Lettre ouverte de soutien à Éric Labaye

Cher camarade, c’est avec enthousiasme que j’ai accueilli ta nomination à la présidence de notre vénérable institution.

Tout dans ton parcours était là pour me rassurer. Déjà, jeune élève du prestigieux corps des Télécom, tu l’as courageusement quitté dès ton retour de stage aux États-Unis pour rejoindre McKinsey, un cabinet de conseil américain qui t’offrira un MBA à l’INSEAD. En partant outre-Atlantique, tu savais que tu servirais la France mieux que tu n’aurais pu le faire dans un cabinet ministériel encombré de bureaucratie ou dans un conglomérat déclinant comme la CGE, futur Alcatel-Alsthom.

Les plus pointilleux d’entre nous ont pu te reprocher de ne pas avoir fait de carrière académique, mais c’est oublier que tu as dirigé pendant 6 ans le McKinsey Global Institute, dont la mission est de « fournir aux leaders […] les faits et les idées sur lesquels baser les décisions […] ». Certes, ce n’est pas le CNRS, le MIT ou l’institut Max Planck mais quand même ! Ces mauvais esprits ont vite été remis à leur place.

On aura pu également te reprocher ta proximité avec Emmanuel Macron au sein de la commission Attali. Mais que diable, c’est dans les grands endroits que les grands esprits se rencontrent ! Monge n’a-t-il pas travaillé avec Robespierre au comité de salut public ? Brisac avec De Gaulle dans la résistance ? Tous ces tartuffes ont la mémoire courte.

Avec ton arrivée à la direction de l’école, toutes mes craintes résiduelles se sont immédiatement évanouies.

Tu as immédiatement su imposer la négociation comme moyen privilégié de règlement des conflits. Mais une négociation équilibrée suppose de discuter entre égaux. Aussi c’est avec sagesse qu’à peine deux mois après ta nomination, l’école portait plainte contre moi pour avoir rejoint les Gilets Jaunes en grande tenue. Il est étonnant que plus personne ne comprenne que chacun doit rester à sa place pour que la société fonctionne bien : les leaders avec les leaders, les losers avec les losers. Avec le recul, je te remercie chaudement.

Face au défi de la transition écologique, tu as négocié un partenariat avec HEC. Le monde d’après sera effectivement une bataille de leaders. Ce qu’il faut à la France, avant même des bons scientifiques ou de bons ingénieurs, ce sont surtout des managers capables de les attirer et de les retenir. Ce sont les compétences les plus rares et les plus chères, comme tu as pu t’en rendre compte tout au long de ta carrière dans le conseil.

Membre de droit du conseil d’administration de la fondation de l’X, tu as développé les initiatives pour financer l’indépendance de notre institution. Les start-ups sont accueillies dans un lieu propice : le Drahi – X Innovation Center. Nul doute que notre grand antique saura leur prodiguer de précieux conseils en fiscalité internationale. On peut désormais (enfin !) donner son nom à un arbre, une salle de classe, ou même à un fauteuil d’amphithéâtre. Le fauteuil Sanofi dans l’amphi Poincaré, c’est le meilleur des deux mondes. Le mariage réussi de la science et de l’entreprise.

C’est dans cet esprit que tu as ardemment défendu un de ces projets innovants, un projet de rupture même : l’installation de la direction R&D de Total en plein cœur de l’école. Les élèves se sont levés contre cette initiative mais ils sont si jeunes : ces enjeux les dépassent ! Des associations d’élèves ou d’anciens ont écrit contre ce projet, mais ce sont des groupes qui ne représentent personne. Certains de nos anciens à l’Académie des Sciences, à l’IHES, au CNRS, au Collège de France ou autres institutions poussiéreuses ont pu critiquer ce projet dans une tribune au Monde. Comme les élèves, ils sont même allés jusqu’à demander que le centre Total soit déplacé à l’extérieur du campus, près de Thalès et EDF, autant dire le tiers-monde. Comme souvent, ces scientifiques de renom planent un peu, c’est bien joli la science, mais il faut la financer.

Encore une fois, tu as su négocier habilement avec ces différentes parties, privilégiant l’écoute et le respect mutuel. C’est donc logiquement que le dernier Conseil d’Administration, prudemment réfugié dans les bâtiments centraux, ayant l’intérêt supérieur de la Nation comme seule boussole, a conclu que le bâtiment serait déplacé de 150 mètres.
Certains élèves facétieux t’ont alors écrit sur le ton de l’ironie, te reprochant à mots couverts de n’avoir écouté personne. C’est bien mal te connaître et tu as bien fait d’avoir utilisé l’autorité militaire pour mettre bon ordre à cette insolence.

Pour tout ce travail, cher camarade, sache que je te remercie du fond du cœur. Après ton mandat, l’école ressortira plus forte, plus indépendante, plus rayonnante. La communauté polytechnicienne, enfin réunie, fêtera avec enthousiasme les 230 ans de l’école dans le centre R&D de Total. Sur l’air de l’hymne à la joie, nous écouterons dans l’allégresse un discours inaugural de notre camarade Patrick Pouyanné sur la transition zero-carbone de l’industrie pétrolière.

Avec tout mon soutien,

Régis Portalez

A quoi sert l’AX ?

Sur la Covid-19, le réchauffement climatique et les gilets jaunes, que dit l’AX, que fait l’AX ? Cherchez bien.

Pourtant notre chère association, qui regroupe en théorie l’élite des ingénieurs français, devrait être en mesure de prendre position publiquement, d’apporter un éclairage scientifique des éléments de réponse, dans le débat public. Elle ne l’est pas. C’était pourtant un objectif primordial pour notre précédent président. Objectif légitime, à l’heure où la parole des scientifiques devient dans l’opinion publique source de doute, et où jamais les problèmes de santé, de gestion de notre planète, et de société, n’ont autant interpellé nos concitoyens.

Alors pourquoi l’AX est-elle inaudible ?
Sur plus de 30000 alumni, l’AX ne réussit à en faire adhérer qu’un petit quart, la J&R ne dessert qu’un cinquième, les votes à l’AG moins de 5% et la présence physique à la dernière AG n’en réunissait que 0,2%. L’AX est actuellement déconnectée de sa base naturelle !
Si l’AX ne réussit plus à intéresser la plupart des alumni, et ne fait que déplorer la stagnation des cotisations recueillies, sa base est en forte croissance. Elle doit donc faire un appel croissant aux financements privés : la publicité dans la Jaune et la Rouge et l’annuaire, les tables d’entreprises au Bal de l’X, les dotations en immobilier etc… Il n’est donc pas étonnant que les grands groupes comme LVMH et Total commencent sérieusement à s’intéresser à notre association, en position de faiblesse, et soient exigeants, de plus en plus exigeants. On ne saurait leur en vouloir.

L’article de Marc Flender « Pour qui roulent les polytechniciens ? », en avril 2003, (alors que le lectorat de la J&R était le double du lectorat actuel), n’a pas pris une ride. Rajoutons donc aujourd’hui : « A quoi sert l’AX » ? La réponse est simple : à se défendre. L’action de l’AX est aujourd’hui à 90% orientée vers le lobbying, et à 10% vers l’animation de la communauté. Nul doute que le bureau sait encore mobiliser ses grands patrons d’entreprises pour forcer l’entrée, avec l’aide de jeunes camarades, des cabinets ministériels et y plaider la défense de l’ordre établi, c’est-à-dire les grands corps de l’État dans leur forme actuelle. Il y a seulement 4 ans, l’AX a ainsi évité « le pire », c’est-à-dire la dilution de l’excellence polytechnicienne dans un campus universitaire indifférencié. Bravo. Mais cette victoire ne lui a pas apporté une adhésion de plus. De même le rapport Thiriez n’entamera pas l’organisation des grands corps, pourtant de plus en plus massivement ignorés tant par l’administration que les élèves.

Lire aussi : La sortie de but du rapport Thiriez, par Alexandre Moatti

Parce que cet efficace lobbying n’apporte rien aux jeunes promotions, parce que le parcours des anciens n’a rien à voir avec ce dont rêvent les élèves, l’AX est une gérontocratie de moins en moins représentative des X.

Jusqu’à cette année, le statu quo était sauvegardé par la cooptation des membres du CA. Deux innovations cette année : le vote électronique s’ajoute au votre papier qui rebute les jeunes camarades, et une nouvelle rédaction des bulletins, qui autrefois favorisait outrageusement les candidats parrainés par le conseil. Apparemment le premier va tripler au moins le nombre de votants, la seconde donne plus de chance aux candidats non proposés par le Conseil.
Rendons grâce à ce Conseil qui a pris le risque d’ouvrir ainsi la procédure. Il y aura donc probablement cette année des élus non cooptés, et plus jeunes. Si seulement les élus étaient représentatifs de la diversité des votants, ce serait déjà une grande avancée, de quoi tripler la part de l’animation dans les préoccupations du Conseil : vous avez dit 30% ?.

La sortie de buts du rapport Thiriez

Le rapport Thiriez (‘Mission Haute Fonction Publique’), commandé en mai 2019 et remis au Premier ministre en février 2020, concerne de près l’X, notamment les Grands Corps qui en sont issus (Mines, Ponts, Armement, etc.), aussi via le sujet de la diversité sociale dans les grandes écoles.

Le résultat de ce rapport est fade et décevant. Il était utile d’en faire une analyse critique rationnelle, en en démontant les mécanismes et les partis pris — comme ses non-dits. Ce que nous avons fait dans un article publié en juin dans la revue Commentaire (2020/2, p. 373-384). Vous en trouverez l’abstract ci-dessous, l’article dans son intégralité (“version auteur”) étant téléchargeable en PDF sur cette page.

A.M.

Total : un forage au mauvais endroit !

Nous avons déjà eu l’occasion de manifester à plusieurs une opposition raisonnée au projet d’implantation de Total à Polytechnique (tribune Le Monde du 7 mars 2020) : Vive Total ! Mais non à l’emplacement envisagé ! Oui si c’est avec les autres entreprises (Thalès, EDF) sur le campus de Saclay ! En complément, on peut se demander comment un tel accord Total-Polytechnique a été signé sur un coin de table de Conseil d’Administration, entre le précédent président de Polytechnique J. Biot et le président de Total P. Pouyanné.

Dans n’importe quelle société anonyme, une convention passée entre la société et l’un de ses administrateurs s’appelle une convention réglementée et nécessite un rapport spécial du Commissaire aux comptes. Polytechnique n’est certes pas une S.A., mais la signature de cette convention pose clairement la question d’un rapport privilégié avec un des administrateurs, qui a ainsi un accès bien plus facile à la prise de décision. Et d’ailleurs pourquoi Total et pas une autre entreprise – un de ses concurrents pétroliers, ou d’un autre secteur industriel, ne pourrait-il pas bénéficier de ce traitement de faveur ? (un bâtiment au cœur du campus polytechnicien, au loyer très favorable).

Dans cette affaire, ce n’est pas une motivation « écologique » qui suscite notre vigilance (Total comme groupe pétrolier donc « pollueur ») ; ceci c’est un peu comme l’argument dual, ceux qui se croient obligés de défendre Total sur le thème « gna gna c’est le plus grand groupe français, un fleuron de notre industrie ». De même, à nos camarades qui nous disent, à raison : « oui mais la recherche mixte privé/université c’est à encourager », nous répondons que c’est vrai, mais qu’il ne faut pas confondre une unité mixte CNRS/Total comportant une dizaine de chercheurs de l’entreprise (comme il en existe déjà à l’X avec Total, le laboratoire LPICM), avec un centre de recherches 100% Total, comportant 200 p., en plein cœur du campus et qui prétend l’animer, y compris en soirée par des manifestations dédiées.

En fait, ce que nous défendons, c’est tout simplement le respect d’une frontière entre public et privé : comment peut-on ainsi, sur un coin de table, sans stratégie et sans autre forme de procès, avaliser la dévolution du domaine public académique ? Comment des administrateurs représentant l’État peuvent-ils accepter cela ? Ceci semble illustrer ce que la Cour des Comptes avait écrit dans un récent rapport détaillé : « L’École polytechnique exploite des marges de manœuvre qui lui sont trop largement consenties au-delà de son autonomie statutaire […]. » (Le Monde du 25 février 2020, et notre échange consécutif par courriel avec le conseiller référendaire Emmanuel Glimet).

Que le Conseil de l’AX soit transparent sur le sujet (à la notable exception d’une administratrice, qui a émis quelques réserves sur le sujet en séance du 11 mars 2020 – il existe donc des hauts fonctionnaires encore vigilants), c’est un peu habituel… Mais que les administrateurs au Conseil de l’X laissent passer cela… De personnalités qualifiées comme « l’excellent D. Ranque, membre du gotha institutionnel » on n’attend pas qu’il dévie de la ligne « officielle » … cependant des administrateurs représentant l’État (liste ci-dessous) on attendrait un peu plus d’attention quant à la dévolution du domaine public :

La dernière entourloupe est, compte tenu des oppositions qui montent, chez les élèves, chez les kessiers, chez certains anciens élèves, de transformer le projet Total en un Innovation Park, qui ne change rien au sujet et n’est pas susceptible de nous endormir (une entourloupe de consultant, sans doute). Cette volte-face fleure l’amateurisme – comme déjà dans la désignation : Innovation Park !

