais c’est oublier que tu as dirigé pendant 6 ans le McKinsey Global Institute, dont la mission est de « fournir aux leaders […] les faits et les idées sur lesquels baser les décisions […] ». Certes, ce n’est pas le CNRS, le MIT ou l’institut Max Planck mais quand même ! Ces mauvais esprits ont vite été remis à leur place.

On aura pu également te reprocher ta proximité avec Emmanuel Macron au sein de la commission Attali. Mais que diable, c’est dans les grands endroits que les grands esprits se rencontrent ! Monge n’a-t-il pas travaillé avec Robespierre au comité de salut public ? Brisac avec De Gaulle dans la résistance ? Tous ces tartuffes ont la mémoire courte.

Avec ton arrivée à la direction de l’école, toutes mes craintes résiduelles se sont immédiatement évanouies.

Tu as immédiatement su imposer la négociation comme moyen privilégié de règlement des conflits. Mais une négociation équilibrée suppose de discuter entre égaux. Aussi c’est avec sagesse qu’à peine deux mois après ta nomination, l’école portait plainte contre moi pour avoir rejoint les Gilets Jaunes en grande tenue. Il est étonnant que plus personne ne comprenne que chacun doit rester à sa place pour que la société fonctionne bien : les leaders avec les leaders, les losers avec les losers. Avec le recul, je te remercie chaudement.

Face au défi de la transition écologique, tu as négocié un partenariat avec HEC. Le monde d’après sera effectivement une bataille de leaders. Ce qu’il faut à la France, avant même des bons scientifiques ou de bons ingénieurs, ce sont surtout des managers capables de les attirer et de les retenir. Ce sont les compétences les plus rares et les plus chères, comme tu as pu t’en rendre compte tout au long de ta carrière dans le conseil.

Membre de droit du conseil d’administration de la fondation de l’X, tu as développé les initiatives pour financer l’indépendance de notre institution. Les start-ups sont accueillies dans un lieu propice : le Drahi – X Innovation Center. Nul doute que notre grand antique saura leur prodiguer de précieux conseils en fiscalité internationale. On peut désormais (enfin !) donner son nom à un arbre, une salle de classe, ou même à un fauteuil d’amphithéâtre. Le fauteuil Sanofi dans l’amphi Poincaré, c’est le meilleur des deux mondes. Le mariage réussi de la science et de l’entreprise.

C’est dans cet esprit que tu as ardemment défendu un de ces projets innovants, un projet de rupture même : l’installation de la direction R&D de Total en plein cœur de l’école. Les élèves se sont levés contre cette initiative mais ils sont si jeunes : ces enjeux les dépassent ! Des associations d’élèves ou d’anciens ont écrit contre ce projet, mais ce sont des groupes qui ne représentent personne. Certains de nos anciens à l’Académie des Sciences, à l’IHES, au CNRS, au Collège de France ou autres institutions poussiéreuses ont pu critiquer ce projet dans une tribune au Monde. Comme les élèves, ils sont même allés jusqu’à demander que le centre Total soit déplacé à l’extérieur du campus, près de Thalès et EDF, autant dire le tiers-monde. Comme souvent, ces scientifiques de renom planent un peu, c’est bien joli la science, mais il faut la financer.

Encore une fois, tu as su négocier habilement avec ces différentes parties, privilégiant l’écoute et le respect mutuel. C’est donc logiquement que le dernier Conseil d’Administration, prudemment réfugié dans les bâtiments centraux, ayant l’intérêt supérieur de la Nation comme seule boussole, a conclu que le bâtiment serait déplacé de 150 mètres.
Certains élèves facétieux t’ont alors écrit sur le ton de l’ironie, te reprochant à mots couverts de n’avoir écouté personne. C’est bien mal te connaître et tu as bien fait d’avoir utilisé l’autorité militaire pour mettre bon ordre à cette insolence.

Pour tout ce travail, cher camarade, sache que je te remercie du fond du cœur. Après ton mandat, l’école ressortira plus forte, plus indépendante, plus rayonnante. La communauté polytechnicienne, enfin réunie, fêtera avec enthousiasme les 230 ans de l’école dans le centre R&D de Total. Sur l’air de l’hymne à la joie, nous écouterons dans l’allégresse un discours inaugural de notre camarade Patrick Pouyanné sur la transition zero-carbone de l’industrie pétrolière.