Tout ceci pose aussi d’autres problèmes connexes de séparation public-privé – interférant, et sans doute pas modérément, dans cette « affaire Total-X » : un conseiller ministériel, Ph. Baptiste (il n’est pas membre d’un Corps, mais chercheur) entrelarde depuis 4 ans sa carrière de postes chez Total et en cabinet ministériel (il est actuellement conseiller éducation & recherche au cabinet du Premier ministre) ! À ce stade, ce n’est plus du rétro-pantouflage, ce sont des stages en alternance…

L’ensemble de ces éléments nous rend très réticent sur ce projet Total-Polytechnique : nous espérons que les administrateurs de Polytechnique y réfléchiront à deux fois – et ce malgré le risque de jusqu’au-boutisme du PDG de Total, qui fait là une faute politique, et qui n’aime pas qu’on lui résiste (c’est bien ça le problème de l’oligarchie en France – il faut pourtant qu’elle se confronte à une certaine idée de l’État qu’il est à présent indispensable de rappeler).

(site du comité de mobilisation X-Total)

*

Tant qu’on y est : évoquons ici un autre projet immobilier de Polytechnique. Il s’agit des anciens bâtiments de la Montagne Sainte-Geneviève, rue Descartes à Paris. Un permis de construire a été déposé – c’est l’immobilier tous azimuts, hardi, petit ! – pour une transformation radicale de ce bâtiment, permis que nous nous sommes procuré : création de trois niveaux de sous-sol (dont un amphithéâtre pour 700 p. et un parking), et couverture de la cour par une verrière « afin d’en faire un lieu polyvalent de rencontre, d’exposition et de réception ».

On se demande comment l’Architecte des Bâtiments de France a accepté cela, et comment les riverains ont laissé faire. Y a-t-il besoin pour Polytechnique à Paris d’un tel lieu de réception somptueux voire somptuaire ? Aux dernières nouvelles – et il y a peu d’informations, notamment à l’AX sur le sujet (juste un entrefilet dans une réunion de CA en 2019) – ces travaux ne pourraient être entrepris qu’avec le soutien financier de… groupe Arnault-LVMH, quitte à ce que l’amphithéâtre porte le nom du magnat-nime Bernard Arnault (X70) – un peu comme le DrahiX Center à Palaiseau. Il s’agit cette fois de mécénat, à la différence du projet Total qui est une prise de possession du domaine public académique : cependant la frontière n’est pas si facile à tracer, comme dans tous ces « partenariats » privé-public – n’y aura-t-il pas des manifestations de prestige LVMH, Dior, etc., utilisant ces salles de réception, et sans rapport avec l’objet public et académique de l’X ? Mécénat privé, quand tu nous tiens…

En attendant, la conséquence immédiate est la suivante : l’AX et La Jaune et la Rouge, sises depuis 1976 (date du déménagement à Palaiseau) rue Descartes, doivent déménager cet été 2020 à la Maison des X dans le 7e, gérée par ACOR ou autre… Fini la convivialité des réunions de groupes polytechniciens sur la Montagne Sainte-Geneviève (dont le groupe X-Alternative, mais pas seulement !), ou des sympathiques cocktails estivaux qu’organisait l’AX dans ce jardin (jardin lui-même condamné à disparaître, ☹). On y reviendra peut-être, lors du prochain défilé de mode LVMH j’imagine ?

Addendum du 2 juillet 2020
Lors de l’Assemblée générale de l’AX du 22 juin (par visio), j’avais posé une question de demande d’informations sur ce projet X/AX/LVMH rue Descartes. Le président de l’AX M. Lahoud avait immédiatement passé la parole (presque ironiquement, du style “c’est son sujet”) au Secrétaire général de l’AX, Jean-Baptiste Voisin (X88), qui m’avait fait une réponse très peu informative. Je m’aperçois ce jour que Jean-Baptiste est SG de l’AX depuis 2016, mais aussi directeur de la stratégie LVMH depuis 2006 (après dix ans chez McKinsey): ça aide pour les projets communs X /AX /LVMH comme celui de la Montagne Ste-Geneviève !

 

Après le coronavirus, quelques réflexions …

La crise du coronavirus peut apparaître comme un accident historique, une épidémie accidentelle qui n’a eu de forts impacts économiques que parce que nos sociétés modernes ont refusé la fatalité (le décès de centaines de milliers de personnes, en majorité fragiles ou âgées) et confiné leurs populations. Il ne s’agirait que de réparer les dégâts causés par la mise à l’arrêt des économies, puis de repartir comme avant. En réalité, la crise du coronavirus doit être interprétée comme un élément d’une crise écologique plus générale, qui menace l’humanité, qui s’inscrit dans une crise économique et sociale qui frappe les pays développés, qui reflète les impasses du capitalisme financier mondialisé : instabilité financière, hausse des inégalités, précarisation d’une partie de la population. Un tournant est nécessaire ; en même temps, il nécessite de profonds changements dans le mode de vie et les aspirations de la masse de la population, de sorte qu’il est peu probable qu’il ait lieu spontanément. La crise sanitaire est un nouvel avertissement, mais sera-t-il entendu ?
Trois sorties de la crise du Coronavirus sont envisageables : l’exacerbation libérale, le compromis social-écologique, le grand tournant. Nous esquisserons la première, avant de discuter des deux autres.

Comme avant, pire qu’avant…

Les économies des pays développés ont été fortement frappées par la crise du Coronavirus. Même si, en France par exemple, l’État va finalement supporter 75 % de la chute de PIB qui serait de l’ordre de 12 % en 2020, les agents privés vont en supporter 25 % (soit environ, 10 % pour les ménages, 15 % pour les entreprises). La baisse du revenu des ménages va frapper à la fois des personnes en situation précaire, privées de leurs petits boulots, des salariés en CDI ou en contrat court non renouvelé, des jeunes qui ne trouveront pas de premier emploi, des indépendants (le coiffeur, la dentiste, l’artiste, le petit entrepreneur). La crise frappe surtout les entreprises. De nombreuses entreprises ont dû cesser leurs activités, en raison des contraintes sanitaires ; d’autres ont dû les restreindre par manque de personnel. Les commerces subissent des pertes importantes de chiffres d’affaires après celles liées au mouvement des gilets jaunes et aux grèves sur les retraites. Beaucoup d’entreprises auront des pertes d’exploitation importantes, qui vont assécher leur trésorerie. Les plus fragiles vont faire faillite. De nombreux secteurs (aéronautique, automobile, publicité, tourisme, loisirs, culture, etc.) sont dans la plus grande incertitude quant à leur avenir. Cela les amène à suspendre leurs embauches et à préparer des plans de licenciements. Une spirale dépressive peut s’engager.

La crise se traduira par une hausse importante de la dette publique (qui atteindra 115% du PIB, fin 2021, pour la France). Une partie importance de cette dette sera portée par les organismes de protection sociale (la Sécurité sociale et Pôle emploi), ce qui va les fragiliser durablement, alors qu’un choc de cette nature devrait être assumé par l’État a fortiori lorsque celui-ci bénéficie de possibilités d’emprunts à taux nuls.

Par ailleurs, les entreprises françaises se plaignent toujours de leur manque de compétitivité qu’elles attribuent au niveau trop élevé des cotisations sociales et des impôts à la production1, au droit du travail trop rigide et à des normes trop contraignantes en France. Elles oublient leurs responsabilités dans les difficultés actuelles de l’économie française : le choix de la financiarisation (qui conduit à des endettements excessifs), le choix des délocalisations (qui détruit le tissu industriel national), les pressions sur la main-d’œuvre (qui conduisent à la perte de savoir-faire), le refus de la politique industrielle.

Ainsi, pour le patronat et ses économistes, la sortie de crise demanderait essentiellement une forte baisse des impôts à la production , des mesures d’aides à l’investissement (possibilité d’amortissement accéléré), un nouvel allègement du droit du travail (qui, dans l’idéal, reposerait uniquement sur les normes européennes et des accords d’entreprises), la sous-indexation durable (ou mieux la baisse) du SMIC et des prestations sociales, des mesures d’austérité pour réduire les dépenses publiques et sociales (à la fois pour baisser les impôts et les cotisations sociales et pour réduire la dette publique). Pour maintenir leur emploi, les salariés devraient accepter des baisses de salaire ou des hausses de la durée du travail.

Cependant, ce plan se heurte à plusieurs obstacles :
– Le fonctionnement de l’économie marchande a été bouleversé par la crise. En somme, l’économie a été gérée, pendant la crise, selon le principe : « À chacun selon ses besoins », tant pour les salariés que pour les entreprises. Le retour à la situation antérieure sera difficile : il faudra longtemps continuer à soutenir les entreprises, à maintenir, plus ou moins, les salaires de travailleurs privés d’emploi. La suppression de ces aides sera difficile, si elle se traduit par de nombreuses faillites, la hausse du chômage et de la précarité.
– Il n’est pas assuré que l’économie reparte rapidement. Certes, les ménages ont globalement accumulé une importante épargne involontaire, du fait du confinement et des fermetures de commerces et services. Mais leur consommation risque de deme ménages urer morose dans la mesure où le déconfinement ne sera que lent, où les ont subi un choc psychologique important (la prise de conscience de la fragilité du monde), où ils peuvent légitimement craindre les mesures d’austérité, qui devraient être violentes s’il faut à la fois compenser la baisse des impôts des entreprises et réduire la dette publique, où beaucoup de salariés sont sous la menace du chômage (pour eux et leurs enfants).
– La loi Travail de 2018 a instauré des « accords de performance collective » qui permettent aux entreprises d’imposer à leurs salariés des baisses de salaires ou des hausses de temps de travail, en jouant de la menace de licenciements. Leur généralisation aurait un effet dépressif et découragerait l’implication des travailleurs dans leur entreprise.
– Sur le plan de l’emploi, le risque est grand d’un fort développement du chômage tant en raison des faillites d’entreprises, que de la baisse d’activité de certains secteurs (transports, hôtellerie-restauration, commerces, industrie), que de la libéralisation du droit du travail. L’incertitude sur l’avenir limitera drastiquement les nouvelles embauches, au détriment tout particulièrement des jeunes.
– Retrouver la compétitivité par la baisse des salaires et des effectifs, la réduction des dépenses publiques et sociales impliquerait une forte baisse du pouvoir d’achat des ménages, d’autant plus que cette stratégie serait généralisée en Europe. Dans la conjoncture actuelle, il est vain de penser que la baisse de la consommation sera compensée par des gains sur les marchés extra-européens ou par une vive reprise de l’investissement (compte tenu de l’incertitude sur l’avenir).
– Si le gouvernement optait pour l’austérité, plutôt que sur le soutien promis, les services publics seraient paupérisés (hôpitaux, enseignement), ce qui se heurterait à la mobilisation du personnel, qui aurait le soutien de la population.
– Les grandes réformes envisagées par le gouvernement (retraites, chômage, revenu universel d’activité) sont en panne ; elles apparaissent hors de propos aujourd’hui. Le gouvernement n’a plus guère la force de les faire passer. Mais, dans deux ans, il pourra jouer du déficit et de la dette des régimes de protection sociale, induites par la crise sanitaire, pour imposer des réformes restrictives.
– La promesse de revaloriser les emplois dits non qualifiés ne serait pas tenue. Plus généralement, une politique néolibérale sans concessions se heurterait à la mobilisation des classes populaires, qui auront retrouvé durant la crise le sentiment de leur importance. Mais les classes populaires pourront-elles se mobiliser, compte tenu de leurs divisions (français/immigrés, public/privé,…) et du manque de débouché politique ?
– Sur le plan écologique, la tentation est grande pour certaines entreprises d’oublier les engagements passés au nom de la compétitivité. Mais, ces engagements étaient déjà faibles par rapport aux besoins. Notons cependant qu’une partie du patronat reconnaît la nécessité du changement écologique, en estimant cependant celui-ci compatible avec la croissance capitaliste.
– Même s’il proclame sa volonté de prise en compte des nécessités écologiques, le gouvernement essaie aussi de sauvegarder des secteurs traditionnels, où la France a des champions, comme l’automobile, l’aéronautique, le transport aérien et le tourisme. Certes, le gouvernement prétend échapper à cette contradiction soit en imposant des normes écologiques aux secteurs aidés (mais cela les fragilise encore plus), soit en prétendant aider les entreprises innovantes (mais, celles-ci souvent créent peu d’emplois et les prétendues innovations ne sont souvent guère compatibles avec le tournant écologique et social2).
– Les institutions européennes sont à la fois un soutien à la libéralisation de l’économie française et un obstacle au modèle français traditionnel de soutien étatique aux grandes entreprises françaises. Reste à savoir si en 2021-22, elles reprendront leurs exigences en matière de baisse des dépenses publiques et des déficits publics ou si elles contribueront à un plan de relance, qui en tout état de cause visera à impulser l’investissement des entreprises, avec des conditions en termes de réformes structurelles et d’austérité sociale, de sorte que l’impact sur l’activité sera faible.

Vu la gravité de la situation, les classes dirigeantes n’ont pas aujourd’hui de plan cohérent de sortie de crise. La poursuite de la libéralisation de l’économie française (et même son accentuation brutale à la faveur de la crise) est préconisée une grande partie du patronat, des classes dirigeantes, des institutions internationales. Cela comporte des contradictions : réduire rapidement le déficit public ne permettait pas de réduire rapidement les impôts sur les entreprises ; les facilités offertes aux entreprises de licencier provoqueraient une hausse du chômage et de la précarité, que des prestations publiques devrait en partie compenser ; les pressions sur les revenus des ménages et la hausse du chômage se traduiraient par une baisse de la demande, et donc de l’activité, qui enfoncerait les entreprises dans la crise ; la liberté donnée aux grandes entreprises de fermer leurs usines en France nuit aux entreprises sous-traitantes ; certaines branches du patronat jouent la carte de la croissance vertes tandis que d’autres demandent la levée des contraintes écologiques.

Les personnalités politiques représentant les classes dominantes (LREM et Modem en tête aujourd’hui) sont conscientes de la nécessité du compromis, tant pour des raisons économiques que pour des raisons politiques ; c’est d’ailleurs la caractéristique de la France, un compromis entre capitalisme et étatisme social. Elles reprennent le discours écologique et, maintenant, le discours pro-services publics ; le gouvernement a mis en place un système de « chômage partiel » relativement généreux et a renoncé (pour le moment) à la réforme des retraites (mais pas à dégrader le droit du travail). Le discours pro-patronat (de LR ou de l’Institut Montaigne) ne vise qu’à infléchir ce compromis ; sa mise en œuvre extrémiste est sans doute socialement et économiquement impossible. Le macronisme reste le pivot indispensable : dégrader (mais pas attaquer de front) le modèle social français, satisfaire progressivement les exigences du patronat. L’aide massive et sans fortes contreparties apportée aux entreprises témoigne de l’essence même du néo-libéralisme, mettre l’État au service des classes dirigeantes, ce qui suppose aussi de faire les compromis nécessaires pour obtenir un certain support des classes moyennes et une certaine passivité des classes populaires.

Quelle alternative crédible existe-t-il aujourd’hui à ce compromis ? On peut présenter un scénario social-écologiste, insuffisant à éviter la catastrophe écologique mais déjà difficilement compatible avec le capitalisme financier, et un scénario de rupture, peu crédible, mais nécessaire.

Reconnaître les contraintes écologiques

Il faut d’abord reconnaître l’ampleur des dégradations de notre planète. Au réchauffement climatique, à la perte de biodiversité, à l’épuisement des ressources naturelles, s’ajoute maintenant le risque sanitaire, celui d’épidémies périodiques liées à la dégradation des éco-systèmes. Les animaux sauvages privés de leurs habitats naturels se mêlent aux animaux domestiques et aux humains ; cela induit des pandémies comme le SRAS. Le permafrost risque de fondre et de libérer du méthane, des bactéries et des virus dangereux. La perte de biodiversité risque d’entraîner des baisses de la productivité de l’agriculture. La hausse de la température moyenne va rendre inhabitable une partie du globe. Enfin, de nombreuses productions modernes (électroniques, iphones) dépendent de ressources minérales rares qui s’épuisent.

Ainsi, dans les décennies à venir, l’objectif essentiel ne doit plus tant être la croissance, que la préservation de notre habitat. Non plus de développer de nouveaux besoins plus ou moins artificiels, mais de satisfaire les besoins de base pour l’ensemble de la population, en limitant les dégâts écologiques et même en les réparant. Cela demande un tournant profond dans la manière de gérer l’évolution économique : la planification écologique et sociale doit remplacer le néolibéralisme. Celui-ci n’est guère compatible avec un simple compromis social-écologique, basée sur la fiscalité et la redistribution. Le capitalisme doit être remis en cause.

Dans l’idéal, le tournant écologique nécessiterait que l’humanité développe une stratégie globale, ce qui est quasiment impossible puisqu’il n’y a pas de gouvernement mondial, qu’il y a des différences de perceptions des problèmes et surtout des divergences d’intérêt tant entre les pays (les développés, les émergents, les pays les plus pauvres) qu’entre les classes sociales.

Beaucoup, en particulier aux États-Unis, refusent de mettre en cause leur niveau de vie et espèrent encore dans de futurs progrès techniques. D’un côté, de l’énergie abondante et non carbonée ; de l’autre, des programmes technologiques pour lutter contre le réchauffement climatique, en décarbonant l’atmosphère ou en compensant les gaz à effet de serre (GES) par des poussières envoyées dans le ciel ou sur les océans, pour équilibrer la dégradation de la biodiversité par des écologies artificielles, pour réduire la dépendance aux ressources naturelles. Croire que le progrès technique résoudra à lui seul les problèmes écologiques est une utopie dangereuse. Le risque est de vivre dans un monde de plus en plus artificiel, centralisé et fragile.

En même temps, et c’est la difficulté de la situation, l’humanité ne peut se fermer totalement aux progrès techniques, en particulier en matière médicale ou énergétique. Certaines innovations peuvent économiser les dépenses en énergie et matières premières, réduire les besoins de transports. Contrôler les innovations est donc nécessaire (en analysant leur rapport avantage/dégâts écologiques, la possibilité de leur généralisation à toute la population, leur impact social) ; faut-il autoriser/favoriser le Bitcoin, la 5G, la robotisation, la climatisation à outrance, la domotique etc… ? Jusqu’à présent, nous vivions sous le principe : « tout ce qui est techniquement possible et économiquement rentable est mis en place sans contrôle social ». En sortir devient une nécessité.

Si, pour limiter la hausse de la température moyenne à 1,5° degré, l’objectif est de diminuer de 85% d’ici 2050, les émissions de gaz à effet de serre (GES), soit de 4,9% par an , alors que la population mondiale continuera d’augmenter de 0,6% par an, il faut choisir entre deux scénarios impossibles : avec une baisse déjà optimiste de 3% par an du ratio GES/PIB, le PIB par tête devrait baisser de 2,5% par an (soit, de 50% d’ici 2050) ; un simple maintien du PIB par tête demanderait une baisse improbable de 5,5% par an du ratio GES/PIB (soit, de 82% d’ici 2050). Nous n’avons guère le choix : il faudra en même temps, décarboner la production d’énergie, économiser l’énergie (ce qui suppose des investissements importants en rénovation de logements, rénovation urbaine, transports collectifs, techniques de production), changer la structure de la consommation (moins de consommations matérielles), ce qui sera perçue comme un appauvrissement par une grande partie de la population.

Tant la population des pays émergents que les pauvres dans les pays riches ne renonceront pas à atteindre le niveau de vie des riches dans les pays riches, de sorte que pour aller vers une société égalitaire, compte tenu des contraintes écologiques, il faudra certes augmenter le niveau de vie des pauvres, mais surtout baisser celui des riches. L’objectif d’une société égalitaire et sobre l’impose. Nous vivons actuellement dans une société de gaspillage ; des marges existent pour réduire ces gaspillages en limitant les atteintes au bien-être de la population. Le défi est que ce soit bien ces marges qui soient réduites (et non les dépenses nécessaires). L’alternative est celle d’un monde inégalitaire et déstructuré où une étroite minorité jouirait d’un niveau de vie satisfaisant tandis que la masse subirait les contraintes écologiques. Pourquoi pas ? pensent sans doute les classes dirigeantes.

Une forte hausse du prix de l’émission des gaz à effet de serre est nécessaire ; cette hausse immédiate devrait s’accompagner de l’annonce crédible d’une trajectoire de hausse continue, de façon à infléchir fortement et rapidement les décisions de production des entreprises et de consommation des ménages. Ceci suppose à la fois que soient résolues des oppositions internes aux pays (il faut utiliser une partie des gains de la taxe GES à indemniser les ménages pauvres perdants) et les oppositions entre pays (les pays riches doivent faire l’essentiel des efforts et doivent de plus subventionner les dépenses d’adaptation des pays pauvres). Ceci suppose des investissements importants pour offrir des alternatives (en matière de chauffage, de transports, par exemple). Ceci suppose obligatoirement des pertes importantes de pouvoir d’achat pour les classes moyennes (difficilement compatible avec un scénario social-écologique).

Il faudrait, d’une façon ou d’une autre, modifier le comportement des pays les plus pollueurs, que ce soit les producteurs de pétrole (l’Arabie Saoudite), les pays qui défrichent leurs forêts (le Brésil, l’Indonésie, la RDC, …), ceux qui utilisent encore le charbon (la Chine, la Pologne), ceux qui consomment trop (les États-Unis et l’Europe). Il parait difficile d’indemniser des pays, producteurs ou défricheurs, pour qu’ils renoncent à leurs activités, si ces pays sont grands et riches.

Il est difficile de voir aujourd’hui comment une alliance majoritaire pourrait se faire pour le tournant nécessaire, mais douloureux. Cette alliance devrait se faire à l’intérieur de chaque pays, puis entre pays. Mais la nécessité d’agir à l’échelle mondiale rend difficile qu’un pays se lance en éclaireur, en faisant beaucoup d’efforts qui pèseront sur sa population et ses entreprises, pour un résultat négligeable à l’échelle mondiale. Un nombre restreint de pays devraient passer une alliance écologique, puis attirer les autres pays soit par de la propagande, soit des subventions, soit par des menaces de fermeture des frontières. Ce devrait être la tâche première de l’Europe, mais le risque est que les Institutions européennes se contentent de teinter de vert un programme libéral. C’est une rupture franche qui serait nécessaire.

Contrôler la mondialisation

La crise sanitaire a montré les risques que faisait courir la mondialisation non contrôlée. Les chaînes de production fragmentées entre plusieurs régions du monde sont particulièrement fragiles. Un pays peut être frappé par un choc survenant à l’autre bout du monde. Son appareil productif, disloqué, n’a plus la capacité de réaction nécessaire. Le pays ne contrôle plus la qualité des produits qu’il consomme. C’est particulièrement vrai pour les produits de base (alimentation, médicaments, matières premières…), mais aussi pour les biens durables. La mondialisation a certes permis un développement rapide des pays asiatiques et une certaine hausse du pouvoir d’achat des ménages des classes moyennes ; en même temps, dans les pays développés, elle a brisé la cohésion sociale, précarisé les classes populaires et développé le chômage de masse. En tout état de cause, elle est remise en cause par la hausse du prix des transports, la hausse du niveau de vie des pays asiatiques et aussi le souci de l’emploi industriel et du maintien de l’hégémonie occidentale qu’exprime, à sa manière, Donald Trump aux États-Unis. Une situation où les pays asiatiques à bas salaires seraient l’usine du monde pour des produits pensés et consommés au Nord n’est pas durable. Les pays asiatiques prendront le contrôle des chaines de production et renverseront le rapport de force. C’est ce qu’ils sont d’ailleurs en train de faire. Les pays du Nord doivent repenser leur stratégie d’insertion dans l’économie mondiale.

Cela justifie que soient mis des freins au libre-échange, que soient organisés un certain protectionnisme, une certaine relocalisation, même si cela peut se traduire par des hausses de prix et des baisses du niveau de vie dans les pays du Nord. Cette relocalisation serait facilitée si est mise en place une stratégie de hausse du prix des émissions de GES, avec une taxe aux frontières pour les pays qui ne la respecteraient pas. La relocalisation doit être sélective et progressive (compte tenu de la difficulté de repenser les chaînes de production, des interdépendances actuelles, de notre retard en matière électronique, du coût de la perte des économies d’échelle). Ceci nécessite une politique industrielle qui s’inscrive dans une planification écologique et sociale (voir plus loin). Ceci nécessite de repenser la gamme des produits, pour des produits plus simples, plus robustes, plus durables. Cela nécessite de revaloriser l’industrie, l’ingénieur, le technicien, l’ouvrier. Par ailleurs, cela implique que les pays du Sud se développent par leur demande interne, du moins après un décollage facilité par le commerce international ; mais là aussi le tournant est difficile à prendre.

L’agriculture est un secteur indispensable pour l’alimentation, mais aussi pour la biodiversité et la lutte contre les gaz à effet de serre. La France doit rémunérer ses paysans pour l’ensemble des tâches qu’ils assument ; elle doit les assurer contre les aléas climatiques, elle doit leur garantir un revenu (et une retraite) minimum. Cela suppose une hausse des prix des produits alimentaires, un retour à des produits plus simples, moins transformés, une réduction du poids de l’industrie agro-alimentaire et un contrôle des chaînes de distribution des produits (qui ne devront plus se concurrencer par des produits à bas prix, de mauvaise qualité).

Définanciariser

Une fois de plus, la crise a montré la nocivité de la finance. La chute des Bourses en 2020, attendue après ses hausses excessives, accentue la dépression mondiale. Certaines entreprises risquent la faillite, car elles ont été endettées par leurs actionnaires pour se verser des dividendes ou pour se lancer dans des opérations hasardeuses de rachat de leurs concurrents. Les marchés financiers jouent à tester la solidité de l’euro en spéculant contre l’Italie. Devant respecter les normes de Bâle III, ayant des objectifs de forte rentabilité, les banques réduisent leurs crédits au moment où les entreprises en ont le plus besoin. Elles ne sont guère compétentes/enthousiastes pour financer la transition écologique. Il existe une contradiction forte entre les banques comme secteur lucratif, devant rapporter des profits importants à leurs actionnaires, devant accumuler des fonds propres et les banques comme service quasi public, qui devrait financer les entreprises selon des critères d’activité, d’emploi et de transition écologique. Ces objectifs apparaissent particulièrement divergents en période de ralentissement économique, de sorte que l’État est amené à garantir les dettes des entreprises alors même que les banques distribuant le crédit selon leurs critères propres.

Après la crise, il faudra remettre sur pied un grand secteur bancaire public pour financer la relocalisation industrielle et la transition écologique. Ce secteur devra avoir la capacité de fournir des fonds propres aux entreprises. Pour dégonfler la finance, le secteur bancaire public devra offrir aux ménages des placements garantis, à des taux hors-marchés, leur permettant de contribuer au financement de la transition écologique, des investissements publics, de la politique industrielle. Aux banques de dépôts, les opérations de marchés, le crédit aux opérations spéculatives, comme aux entreprises polluantes et socialement inutiles, devront être interdits. Sans doute, faudra-t-il imposer aux banques d’utiliser une partie de leurs prêts à des investissements fléchés comme la transition écologique, les investissements des collectivités locales, la relocalisation industrielle. Par ailleurs, une fiscalité adéquate, et la politique industrielle, devront inciter les banques à prêter aux entreprises vertueuses. Les banques de dépôt devraient répondre de leur politique de crédit devant des comités regroupant les représentants de l’État, des déposants et des emprunteurs. Ainsi, la socialisation du crédit justifiera que les banques soient garanties par la banque centrale et par l’État. Contrairement à beaucoup de nos collègues, nous ne pensons pas qu’il convienne d’accentuer les exigences de profit des banques en leur imposant des ratios de fonds propres élevés, ce qui accentuerait leur financiarisation.