Avec tout mon soutien,

Régis Portalez

A quoi sert l’AX ?

Sur la Covid-19, le réchauffement climatique et les gilets jaunes, que dit l’AX, que fait l’AX ? Cherchez bien.

Pourtant notre chère association, qui regroupe en théorie l’élite des ingénieurs français, devrait être en mesure de prendre position publiquement, d’apporter un éclairage scientifique des éléments de réponse, dans le débat public. Elle ne l’est pas. C’était pourtant un objectif primordial pour notre précédent président. Objectif légitime, à l’heure où la parole des scientifiques devient dans l’opinion publique source de doute, et où jamais les problèmes de santé, de gestion de notre planète, et de société, n’ont autant interpellé nos concitoyens.

Alors pourquoi l’AX est-elle inaudible ?
Sur plus de 30000 alumni, l’AX ne réussit à en faire adhérer qu’un petit quart, la J&R ne dessert qu’un cinquième, les votes à l’AG moins de 5% et la présence physique à la dernière AG n’en réunissait que 0,2%. L’AX est actuellement déconnectée de sa base naturelle !
Si l’AX ne réussit plus à intéresser la plupart des alumni, et ne fait que déplorer la stagnation des cotisations recueillies, sa base est en forte croissance. Elle doit donc faire un appel croissant aux financements privés : la publicité dans la Jaune et la Rouge et l’annuaire, les tables d’entreprises au Bal de l’X, les dotations en immobilier etc… Il n’est donc pas étonnant que les grands groupes comme LVMH et Total commencent sérieusement à s’intéresser à notre association, en position de faiblesse, et soient exigeants, de plus en plus exigeants. On ne saurait leur en vouloir.

L’article de Marc Flender « Pour qui roulent les polytechniciens ? », en avril 2003, (alors que le lectorat de la J&R était le double du lectorat actuel), n’a pas pris une ride. Rajoutons donc aujourd’hui : « A quoi sert l’AX » ? La réponse est simple : à se défendre. L’action de l’AX est aujourd’hui à 90% orientée vers le lobbying, et à 10% vers l’animation de la communauté. Nul doute que le bureau sait encore mobiliser ses grands patrons d’entreprises pour forcer l’entrée, avec l’aide de jeunes camarades, des cabinets ministériels et y plaider la défense de l’ordre établi, c’est-à-dire les grands corps de l’État dans leur forme actuelle. Il y a seulement 4 ans, l’AX a ainsi évité « le pire », c’est-à-dire la dilution de l’excellence polytechnicienne dans un campus universitaire indifférencié. Bravo. Mais cette victoire ne lui a pas apporté une adhésion de plus. De même le rapport Thiriez n’entamera pas l’organisation des grands corps, pourtant de plus en plus massivement ignorés tant par l’administration que les élèves.

Lire aussi : La sortie de but du rapport Thiriez, par Alexandre Moatti

Parce que cet efficace lobbying n’apporte rien aux jeunes promotions, parce que le parcours des anciens n’a rien à voir avec ce dont rêvent les élèves, l’AX est une gérontocratie de moins en moins représentative des X.

Jusqu’à cette année, le statu quo était sauvegardé par la cooptation des membres du CA. Deux innovations cette année : le vote électronique s’ajoute au votre papier qui rebute les jeunes camarades, et une nouvelle rédaction des bulletins, qui autrefois favorisait outrageusement les candidats parrainés par le conseil. Apparemment le premier va tripler au moins le nombre de votants, la seconde donne plus de chance aux candidats non proposés par le Conseil.
Rendons grâce à ce Conseil qui a pris le risque d’ouvrir ainsi la procédure. Il y aura donc probablement cette année des élus non cooptés, et plus jeunes. Si seulement les élus étaient représentatifs de la diversité des votants, ce serait déjà une grande avancée, de quoi tripler la part de l’animation dans les préoccupations du Conseil : vous avez dit 30% ?.