Le dégonflement des activités financières passera par la taxation des activités financières et l’interdiction des opérations purement spéculatives (trading à haute fréquence, vente à découvert, CDS nu).

Les dettes publiques, dont le gonflement est nécessaire pendant la crise, devraient être garanties inconditionnellement par la BCE ; il n’est pas acceptable de laisser les marchés financiers spéculer sur la sortie d’un pays de la zone euro et de lui imposer comme aujourd’hui pour l’Italie un important surcoût pour son endettement. Il est indispensable que les déficits publics se creusent en période de baisse de la demande, une fois que les taux d’intérêt ont été abaissés à leur minimum. Une dette publique n’est excessive que lorsqu’elle induit des taux d’intérêt et des taux d’inflation trop élevés. De toute évidence, ce n’est pas le cas actuellement. Une partie de la dette publique correspond au désir des ménages de disposer d’un actif financier sans risque, ce que l’État se doit de leur fournir. Il est légitime que la dette publique finance les investissements publics.

Le dégonflement des dettes publiques3 ne devrait pas se faire par des politiques d’austérité portant sur les dépenses publiques et sociales, qui se traduiraient par une chute de l’activité, une baisse des recettes fiscales de sorte que le ratio dette/PIB ne baisserait pas, mais par la taxation des plus hauts revenus et patrimoines, des entreprises multinationales, par la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. Mais surtout par la lutte contre les inégalités de revenus nées de la production : la ponction de la finance, celles des hauts dirigeants et cadres supérieurs.

Contrairement à ce que proclame Thomas Piketty, la fiscalité n’est pas l’arme essentielle pour le changement social, c’est au niveau du partage de la valeur ajoutée et des rapports de pouvoir dans les entreprises que tout se joue.
La transition écologique nécessite des investissements, publics ou privés, qui sont actuellement évalués à 4% du PIB par an (soit de l’ordre de 100 milliards d’euros). Le montant des investissements en France en 2019 était de 580 milliards (24% du PIB). Verdir l’investissement est une question industrielle – il faut développer le savoir-faire des entreprises françaises, être capable de proposer des productions durables et peu polluantes, soutenir l’offre et la demande (en matière de rénovation thermique des logements, de véhicules individuels ou collectifs) ; c’est aussi une question fiscale : la hausse, immédiate et annoncée, du prix de l’énergie, des émissions de GES et des activités polluantes doit faire que les investissements verts deviennent plus rentables que les investissements polluants. C’est, en tout dernier lieu, une question financière : les institutions financières doivent évaluer la rentabilité des investissements en tenant compte de ces perspectives. Ceci sera facilité par le développement d’un secteur bancaire public, consacré à la transition écologique. Par contre, ce ne peut pas être le rôle de la BCE que de financer la transition écologique : elle n’en a pas la compétence et elle n’en aurait pas les moyens si la conjoncture monétaire se modifiait.

Repenser le salariat

La mise en place sur une vaste échelle de ce que l’on nomme de façon inappropriée chômage partiel, mais qui est en fait du chômage temporaire, a brisé le lien entre la production de chacun et son salaire. Le salaire est confirmé comme un droit du salarié ; la particularité de la période est que ce droit est assuré par l’État et non plus par l’entreprise. On ne peut s’empêcher de faire le lien avec le « salaire à vie » de Bernard Friot. Ce n’est pas au salarié de faire les frais des aléas de l’évolution économique, tant conjoncturelle que structurelle. La transition sociale et écologique sera facilitée si, effectivement, chaque salarié est pris en charge par une entreprise (ou une branche pour les PME), qui assure son évolution de carrière, sa formation permanente et prend en charge sa reconversion si son métier disparait. C’est le modèle des corps de l’État et des grandes entreprises publiques (et, en pratique, de certaines grandes entreprises privées). Un jeune qui commence une formation d’ingénieur chimiste, doit avoir la certitude que son emploi a un avenir garanti, que l’État va maintenir l’industrie chimique en France ou qu’il aura des droits à une reconversion. Sinon, on entre dans un cercle vicieux : les jeunes ne veulent pas se former pour des emplois d’un secteur dont la pérennité n’est pas assurée, puis le secteur ne trouve plus la main-d’œuvre compétente nécessaire. C’est utile pour la société, puisque l’entreprise doit intérioriser les coûts de ses choix de gestion de ses salariés au lieu de les faire assumer par la société par des licenciements et des déclassements.

Certes, il ne faut pas le masquer, cela imposera des contraintes aux salariés : le choix de l’emploi et de la carrière ne peut être entièrement libre ; il faut des soignants, des ouvriers, des agriculteurs, des ingénieurs, pas forcément des publicitaires, des traders, des communicants. Des mobilités géographiques doivent être acceptées. Dans certaines professions, il y aura plus de candidats que d’emplois nécessaires ; ce sera l’inverse dans d’autres. La sélection devra se faire, sans doute par concours, mais chacun devra avoir la possibilité d’évoluer, les emplois pénibles devront être mieux rémunérés et, dans une société où le temps de travail marchand est réduit, chacun doit pouvoir être à temps partiel, artiste, écrivain ou historien.

Repenser les emplois

La crise a remis en question l’utilité sociale des emplois. Certains emplois, bien rémunérés, actuellement, n’ont guère d’utilité sociale ; au contraire, ils peuvent être nuisibles, les traders, les publicitaires, les spécialistes du marketing, de la communication, du conseil (en particulier, les conseillers fiscaux), les financiers, une partie de la haute hiérarchie de l’administration de l’État et des grandes entreprises. D’autres, des emplois dits non qualifiés, mal rémunérés, sont indispensables : les soignantes des hôpitaux et des Ehpad, les enseignantes des crèches et des écoles, les agriculteurs, les travailleurs des services publics, des éboueurs aux conducteurs de métro, les ouvriers en général. Il ne faudrait pas l’oublier après la crise ; la hiérarchie des salaires et des statuts devrait être revue ; les titulaires d’emplois peu utiles, des emplois à la con, selon l’expression de David Graeber devraient être reconvertis. Les emplois de services à la personne (souvent féminins aujourd’hui), les emplois productifs devraient être revalorisés au détriment des emplois d’administration ou de gestion. Le plein-emploi doit être assuré, mais l’emploi ne doit pas être un prétexte à maintenir des activités inutiles ou nuisibles. Ainsi, la revalorisation des emplois socialement utiles passe par la dévalorisation des emplois inutiles (ce qui suppose aussi une modification de la hiérarchie des prix des biens et des services), mais aussi par la modification des organisations et des rapports de pouvoir dans les entreprises.

C’est l’un des points qui différencie le scénario de rupture du scénario social-écologiste.

Le tournant écologique et social suppose que certaines activités, certaines entreprises disparaissent ou réduisent fortement leurs activités. Il n’est pas acceptable d’utiliser l’argument de la sauvegarde de l’emploi pour maintenir des entreprises nuisibles. Que les usines d’armement occupent 250 000 personnes doit être un argument pour fermer ces usines et employer ces personnes à des activités utiles et non pas l’inverse (produire des bien nuisibles pour employer des personnes). Dans une société sobre et solidaire, l’emploi marchand, répétitif doit être considéré comme une activité pénible et non comme un objectif. Par contre, Les emplois utiles, riches en rapports humains, en possibilité d’épanouissement sont à développer. La stratégie doit comporter trois étapes : réduire au minimum les activités écologiquement nuisibles ou socialement inutiles ; organiser et financer la reconversion des personnes qui les effectuaient vers des emplois s’inscrivant dans la transition écologique et sociale ; ajuster l’offre et la demande de travail par la réduction du temps de travail et le partage des revenus.

Résorber le précariat

La situation des précaires s’est aggravée avec la crise sanitaire, mais elle était déjà problématique auparavant. La France a besoin d’une grande politique de résorption du précariat : les faux auto-entrepreneurs doivent bénéficier d’une couverture sociale complète ; les salariées à temps partiel subi doivent pouvoir accéder à un temps plein, à leur demande ; la sous-traitance doit être contrôlée et limitée. Les allocations-chômage doivent dépendre des derniers salaires de temps plein et la durée de versement ne pas dépendre de la durée cotisée. Les jeunes à la recherche d’un premier emploi doivent avoir droit à une allocation d’insertion (ouvrant des droits à la retraite). Les bourses pour les étudiants doivent être revalorisées et distribuées plus largement. Le droit à l’emploi doit être garanti : les chômeurs de longue durée sans espoir de retrouver un emploi marchand normal doivent se voir proposer, selon le cas, une retraite à taux plein, une pension d’invalidité, une formation ou un emploi de dernier ressort dans une collectivités locale, une association, une entreprise d’insertion.

Dans cette optique, le revenu universel n’est pas une bonne piste4. Son coût sera exorbitant s’il s’agit de verser à chaque personne 600 euros par mois (300 pour les enfants), 425 milliards d’euros, soit en net 340 milliards (compte-tenu de 85 milliards d’économies de prestations), ce qui obligerait à augmenter la CSG de 24 points. Les classes moyennes auraient du mal à accepter une telle hausse, même si elle est partiellement compensée par ce versement de 600 euros. Même à ce coût, cette prestation ne sortirait pas tous ses bénéficiaires de la pauvreté. Pour que leur revenu ne baisse pas par rapport à l’existant, il faudrait introduire des suppléments pour les handicapés, les personnes âgées, les salariés en chômage total ou partiel et maintenir les aides au logement. Le système ne serait pas simplifié. Il est possible de mieux aider les plus pauvres à moindre coût, en ciblant vers eux des prestations spécifiques. Ainsi, il faudrait revaloriser le RSA, le rendre automatique, l’ajuster en temps réel à la situation des ménages, de façon à garantir un revenu minimum supérieur au seuil de pauvreté (1050 euros par mois par unité de consommation), du moins aux familles avec enfants, aux personnes en formation ou dans un programme d’insertion5.

Repenser la production

L’objectif devrait être d’aller vers une société sobre, égalitaire, socialiste, au sens où les grandes évolutions de la production et de la consommation devraient être décidées de façon collective (et non pas imposées par les stratégies des grandes firmes). Il faut satisfaire les besoins essentiels à moindre coût en termes de pollution et d’émission de gaz à effet de serre. Développer des besoins nouveaux ou des consommations ostentatoires ne doit plus être une priorité.
Cela dit, il faut laisser une place pour certaines innovations, qui peuvent être utiles, agréables ou économes. Les individus doivent conserver certains degrés de liberté pour satisfaire des besoins non essentiels. D’ailleurs, comment juger des besoins essentiels (la tentation est grande d’estimer qu’un bien qui ne nous concerne pas personnellement n’est pas essentiel) ?

L’arbitrage entre contraintes écologiques et libertés individuelles n’est pas si facile à faire. Mais nous n’avons guère le choix. Il faudra arrêter cette spirale qui crée perpétuellement de nouveaux besoins. On peut penser qu’il serait nécessaire d’introduire une autorisation de mise sur le marché (AMM), afin d’interdire les innovations polluantes, inutiles, non généralisables à l’ensemble de la population (comme le bitcoin, le SUV, les climatiseurs, sans doute la 5G, les produits durables dont la durée de vie et la possibilité de réparation ne sont pas garanties). Cela passe par une forte restriction de la publicité, parce que la publicité crée de nouveaux besoins, mais aussi parce qu’elle pollue le temps et l’attention des individus, mais aussi parce qu’elle masque le coût de nombreux produits et services (en matière de communication, de sport, ou de culture de masse) et qu’elle contribue à la croissance des inégalités de revenus, en finançant les superstars (artistes, sportifs, animateurs de médias).

Réduire les activités polluantes peut passer par la taxation/interdiction ou le rationnement. Les économistes libéraux préfèrent la taxation parce qu’ils estiment que les prix doivent refléter la rareté, qu’il faut laisser les consommateurs arbitrer et que le jeu des prix conduit à l’optimum, à condition que les externalités (positives et négatives) soient bien prises en compte. Toutefois, la taxation est aveugle, ne distingue pas les emplois indispensables et les gaspillages (le prix de l’énergie doit-il être le même pour se chauffer et pour faire du scooter des mers ?). La taxation pèse fortement sur les plus pauvres et même sur les classes moyennes plutôt que sur les plus riches. Elle aggrave les inégalités sociales : il est préférable de rationner (par exemple un vol long-courrier tous les 5 ans pour chacun) plutôt que fixer le prix du billet à 10 000 euros. Il est utopique de penser que de simples transferts fiscaux pourront compenser durablement l’aggravation des inégalités liés à la hausse du prix de l’énergie. L’interdiction doit frapper les consommations ostentatoires polluantes. Le rationnement doit obliger la société à proposer des alternatives économes au lieu de placer chaque ménage isolément devant sa contrainte budgétaire : il faut développer les transports en commun en décourageant l’emploi du véhicule individuel plutôt que penser résoudre le problème en augmentant le prix de l’essence ; il faut subventionner et organiser l’isolation thermique des logements plutôt que de se limiter à augmenter le prix du fuel.

Repenser les entreprises

Durant la crise du coronavirus, l’État a joué un rôle central d’organisateur de la riposte sanitaire, mais aussi d’assureur pour les entreprises. Il a pris en charge leurs salariés, il a garanti leurs dettes bancaires, il va annuler une partie de leurs dettes sociales et fiscales. Pour éviter les faillites, il va devoir recapitaliser une grande partie des entreprises. Peut-on imaginer que les actionnaires, après avoir été exemptés de subir les pertes, engrangent les bénéfices de la reprise ? Il faut profiter de la crise pour socialiser les entreprises. Les leçons de la crise sanitaire doivent être tirées : l’État devra guider les transformations nécessaires des entreprises ; une planification écologique sera nécessaire.

Il faut aller franchement vers une économie mixte avec un secteur public important, un secteur social et un secteur privé, explicitement divisé entre de grandes entreprises, dont la gestion devra être socialisée, et des PME.
Les entreprises doivent prendre un tournant, à la fois la relocalisation de la production, l’adaptation aux contraintes écologiques et maintenant à de nouvelles contraintes sanitaires. Dans certains secteurs, elles doivent viser à une diminution de leur production : il ne faut pas développer les vols aériens, les SUV, les climatiseurs, le bitcoin ; l’objectif doit devenir de produire des biens durables, sobres, de longue durée de vie. Les campagnes du genre « Changer votre Iphone67 pour un IPhone 69 » doivent choquer et être interdites. Ce n’est guère compatible avec l’objectif traditionnel des grandes entreprises : créer de nouveaux besoins, se développer, créer de la valeur pour les actionnaires. Une rupture franche est nécessaire.

L’objectif doit être d’investir pour la transition écologique et sociale ; il faut des plans de reconversion axés sur les branches ou les entreprises soutenant à la fois la demande (par des commandes publiques ou privées) et l’offre (par des fonds propres et de la formation), par exemple en matière de rénovation énergétique des logements, de transports en commun, de rénovation urbaine, d’énergie renouvelable, d’agriculture biologique. La transition ne sera pas facile dans la mesure où certaines capacités de production, certains savoir-faire devront être déclassés ; d’autres devront être construits (ou reconstruits).

Comme l’a montré l’exemple des hôpitaux pendant la crise sanitaire, un changement profond de fonctionnement des entreprises est possible, il demande une mobilisation du personnel, qui suppose de repenser la finalité, l’organisation. Ceci milite pour un nouveau type d’entreprise, avec une forte réduction du poids des actionnaires, un rôle de décision important pour les salariés et pour la société (par l’intermédiaire de l’État, certes, mais aussi de l’ensemble des parties prenantes, les collectivités locales, les clients, les mouvements citoyens). Pour les grandes entreprises, le souci des actionnaires doit devenir second par rapport à celui de l’utilité sociale. En somme, leur fonctionnement doit être calé sur celui de services publics idéaux.

Cela dit, il ne faut pas masquer les difficultés, que ce soit les divergences d’intérêt entre les parties prenantes, les difficultés de faire participer effectivement les salariés à la gouvernance de l’entreprise et par ailleurs les freins aux changements et à l’innovation d’un système productif trop rigide. La stratégie sociale-écologiste a tendance à oublier la nécessité d’une modification des rapports à l’intérieur des entreprises ; à penser que le changement peut se faire d’en haut par la fiscalité incitative et redistributive ; qu’il suffit de changer la hiérarchie sans changer les rapports hiérarchiques. C’est le défi qui se pose à une stratégie de rupture : pour être acceptée, elle doit être portée par les travailleurs eux-mêmes.

Sous le néo-libéralisme, les services publics, gérés comme des entreprises privés, contraints à des mesures d’économie, sans souci des usagers, perdent le sens de leur mission. Ils doivent être rendus aux usagers, (re)devenir des biens communs. Les salaires et les statuts des soignants/soignants, des enseignants/enseignantes doit être revalorisés. La bureaucratisation et la technocratie doivent être réduites. Les salaires dans le secteur public doivent être strictement plafonnés. Ce n’est pas si simple : les usagers ne sont pas forcément intéressés à investir dans la gestion et le contrôle des services publics ; les fonctionnaires ont leurs compétences et le service public ses exigences. Les parents d’élèves doivent être entendus, mais ce ne peut être eux qui fixent les programmes scolaires et les méthodes d’enseignement. Il faut parfois arbitrer entre les usagers, les fonctionnaires ou salariés, les contribuables. Mais les choix doivent être ouverts et transparents.

Démocratiser l’État

En même temps, le poids plus important de l’État pose la question de son fonctionnement, comme émanation du corps social, comme bien commun. L’augmentation du poids de l’État est dangereuse s’il s’agit d’un État autoritaire, dirigé par l’oligarchie financière. La situation actuelle où le vainqueur d’une élection présidentielle, grâce au soutien massif des classes dirigeantes, de leurs media, de leurs intellectuels organiques, s’empare de la totalité des pouvoirs pour les mettre à leur service, n’est pas satisfaisante. La France se caractérise par un système présidentiel, contraire aux principes républicains quand le président décide tout, nomme sans contrôle à tous les emplois publics de direction. Une rupture est nécessaire.

Restaurer la démocratie suppose de revenir à un régime parlementaire, avec des décisions collectives, avec un contrôle précis de l’action du gouvernement. Après un débat démocratique éclairé, la parole doit être redonnée au peuple, selon des modalités diverses (référendum, comité de citoyens, …), quand de grandes décisions doivent être prises au niveau national comme au niveau local.

L’influence des classes dominantes sur les choix politiques doit être réduite. Ceci suppose que les médias ne soient pas la propriété de patrons de grandes entreprises, que les mouvements politiques ne dépendent pas des dons des plus riches, que les entreprises ne puissent financer de pseudo instituts de réflexion qui interviennent dans le débat politique pour soutenir le point de vue patronal.

Démocratiser la fonction publique implique de limiter le poids de la frange étroite de hauts fonctionnaires, soumis à l’idéologie néolibérale et managériale, qui font des va-et-vient entre public et privé (ou qui se préparent à en faire), pour promouvoir des fonctionnaires attachés au sens du service public et de l’État. Le rôle, le recrutement, le fonctionnement du Conseil d’État et de la Cour des comptes doivent être repensés. Les hommes et femmes politiques ne doivent pas émaner de l’ENA ou des classes sociales supérieures. Ils/elles doivent pouvoir émerger des classes populaires, en passant par le syndicalisme, les mouvements sociaux, des partis politiques de masse.

L’État doit devenir effectivement la propriété commune de chacun. C’est un objectif, un slogan ; il n’est pas simple à mettre en œuvre. Il y a des intérêts divergents à concilier ; des choix politiques à faire, il est légitime que ces choix soient faits selon des règles républicaines, avec le respect des choix de la majorité comme le souci des minorités. Les élus doivent pouvoir agir. Démocratiser l’État n’est pas chose facile.

Il n’est pas évident que pourra se constituer facilement l’alliance nécessaire pour mettre en œuvre un programme de rupture, si celui-ci doit annoncer une société sobre mettant fin à l’exubérance du capitalisme.

Texte initialement publié sur le sites des Économistes Atterrés.


1. Il est frappant de voir à quel point les économistes et les journalistes relaient l’offensive du patronat, en particulier contre la C3S (qui ne frappe plus que les grandes entreprises).

2. Comme cette start-up, qui réduit le coût du « dernier kilomètre », en utilisant des autoentrepreneurs, sous-payés, surveillés électroniquement.

3. Faut-il rappeler ici que l’annulation des dettes publiques détenues par la BCE est un leurre dans la mesure où la BCE appartient aux États membres. La pseudo-annulation ne ferait que transférer la dette de l’État à une de ses composantes. Elle n’aurait aucun impact économique. Par ailleurs, faire défaut sur la dette publique n’est pas justifiable dans une situation où la France peut s’endetter sans limite, à taux 0. Il est difficile en 2020 de parler du « mur de la dette », quand la France va pouvoir émettre 450 milliards de titres à taux nul.

4. Beaucoup de projets de « revenu universel » préconisent en fait un revenu minimum garanti.

5. Nous n’avons pas le courage d’aborder un point délicat qui est la compatibilité entre une politique sociale généreuse et l’ouverture des frontières. La France a choisi une cote mal taillée où les migrants clandestins ont des droits après un certain temps, ce qui entretient une masse des travailleurs sans papiers. Par ailleurs, notre société tend à s’organiser sur une base ethnique ; le marché du travail est segmenté ; certains postes, avec des conditions de travail difficiles et des bas salaires, sont réservés en fait aux migrants, temporaires ou permanents, de sorte que les personnes d’origine française ne peuvent guère les occuper, puisqu’ils ne fournissent pas un salaire permettant de vivre correctement ; en sens inverse, les enfants de migrants ne peuvent pas massivement accéder à des postes satisfaisants réservés aux Français. Comment lutter contre cette évolution : tarir les entrées pour intégrer pleinement ceux qui sont déjà là ? Ouvrir les frontières en espérant que les nouveaux arrivants occuperont les mauvais emplois, ce qui ferait monter progressivement les migrants en place dans la hiérarchie des emplois, mais peut-on accepter cette racialisation du marché du travail ?

Nous pensons tous à demain

Introduction : de la Résistance à l’action

Nous pensons tous à demain. Et pour ce qui nous concerne aux « jours heureux », ce programme au nom devenu mythique. En réalité, ce texte visionnaire vient de loin. Inspiré par différents rapports et travaux de 1943, il a été adopté en 1944 par le Conseil national de la Résistance. Résistance ! Le mot peut sembler fort et comme toujours on rechigne à invoquer l’Histoire de peur de le faire en vain. Mais Résistance à quoi précisément ? À une tyrannie : celle du capitalisme actionnarial.

Mais alors, que faire ? Une ligne d’horizon : instaurer dans les faits les grands idéaux de la Révolution incarnés dans notre devise inventée par Maximilien Robespierre : Liberté, Égalité, Fraternité. Un moyen : Changer les structures politiques et sociales de fond en comble. Un objectif : la République sociale et la démocratie pleine. Voilà un plan de bataille.

La quête de l’émancipation se heurte indéfiniment à des intérêts contradictoires et à la recapture de la puissance du social. Elle se heurte aussi aux dominants qui deviennent d’autant plus violents qu’ils sont près de la chute.
Pour autant, un réformisme timide ne mènera à rien. Partout, à la manière des Gilets jaunes, il faut faire irruption dans l’espace public pour porter ce message : l’urgence est à la révolution sociale et démocratique.

Constat : l’ouvrier, les masques et la planète

À l’échelle microscopique, l’ouvrier est coupé de son outil de production et du produit de son travail qui appartiennent et profitent à un autre. Il n’est plus qu’un maillon interchangeable de la chaîne de reproduction du capital, plus ou moins haut placé dans la hiérarchie.

Cette inégalité structurelle entre détenteurs de capitaux et travailleurs apparaît avec toute sa violence et son injustice si l’on sait qu’un homme en vaut un autre.

À l’échelle des consciences, le capital ne connaît pas de limite. En détenant des médias et en finançant des campagnes électorales ou des think tanks, il fabrique et manipule les opinions. par tout moyen, il influence la décision publique dans son seul intérêt. Et si ça ne suffit pas, il dégaine le chantage à l’investissement ou à l’emploi.
« Un homme, une voix », il nous le laisse, mais seulement le jour des élections. Avant comme après, c’est la détention de capitaux qui compte.

À l’échelle internationale, le capital s’est hissé au-dessus des nations. Les capitaux se meuvent librement d’un pays à un autre, au gré des facilités fiscales, des droits des salariés et des niveaux de salaire. De multiples institutions internationales (UE, FMI, OMC, G7, OTAN, etc.) sont là pour garantir cette liberté d’action et de circulation, le capital s’étant lui-même construit le cadre institutionnel de son épanouissement.

Avec la complicité active des gouvernants, les États se retrouvent organisateurs des conditions de reproduction du capital via leurs corpus législatifs et leur appareil répressif. Dès lors, les appareils productifs se sont progressivement déplacés pour augmenter ou maintenir le taux de profit.

Il n’y a pas à chercher plus loin la gravité de la crise sanitaire que nous vivons : globalisation des chaînes d’approvisionnement. les médicaments, les masques, les tests sont produits ailleurs parce que c’est plus rentable. Ils ne sont plus là quand nous en avons mortellement besoin.

Quant au désastre économique et social qui s’annonce à la suite de cette épidémie, il sera également soumis à la globalisation des risques financiers et à la voracité actionnariale. L’emprise du capital sur la dette des états et la création monétaire fera peut-être de cette crise à venir un désastre sans précédent.

La démocratie, ou ce qu’il en reste, est rognée de toute part. comment pourrait-il en être autrement puisque l’essentiel du contenu est considéré comme déjà élu ? Tout ce qui veut sérieusement remettre en cause la domination de l’argent est voué à la tempête médiatique et à la répression policière. Les Gilets jaunes sont là pour le prouver. Leurs 42 revendications de début décembre 2018, pourtant parfaitement raisonnables et dans la ligne du cnr, leur ont valu trois morts et 2 500 blessés dont 27 éborgnés. La voilà la tête de la démocratie sous emprise du capital. Et voilà qui donne sa consistance au mot résistance.

Plus grave encore, l’humanité elle-même est menacée par la surexploitation des ressources et les désastres climatiques qui s’ensuivent. L’exigence de rendement constant, ou pire croissant, est à l’évidence incompatible avec la finitude de notre environnement. La limite théorique nous apparaît un peu plus concrète à chaque catastrophe mais croyez-vous qu’ils vont lâcher dans le calme ?

Perspectives : la devise républicaine est révolutionnaire

Voilà l’ordre des choses qu’il faut abattre. Mais que faire demain ? Être des hommes libres. Partout, il faut surgir pour l’exiger et dénoncer la forfaiture de ceux qui prétendent changer les choses sans s’attaquer aux structures. Toujours, il faut inventer des formes nouvelles de lutte et d’expression populaire, comme les gilets jaunes ont su le faire sur les ronds-points (l’Étoile en tête) ou les danseurs de l’opéra contre la réforme des retraites : la vivacité d’un mouvement se mesure à sa créativité. La réponse du pouvoir mesure la pertinence du geste.

À mon échelle, j’ai rejoint le 1er décembre 2018 les Gilet jaunes en grande tenue de polytechnique. La plainte portée contre moi a montré que l’idée était bonne et a catalysé la création d’un groupe de 160 élèves et anciens. L’accumulation des initiatives de tous les genres permettra de reconquérir l’hégémonie culturelle et de rééquilibrer le rapport de force. Propager autour de soi les idées révolutionnaires de liberté, d’égalité et de fraternité, c’est préparer la révolution et justement, les jours heureux :

Instaurons la Liberté.
Quand a-t-on pu vraiment décider collectivement de notre propre destin ? Jamais pleinement, à l’exception de brèves parenthèses historiques plus ou moins vite refermées. Il est temps d’en ouvrir une autre. Le temps est venu de la révolution sociale et du développement humain.
Décidons dans la cité, décidons au travail, décidons dans nos vies. Réunissons l’ouvrier et ses œuvres, le citoyen et la loi, le peuple et l’État. La propriété ne doit qu’être comprise comme la liberté de jouir des fruits de son seul travail propre. Le capital asservit là où la socialisation libère.

Chérissons l’Égalité.
Il n’y a pas de liberté sans égalité. Garantissons l’égalité dans l’accès aux biens matériels nécessaires : un toit, un repas, des soins, des études, une retraite : que les temps productivistes nous aient au moins libérés de la précarité des conditions de vie matérielle.

Les ressources naturelles appartiendront à tous, c’est-à-dire à personne. Leur exploitation sera assurée par des organisations sociales : des services publics chargés d’en distribuer équitablement les fruits et d’en garantir le renouvellement.

Garantissons aussi l’égalité dans l’accès à l’immatériel tout aussi nécessaire à l’accomplissement d’une bonne vie : l’information, la justice, la science, les arts, la nature.

Cultivons la Fraternité.
L’État, dépositaire de la puissance du peuple et responsable devant lui en permanence sera au service de tous et des faibles en premier. L’ensemble protégeant chacun : l’État social, mais aussi la simple humanité entre citoyens deviendra la loi générale.

Les jours heureux sont en réalité à portée de main si le peuple décide de mettre à bas les tyrans qui nous asservissent. La Fraternité entre toutes et tous pourra alors être ce ciment républicain collectif qui rend la politique si belle quand elle est menée pour l’intérêt général.

Alors, pensons à demain !

Texte initialement publié au sein de l’ouvrage collectif Résistons ensemble, pour que renaissent des jours heureux.

Les dettes publiques au temps du coronavirus

La crise sanitaire va accentuer deux tendances fortes de l’évolution monétaire de ces dix dernières années: le gonflement des dettes publiques et le bas niveau des taux d’intérêt. Dans tous les pays développés, les Etats ont pris des mesures massives de soutien de la population ou de l’activité; les déficits publics qui en ont résulté ont été financés sans difficultés à des taux d’intérêt très faibles pour la plupart des pays, sauf pour certains pays de la zone euro. Le gonflement des dettes publiques posera-t-il problème pour l’avenir? La mise en œuvre de politiques d’austérité pour réduire ces dettes publiques serait économiquement et socialement désastreuse. Plusieurs propositions ont été faites pour annuler ou monétiser les dettes publiques. Sont-elles réalistes? 1

La hausse des déficits publics a été financée

La crise sanitaire se traduira obligatoirement par une forte hausse des déficits et des dettes publics dans l’ensemble des pays développés. Celle-ci dépendra essentiellement de la longueur des arrêts d’activité induits par la pandémie, puis de la force de la reprise une fois la pandémie enrayée. Selon le Fonds monétaire international (FMI, avril 2020) pour environ deux mois de confinement, la perte moyenne de production serait de 8% en 2020, dont 2,5 points seraient rattrapés en 2021, laissant donc en 2021 un écart de 5,5% par rapport à la tendance d’avant crise2. Le creusement des déficits publics en 2020-2021 proviendrait à la fois de la baisse spontanée des recettes fiscales et de la hausse des dépenses pour verser des prestations de chômage et de chômage temporaire, pour soutenir les revenus des ménages précaires, pour reporter ou annuler les impôts et les cotisations dus par les entreprises, pour aider les entreprises en difficulté à éviter les faillites, pour garantir les prêts bancaires. Selon le FMI, le déficit public augmenterait en moyenne dans les pays avancés de 7,6 points de PIB en 2020, dont 2,4 points persisteraient en 2021. Cela signifierait que les finances publiques prendraient à leur charge 75% de la baisse du PIB. La dette augmenterait donc d’environ 10,5 points de PIB, soit une hausse de l’ordre de 16 points du ratio dette/PIB (voir tableau 1). Contrairement à la hausse des dettes publiques, du fait des fortes niveaux de taux d’intérêt de 1980 à 1995 ou du fait des aides au secteur bancaire au moment de la crise financière de 2008, ou plus structurellement du fait de la concurrence et de l’optimisation fiscales, la hausse de 2020-21 ne peut être attribuée à des dysfonctionnements spécifiques du système économique; elle est nécessaire du point de vue social, industriel et macroéconomique. En 2019, aucun pays de la zone euro n’avait un déficit primaire excessif. Certes, l’Italie était en situation délicate, avec un déficit de 1,6 % du PIB, une dette de 135% du PIB et surtout une croissance médiocre, mais elle avait un excédent primaire de 1% du PIB. Son problème résidait dans le poids de sa dette qui lui coutait 2,6 points de PIB (un taux d’intérêt moyen sur la dette de 1,9 point de PIB, soit approximativement la croissance de son PIB en valeur): l’excédent primaire permettait une légère décrue de la dette, mais celle-ci était très lente et fragile.

Source: FMI, Fiscal monitor, avril 2020; p: prévisions.
Dette / PIB en % Solde primaire Solde public
2019 2021p 2019 2019 2020 2021p
Allemagne 59.8 65.6 2.0 1.4 -5.5 -1.2
France 98.5 116.4 -0.7 -2.1 -9.2 -6.2
Italie 134.8 150.4 1.0 -1.6 -8.3 -3.5
Espagne 95.5 114.6 -0.6 -2.6 -9.5 -6.7
Royaume-Uni 85.4 95.8 -0.7 -2.1 -8.3 -5.5
Japon 109.0 131.9 -3.6 -5.8 -15.4 -8.6
États-Unis 237.4 247.6 -2.6 -2.8 -3.1 -2.1

Comme on pouvait s’y attendre, la crise a fait oublier les dogmes néolibéraux de l’impératif de l’équilibre budgétaire, qui volent en éclat lorsque les banques ou les entreprises ont besoin du soutien de l’État. Elle a rendu nécessaire une forte hausse des déficits publics que la plupart des pays ont pu financer sans problème grâce au fonctionnement du système monétaire. Le principe des économies monétaires modernes est que les Etats doivent toujours pouvoir financer un montant illimité de déficit public. La banque centrale s’engage à refinancer les banques en prenant en pension les bons du Trésor à un certain taux, dit taux de refinancement (en temps ordinaire, 4% par exemple), des organismes spécialisés (nommés, en France, SVT, spécialistes en valeur du trésor) s’engagent à acheter les titres à court terme que l’État veut émettre, qu’ils pourront toujours replacer auprès de la banque centrale si nécessaire, dans le cas où ils ne réussiraient pas à les placer auprès d’autres institutions financières. Le taux d’émissions des bons de court terme n’est donc que très légèrement supérieur au taux de refinancement (4,025% dans notre exemple). L’État a en fait, un droit de tirage illimité sur la banque centrale, ce qui est pratiquement équivalent à un financement direct du Trésor au taux du refinancement, tant sur le plan macroéconomique que sur le plan financier 3.
Ainsi, durant la phase actuelle de la crise sanitaire, malgré le fort creusement des déficits, les États ont pu se refinancer à des taux très faibles, du fait de la baisse des taux de refinancement et des anticipations de maintien de ces taux à de bas niveaux. Les marchés financiers n’anticipent ni de forte reprise, ni de reprise de l’inflation, ni de risque de défaut (sauf pour quelques pays de la zone euro). Une fois encore, il apparaît que le creusement des dettes et des déficits publics, lorsqu’il a lieu en période de dépression économique, s’accompagne d’une baisse et non d’une hausse des taux d’intérêt (contrairement à ce que prétend la théorie néo-classique). C’est particulièrement le cas au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Dans la zone euro, depuis le déclenchement de la crise sanitaire, les taux longs ont légèrement diminué en Allemagne et sont restés pratiquement stables pour la plupart des pays, y compris la France. Ainsi la France peut s’endetter à des taux négatifs jusqu’à des échéances de 8,5 ans. Par contre, la prime de risque (l’écart de taux d’intérêt par rapport à ceux des pays considérés comme sans risque, évalué par rapport à la moyenne Pays-Bas/Finlande/Autriche) s’est creusée pour l’Espagne de 0,5 à 0,9 point, pour le Portugal de 0,5 à 1,1 point, pour l’Italie de 1,5 à 2,0 points, pour la Grèce de 1,5 à 2,15 points.

Ainsi l’Italie, en particulier, supporte un taux nettement plus élevé que la France et même que le Royaume-Uni, malgré les incertitudes liées au Brexit. L’Italie est prise dans la spirale infernalebien connue. Les marchés craignent une crise aboutissant à une sortie de la zone euro, ils réclament donc des taux plus élevés pour détenir la dette publique italienne.

Taux d’intérêt
Taux de refinancement Taux à 10 ans
Janvier 2020 Avril 2020 2 Janvier 2020 10 Avril 2020
Allemagne 0.0 0.0 -0.22 -0.47
France 0.0 0.0 0.08 0.05
Italie 0.0 0.0 1.43 1.98
Espagne 0.0 0.0 0.46 0.87
Pays-Bas, Finlande, Autriche 0.0 0.0 -0.04 -0.04
Royaume-Uni 0.75 0.10 0.79 0.30
États-Unis 1.75 0.25 1.88 0.59
Japon -0.10 -0.10 -0.01 0.02
Taux d’intérêt au 20 Avril
Allemagne France Italie Royaume-Uni
1 mois -0.57 0.11 0.15
3 mois -0.51 -0.47 0.18 0.15
6 mois -0.55 -0.41 0.44 0.20
1 an -0.54 -0.39 0.56 0.12
3 ans -0.66 -0.37 1.08 0.09
5 ans -0.65 -0.28 1.46 0.16
10 ans -0.47 0.05 1.93 0.30

Ces taux pèsent sur la croissance et creusent le déficit public italien, ce qui tend à faire augmenter la dette, ce qui accentue les craintes des marchés. Le gouvernement italien refuse à juste titre d’annoncer un programme d’austérité; les pays du Nord refusent de soutenir l’Italie sans un droit de contrôle de sa politique économique. Les marchés se souviennent de l’épisode où la BCE se refusait à refinancer les banques grecques.

Une crise aboutissant à une sortie de l’Italie de la zone euro ou à une annulation partielle de sa dette n’est pas totalement inenvisageable, d’autant que les marchés peuvent craindre leur propre emballement auto réalisateur4. Au contraire, les marchés savent que le Royaume-Uni ne fait courir aucun risque de défaillance, le seul risque étant celui d’une baisse future de la livre, risque sans doute déjà absorbé par le maintien d’une livre en deçà de son niveau d’avant le vote du Brexit (-18% par rapport à l’euro depuis le référendum). Une fois de plus, la crise sanitaire montre que la zone euro est un édifice fragile, à la merci des chocs. Il faudra, à l’avenir, rétablir l’unité entre les États et la banque centrale, sachant que cela peut se faire de deux moyens extrêmes, soit le fédéralisme budgétaire (qui implique une perte totale d’autonomie des États membres), soit la dislocation de l’euro.

En revanche, la France (tout comme l’Allemagne, les États-Unis, le Royaume-Uni) peut se financer, sans limites, à des taux extrêmement faibles, négatifs même souvent, de sorte qu’il n’est pas pertinent actuellement de réclamer que la banque centrale finance directement les États5.

Considérons une situation où la production est de 1000 milliards, distribués aux ménages qui les dépensent en totalité. Brutalement, un choc d’offre survient, la production baisse à 700. L’État décide compenser la perte de revenus des ménages pour 200, de sorte que le revenu des ménages passe à 900, mais ceux-ci en raison du choc ne consomment que 700. Il y a une hausse de 200 milliards du déficit public, qui correspond à une accumulation de 200 milliards des avoirs des ménages. Ces 200 milliards sont normalement placés en dépôts bancaires. Dans la mesure où les banques n’ont guère de raison d’augmenter leurs crédits, elles vont se porter acquéreuses pour 200 milliards des titres, émis par l’État. Ce financement est-il monétaire ou non? C’est une pure question de terminologie.

Certes, la banque centrale pourrait acquérir 100 milliards de titres publics, ce qui diminuerait d’autant le montant du refinancement des banques (ou augmenterait leurs réserves auprès de la Banque centrale). En temps ordinaires, le coût de la détention de titres publics pour la banque centrale est un coût d’opportunité, c’est-à-dire un manque à gagner (en principe, le taux de refinancement des banques) de sorte qu’il est légitime que l’État supporte ce coût. Un financement de l’État à un taux nul reviendrait à une ponction sur les profits de la banque centrale (ce qui en soi n’a guère d’importance puisque finalement les profits de la banque centrale sont reversés à l’État, sauf qu’il serait contraire à l’autonomie de la banque centrale que l’État puisse réduire de façon discrétionnaire le profit de celle-ci). Il est donc légitime que soit introduit, comme en France en 1973, un plafond sur les avances de la banque centrale à l’État à taux nul. Par ailleurs, il est normal, qu’en des périodes spécifiques, le montant de ces avances puisse être augmenté.

Pour l’État, le financement au taux de refinancement courant doit être comparé au financement par des titres, qui se fait en principe à des taux de long terme, sans risque, qui reflètent les anticipations des marchés sur l’évolution des taux de court terme, ainsi, éventuellement, qu’une prime d’habitat (qui peut être négative si les épargnants recherchent des titres à long terme ou positive si l’État a émis trop de titres à long terme). Ainsi, quand les taux d’intérêt de long terme sont nuls comme actuellement, l’État peut-il préférer s’endetter à long terme, plutôt que recourir au marché monétaire, puisqu’il se prémunit ainsi contre le risque d’une remontée des taux d’intérêt. En France, c’est le rôle de l’Agence France Trésor (AFT) que de faire de tels arbitrages, sans que la question du caractère monétaire ou non de l’endettement soit jamais évoquée.

Bien sûr, il serait préférable que l’État et les collectivités locales puissent s’endetter directement auprès des ménages à des taux hors marché réglementés. C’est le cas, par exemple, avec les livrets de caisse d’épargne. Le problème est que les ménages, du moins ceux qui ont des avoirs financiers importants, ont tous des comptes bancaires et que les banques développent des produits pour concurrencer les comptes à taux réglementés, de sorte cette ressource a été fortement réduite (d’autant qu’en Europe et en France, le choix de l’oligarchie a été de diminuer l’importance des circuits financiers publics).

En tout état de cause, la question des taux d’intérêt sur la dette publique ne se pose guère pour l’instant où les taux sont légèrement négatifs. Elle ne se posera que si les taux remontent fortement. Mais, dans la zone euro considérée globalement, cette remontée ne devrait avoir lieu que si s’ouvre une période de forte croissance et d’inflation, donc avec des rentrées fiscales importantes et un taux d’intérêt corrigé de la croissance relativement faible, de sorte que la situation ne sera donc pas forcément tendue.

Annulation, planche à billets, monétisation… les solutions magiques

Durant la crise sanitaire, puis lors de sa sortie, les États accumuleront de la dette publique tandis que les agents privés, en particulier les ménages, accumuleront globalement des avoirs, même si certains ménages et des entreprises seront en difficulté financière. On peut certes imaginer qu’à la sortie du confinement, les ménages consomment massivement leurs avoirs accumulés, pour faire des achats indispensables retardés (appareils en panne, coiffeurs, vêtements…), mais aussi pour compenser les frustrations et les tensions accumulées pendant la crise (voyages, sorties…), de sorte que la croissance soit relancée et que l’inflation reparte à la hausse. Cette évolution aurait l’avantage d’inciter à la reprise d’activité; une poussée d’inflation serait bienvenue, qui allègerait les dettes. Elle est malheureusement peu probable.

Le plus probable est que la demande, et l’activité, restent longtemps moroses. L’incertitude pèsera sur les dépenses des ménages et l’investissement des entreprises. La crise sanitaire risque paradoxalement de retarder la mise en place d’une grande politique écologique, la technocratie pouvant arguer des déséquilibres des finances publiques pour annuler les investissements écologiques et les grandes entreprises de la difficulté de la reprise pour échapper à la mise en place de taxes et de normes écologiques. Dans cette situation, comment réduire le montant des dettes publiques, sachant que le problème ne sera sans doute pas tant l’excès de demande induit par une dette trop élevée, mais le risque de dépendance aux marchés financiers ? Quatre solutions ont été proposées par des personnalités politiques, des commentateurs et certains économistes.

La première consisterait simplement à annuler tout ou partie des dettes publiques. Une réduction uniforme de 30% serait par exemple appliquée, qui ramènerait la dette publique française fin 2021 à 80% du PIB. Cela se ferait au détriment des détenteurs de la dette publique. Or ceux-ci ne sont pas les plus riches, lesquels ont d’autres instruments de placement que des titres publics (qui rapportent actuellement des taux d’intérêt nuls, voire négatifs), que ce soit dans l’immobilier, dans des instruments financiers plus risqués ou, pour les plus riches, dans leurs entreprises. Les détenteurs de la dette publique sont des ménages des classes moyennes (qui les détiennent sous forme d’assurance-vie, de PERP, d’OPCVM, etc.). Il parait difficile d’annuler leurs avoirs. Par ailleurs, ces personnes ont fait confiance à l’État français en lui prêtant à des taux très faible, n’incorporant pas de prime de risque: elles sont disposées à lui prêter de nouveau. La France n’est pas en faillite, elle ne peut sérieusement prétendre être dans l’impossibilité de servir sa dette. Les institutions lésées porteraient plainte devant les tribunaux, français ou internationaux, et auraient gain de cause. Enfin, évoquer la possibilité d’annulation partielle de la dette pourrait effrayer les épargnants, provoquer une hausse des taux d’intérêt et donc générer une crise de la dette. Les dettes publiques ne seraient plus considérées comme sans risque; ce qui imposerait aux banques d’immobiliser des fonds propres pour en détenir. Les pays qui auraient procédé à de telles opérations auraient du mal à emprunter de nouveau pour financer, par exemple, la transition écologique 6. Heureusement, personne ne prend cette proposition au sérieux.

La deuxième consisterait à faire tourner la planche à billet. Mais, qu’est-ce que la planche à billet en 2020? La question n’est pas : « L’Etat peut-il distribuer de l’argent aux ménages et aux entreprises en période de crise». La réponse est, bien sûr, oui, c’est ce qu’il fait actuellement et sans limite. En ce sens, il y a bien de l’argent magique. Nous l’avons vu, l’Etat peut emprunter toutes les sommes qu’il désire7. Le seul problème, spécifique à la zone euro, c’est que les dettes publiques ne sont pas explicitement garanties, de sorte que les marchés peuvent imposer des primes de risque aux titres de long terme de certains pays. Ce n’est pas le cas actuellement pour la France.

Cet argent n’est ni distribué, ni détenu sous forme de billets. Donc, il n’est pas nécessaire d’en imprimer. Il n’y a pas de planche à billet à faire tourner, mais il n’y a pas de non plus de ressources supplémentaires à taux d’intérêt obligatoirement nul.

Imaginons que l’Etat verse 100 milliards aux ménages précaires ; ceux-ci vont les dépenser totalement. Cela va générer un effet multiplicateur sur la production si l’économie est en sous-emploi. Supposons que le taux d’épargne des ménages moyens sur leur revenu courant est de 0,7 et que le taux d’imposition de la production est de 0,38. Un calcul simple montre que si le multiplicateur keynésien est de 2, la production va augmenter de 200 milliards et donc les rentrées fiscales de 60 milliards. Ex post, le déficit public augmentera de 40 milliards, comme l’épargne des ménages. Heureusement, l’effet sur le déficit public est nettement plus faible que le choc initial. Mais, ces 40 milliards ne seront pas détenus sous forme de billets. Ils le seront par exemple pour 20 milliards en titres (par l’intermédiaire de l’assurance-vie notamment) et pour 20 milliards en dépôts bancaires rémunérés. Les banques n’ont aucune raison a priori d’augmenter leurs crédits. Elles pourront donc acheter les 20 milliards de titres publics que l’Etat va émettre. Ex post, l’Etat sera obligatoirement endetté de 40 milliards supplémentaires qui seront rémunérés au taux des titres. Comme ces taux sont nuls actuellement, cela ne pose pas problème; si, à l’avenir, les taux d’intérêt remontaient, les charges d’intérêt augmenteraient, mais nous avons vu que cela ne sera pas nécessairement problématique. Mais, bien sûr, l’Etat est éternel. Il n’a pas à rembourser la dette publique, qui est, elle aussi, éternelle. Ses détenteurs sont eux aussi globalement éternels: il y aura toujours des épargnants qui voudront détenir des actifs financiers sans risque. Il n’y aura pas un jour J, où l’Etat devra rembourser la totalité de sa dette. Chaque mois, l’Etat rembourse les emprunts arrivés à échéance, mais, la plupart des institutions remboursées (en particulier les assurances) rachètent immédiatement des titres publics. L’Etat doit seulement conserver le contrôlede la dette ; il doit aussi être prêt à la réduire (en ayant des excédents budgétaires) si cette dette génère une demande trop élevée par rapport aux capacités de production (et donc des tensions inflationnistes ou des tensions sur les taux d’intérêt).

Certains suggèrent d’émettre des titres de dette perpétuelle, que l’Etat ne rembourserait jamais, dont il n‘aurait qu’à servir les intérêts. Mais, qui achèterait ces titres? Et à quels taux? George Soros9 propose de les émettre avec un taux d’intérêt de 0,5%. Mais quelle institution financière achèterait de tels titres, avec lesquels elle serait éternellement collée si les taux remontaient? L’Etat devrait proposer des taux beaucoup plus élevés ou des taux indexés, ce qui réduirait l’intérêt de la proposition.

La troisième solution serait de « monétiser » la dette publique. Je dois avouer que je ne sais pas ce que cela veut dire. Par monétiser, faut-il comprendre que la dette publique sera détenue par les ménages sous forme de billets ? Mais comment convaincre les ménages de détenir plus de billets? Dans leur portefeuille ou sous leur matelas ? Faut-il comprendre que la BCE va acheter directement les titres publics (mais quelle différence avec une situation où elle les achète indirectement?). Comment définir la monnaie: les livrets en caisse d’épargne, les dépôts bancaires à vue, à terme, les OPVCM monétaires sont-ils de la monnaie ?

Si la banque centrale achète 100 milliards de titres publics aux banques, le refinancement des banques diminue comptablement de 100 milliards. Ce qu’elle gagne en intérêts de la dette publique, la banque centrale le perd en intérêts sur le refinancement bancaire. La banque centrale effectue donc un changement de maturité de son actif et de l’actif des banques, dont l’impact macroéconomique est a priori faible.

Le point essentiel est que la banque centrale appartient à l’Etat, qu’elle lui verse ses bénéfices, en particulier le seigneuriage résultat de l’écart entre le taux de refinancement et le taux d’intérêt nul qu’elle paye sur les billets de banque, de sorte que toute opération de transfert de dette entre la banque centrale et l’Etat est une opération neutre du point de vue macroéconomique et financier10. Faut-il faire la liste des propositions illusoires de monétisationque certains économistes ont fait depuis le début de la crise financière ?

Certains proposent que le soutien aux ménages soit assuré par une monnaie hélicoptère, une somme que la banque centrale verserait à chaque ménage11. Ils oublient que ce genre d’opération fait partie de la politique budgétaire; ce n’est pas le rôle de la banque centrale. Dans la zone euro, chaque pays membre a déjà pris des mesures pour soutenir au mieux son économie, ce serait un gâchis que de rajouter un transfert à tous, aux plus riches comme aux plus pauvres, de verser de l’argent à des fonctionnaires ou à des retraités qui n’ont pas été affectés a priori; les besoins ne sont pas les mêmes dans les pays qui disposent d’un revenu minimum et d’un système d’assurance pour le chômage total et le chômage temporaire et dans ceux qui n’en disposent pas12.

Reprenons notre exemple. Imaginons que ce soit la banque centrale qui ait versé 100 milliards aux ménages précaires. Ex post, la banque centrale aura un déficit de 100 milliards; l’Etat pourra réduire son déficit et sa dette de 60 milliards, mais la banque centrale va voir diminuer de 100 milliards le refinancement qu’elle accorde aux banques. Globalement, l’ensemble, banque centrale + Etat, aura bien la même évolution de sa dette nette, la masse monétaire sera la même, rien ne sera changé pour les agents privés, mais le financement sera assuré par le refinancement des banques (donc au taux du refinancement) et non par des titres (dont le taux d’intérêt dépend de l’échéance). C’est là que certains économistes jouent de la comptabilité créative (nommée encore la méthode de la poussière sous le tapis). Ils pensent que les marchés financiers et les instances européennes seront dupes, qu’elles regarderont la baisse de la dette publique et non la hausse du total dette publique + dette de la banque centrale. C’est illusoire. Si des Etats essayaient de faire financer une partie de leurs dépenses courantes par leur banque centrale ou de dissimuler une partie de leur dette dans le bilan de leur Banque centrale, les marchés financiers en tiendraient vite compte. Certains économistes prétendent que la banque centrale étant la source ultime de la liquidité, son bilan peut être déséquilibré sans problème; mais, ce raisonnement s’applique de la même façon à l’Etat, dont la dette publique, garantie par la banque centrale, peut, elle aussi, grandir sans limite. L’équivalence entre la dette publique et une éventuelle dette de la banque centrale tient du point de vue macroéconomique, comme financier. Pour évaluer l’impulsion budgétaire, il faut tenir compte du déficit public et du déficit de la banque centrale (si celui-ci devient important). De même, les marchés financiers et les institutions internationales, pour évaluer la soutenabilité de la dette, doivent tenir compte de la situation des administrations et de la banque centrale (c’est d’ailleurs ce qu’ils font pour les pays en développement).

Certains proposent que la banque centrale annule les titres publics qu’elle détient déjà ou même qu’elle en achète pour les détruire immédiatement ou qu’elle les détienne jusqu’à la fin des temps à un taux d’intérêt nul. Cette opération purement interne à l’ensemble Etat + banque centrale n’aurait aucun impact macroéconomique. Imaginons que la banque centrale achète 100 milliards de titres publics que les banques lui vendraient, puis qu’elle détruise ces titres. On se retrouve dans la problématique précédente. La dette publique baisse de 100 milliards, mais la dette banque centrale + Etatreste fixe. L’opération ne dégagerait aucune marge de manœuvre, tant que pour l’équilibre de court terme, que pour la soutenabilité de la dette. C’est une erreur de croire que cela donnerait un degré de liberté supplémentaire de 100 milliards aux finances publiques. Certes, les taux sont nuls actuellement, de sorte que les flux d’intérêt n’ont pas d’importance. Mais, si les taux d’intérêt remontaient, la banque centrale verrait son compte se déséquilibrer. Comme elle appartient à l’Etat, les économies faites par l’Etat en intérêts de la dette annulée seraient compensées par la perte des dividendes de la banque centrale (et sans doute par l’obligation de la subventionner).

Contrairement à ce que prétendent régulièrement certains publicistes, il n’existe pas de création ou de financement monétaire magiques qui permettraient de financer sans limite le revenu universel pour les uns, la transition écologique pour les autres, et maintenant la crise sanitaire. Du côté de l’équilibre des biens et services, c’est la dépense exogène qui compte (et pas son financement). Elle est nécessaire en période de sous-emploi, doit être financée par des impôts en période de plein-emploi. Du côté des actifs financiers, il n’existe pas de barrières précises entre les actifs qui seraient monétaires et les autres; et le montant des actifs non rémunérés que les agents veulent détenir est limité, d’autant plus lorsque les taux d’intérêt remonteraient.

Que faire de la dette ?

Une partie de la dette publique correspond au désir normal des ménages de disposer d’un actif financier sans risque. Il est légitime que la dette publique finance les investissements publics. À l’avenir, l’Etat devra obligatoirement émettre des titres publics pour financer la transition écologique. Il est indispensable que les déficits publics se creusent en période de baisse de la demande, une fois que les taux d’intérêt ont été mis à zéro. Une dette publique n’est excessive que lorsqu’elle induit des taux d’intérêt et des taux d’inflation trop élevés. De toute évidence, ce n’est pas le cas actuellement.

Une partie importante de la hausse récente de la dette publique correspond à de l’épargne involontaire d’une partie des ménages en raison de l’impossibilité de faire des achats, alors que leur revenu était quasiment maintenu. Il serait contreproductif de prétendre réduire la dette publique en réduisant cette épargne par l’impôt, alors qu’il faut à court terme soutenir la demande. Il faut donc distinguer trois échéances. A court terme, l’important est la reprise de l’activité; aucune hausse générale d’impôt ne doit être envisagée et la baisse de la dette publique ne peut se faire par le dégonflement de l’épargne excédentaire et par l’inflation; il faudra surtout éviter que les instances européennes prétendent réintroduire la norme de 60% du PIB pour la dette publique, celle de 3% pour le déficit et l’objectif d’équilibre de moyen terme; une partie importante du creusement du déficit public sera portée par les régimes de Sécurité sociale, ce qui peut être un prétexte pour relancer des politiques d’austérité sociale: l’Etat se doit de prendre en charge le creusement des déficits sociaux induits par la crise sanitaire. A moyen terme, les investissements publics et la transition écologique pourraient être facilités par le développement d’un système financier public offrant aux ménages des placements sans risque, protégés de l’inflation et par l’obligation imposée aux banques de consacrer une partie de leurs dépôts à de tels emplois. A plus long terme, la réduction de la dette publique sera facilitée par le retour à la taxation progressive des revenus du capital, le rétablissement d’un ISF amélioré (sans plafonnement en fonction du revenu affiché) et la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales.

Article initialement publié sur le site des Economistes Atterrés.


1. Bien qu’ayant été discutée au sein des Économistes atterrés, cette note représente mon point de vue et non nécessairement de tous les Économistes atterrés. Je signalerai, parfois, des points où des divergences existent entre nous.

2. Nous n’abordons pas ici deux points cruciaux: la crise sanitaire marquera-t-elle une inflexion de la croissance mondiale? Malgré les aides publiques, n’y aura-t-il pas un nombre important d’entreprises qui ne survivront pas à la crise?

3. Contrairement à ce que croient les économistes Internet, qui mettent en cause la loi de 1973; contrairement à ce que croient certaines personnalités politiques ou certains journalistes qui se sont émerveillés de l’annonce de la Banque d’Angleterre, le 9 avril 2020, laquelle n’a pourtant fait qu’augmenter légèrement et temporairement le montant de ses avances directes (de court terme) à l’État.

4. Une probabilité perçue de 25% d’une perte de 50% de la valeur de la dette italienne dans les 10 années à venir entraîne une prime de risque de 1,55%.

5. Certains d’entre nous estiment que la possibilité de financement direct des États par la banque centrale devrait être inscrite dans les traités. Mais qui en aurait l’initiative: la banque centrale (ce qui ne changerait rien par rapport à la situation actuelle) ou les États (mais à quels taux? sous quelles limites?).

6. Certains d’entre nous pensent, cependant, qu’il serait possible d’annuler la dette détenue par les plus gros détenteurs, en prélude d’une opération de remise en ordre complète du système financier qui permettrait à l’État de ne plus se financer sur les marchés financiers, mais uniquement auprès d’un système bancaire public.

7. Ce qui permet de dire, selon son humeur, soit que la Modern Monetary Theory a raison, soit qu’elle enfonce une porte ouverte.

8. Pour simplifier le raisonnement, on se place en économie fermée.

9. https://www.project-syndicate.org/commentary/finance-european-union-recovery-with-perpetual-bonds-by-george-soros-2020-04

10. Dans la zone euro, la BCE appartient aux Etats membres, en proportion de leur part dans son capital.

11. ir, par exemple, Aurore Lalucq et Jézabel Couppey-Soubeyran: https://www.nouvelobs.com/economie/20200330.OBS26781/tribune-la-monnaie-helicoptere-ou-le-desastre.html

12. Certains proposent que la banque centrale réduise l’endettement des entreprises et des ménages, fortement endettés. Ce serait leur fournir un enrichissement injustifié, si leur endettement provient d’une opération financière, plus ou moins spéculative ou même d’un achat immobilier.

Coronavirus – On s’arrête, on réfléchit

L’épidémie de Coronavirus, attendue de Chine depuis janvier et d’Italie depuis février, nous frappe durement à notre tour. Le virus est désormais présent sur tous les continents (hors Antarctique) et tous les pays frappés prennent des mesures radicales, étant données les conséquences sanitaires.

S’il y en a encore qui prennent la chose à la légère, rappelons que l’Italie fait de la médecine de guerre face à la saturation de son système hospitalier et que cela risque de nous arriver incessamment. Avant d’aller plus loin, nous tenons à préciser que toutes les activités de groupe sont suspendues et nous vous exhortons à rester chez vous et à n’y faire venir personne.

L’épidémie fera sans doute de très nombreuses victimes dont beaucoup auraient pu être évitées en apprenant de la gestion de crise chinoise et italienne, mais aussi coréenne et taiwanaise. Ce n’est pas le choix qui a été fait. Ils avaient le choix entre le déshonneur et la guerre, ils ont choisi le déshonneur et nous avons la guerre.

La crise économique qui suivra de près la crise sanitaire risque d’être sans commune mesure avec celle de 2008. Deutsche Bank mentionne déjà la pire récession depuis la seconde guerre mondiale. Les mesures des Etats et banques centrales n’auront à n’en pas douter pour simple objectif que de maintenir la liquidité du système financier (rachat de dette sur le marché primaire et secondaire). En langage militant : sauver les banques.

Ils risquent pourtant bien de ne pas y arriver, le manque de liquidité émanant du bas (économie réelle à l’arrêt oblige) risque bien de finir de tout envoyer valser. Cela aura des conséquences terribles qui se chiffreront en morts (comme en Grèce) si la politique qui suit consiste en un choc récessif et des mesures austéritaires.

En tant que polytechniciens humanistes face à 2020 comme d’autres ont été face à 1929, nous devons proposer autre chose et profiter de ce temps de confinement pour réfléchir rapidement et sérieusement à une politique alternative. Après tout c’est la raison d’être de notre groupe.

Les quatre thèmes qui nous viennent à l’esprit sont les suivants :

  • réquisitions et nationalisation :La bourse s’est litteralement effondrée depuis un mois et certaines grosses entreprises stratégiques ne valent virtuellement plus rien (renault, thales, airbus, technip, etc). N’est-ce pas l’occasion de nationaliser (à prix de marché) pour :
    • mettre l’outil productif au service de la lutte contre le virus (production de respirateurs, de masques, et gel, …)
    • préserver cet outil productif et l’emploi associé des inévitables destructions qui suivront la crise
    • préserver ces entreprises stratégiques des appétits étrangers

    D’autre part, des unités de production pourraient être réquisitionnées (les usines sanofi par exemple) pour produire ce qu’il nous faut

  • banques et banque centrale
  • N’est-il pas temps de récupérer le contrôle de la banque de France et son pouvoir d’émission monétaire ? Ne faudrait-il pas faire un peu d’inflation plutôt que de la dette au secteur privé ?

    Faudra-t-il laisser tomber les banques commerciales ? A quel prix ? Que pourrons-nous en récupérer ?

  • indépendance alimentaire
  • Nous devons considérer le risque que certains pays faisant face à l’épidémie suspendent leurs exportations de produits alimentaires (je pense aux pays du sud qui risque d’être durement touchés et qui devront garantir la survie de leurs concitoyens). Comment modifier la structure de production agricole française pour garantir un niveau d’indépendance minimal ? Réduction de la production intensive destinée à l’exportation, variétés des cultures, …

    Comment s’extraire du droit américain des semences stériles commerciales (qu’un paysan puisse replanter une partie de sa récolte) ?

  • recherche fondamentale
  • Les lacunes de l’organisation de notre système de recherche, où des projets sur les coronavirus ont été abandonnés pour des raisons budgétaires vont sauter aux yeux des citoyens. C’est l’occasion de proposer un meilleur modèle, acceptant de travailler sur des sujets qui ne sont pas à la mode mais peuvent sauver des vies des années plus tard.

Nous proposons donc à ceux qui seraient volontaires de vous coordonner par groupe de travail (via skype ou autre messagerie instantanée) pour aboutir d’ici deux semaines à des brouillons de ce que nous ferions si nous devions gérer la crise.

L’urgence est réelle, soyons à la hauteur.

Si vous n’êtes pas membre du groupe mais que vous souhaitez contribuer, veuillez utiliser notre formulaire de contact.

Questions à Frédéric Lordon

Questions posées à Frédéric Lordon autour du thème : « Conditions de réalisation d’une alternative à l’ordre néolibéral ».

Playlist disponible ici.

Bloc 1

1. 1 : Convenir du mode opératoire. Si on part du principe que la cible visée est le système capitaliste et le néolibéralisme, dont l’hégémonie est indéniable, la question du mode opératoire pour son renversement n’est-elle pas fondamentale ? A savoir cette alternative peut-elle raisonnablement advenir au terme d’un processus électif classique dans le contexte français où l’arrivée au pouvoir de l’actuel président a largement réduit la capacité des partis de gauche à prétendre sérieusement à l’exercice du pouvoir (en supposant toutefois que ces partis de gauche soient le meilleur vecteur pour l’émergence de cette alternative) ?

1.2 Dans le cas d’une hypothèse peu probable d’une victoire de notre camp à moyen terme (2022 ou après), ça va tanguer sévère (médias, marchés, patronat, police), quelle articulation entre nos principes démocratiques et humanistes et la nécessité de la « guerre contre les blancs » et la violence fomentée par le mur de l’argent (pas seulement sur la scène financière ou bancaire mais aussi judiciaire voire « constitutionnelle ») ? Nos ennemis qui ne manqueront pas d’utiliser des « armes » (au sens large) très puissantes (cf. Amérique latine, Grèce, … : mensonges, violences, guerre des prix alimentaires, etc.). Autrement dit, on ne va pas mettre en place de goulag bien sûr mais quel comité de salut public construire et avec quels outils ?

1.3 Le thème porte à penser l’après et c’est important, crucial même, mais “l’actualité” depuis maintenant 1an étant ce qu’elle est, on a du mal à se sortir de la question préalable : comment renverser la table, le pouvoir en place qui la tient, pour s’y substituer et mener à bien l’alternative..
Militer, convaincre les gens pour gagner l’hégémonie culturelle, politique bien sûr, mais encore une fois vu l’ambiance on se dit que ça ne va peut-être pas suffire … et puis c’est un peu long, même si, l’accélération de l’histoire produit ses miracles.
Quelle moyens avons nous, lesquels sont envisageable, ne le sont pas ?
Exemple par deux grands points, au vu du contexte on se demande si :
Est-ce encore raisonnable de jouer le calendrier électoral ? (Présidentielle notamment principale élection d’importance…)
– Si oui, qu’en dire, que faire ?
La FI ayant donné espoir de pouvoir “gagner l’État” et amorcer le changement avant d’effectuer une sorte de retour en arrière lamentable post 2017)
On semble à nouveau se retrouver sans force politique constitué pour mener cette bataille, peut-on construire quelque chose d’ici 2022 ? (Un mélange de GJ et du mouvement social actuel ? et puisqu’il faut bien une figure/candidat, un Ruffin semblant pour un certain nombre pouvoir incarner la jonction, mais lui semble s’affairer a présent a plutot conquérir la petite bourgeoisie écolo type EELV … Ou alors Boulo ?)
– Dans le cas contraire, là encore que faire ?
Une Grève “générale” suffirait elle à faire basculer le pouvoir ?
Valable en partie pour 36 et 68 semble-t-il, mais aujourd’hui ? Face a un pouvoir jusqu’au-boutiste qui a l’air de préférer l’escalade de la répression et avec des années de défaites précédentes.
Comment y résister, et sortir vainqueur alors ?
Les forces n’étant pas inépuisables ne faudrait-il pas inévitablement frapper vite et fort ? Très, fort.

1.4 Dans votre nouveau livre “Vivre Sans ?” vous remettez au goût du jour l’idée de grand soir.
Pourtant dans un précédent livre “Capitalisme Désir et Servitude, Marx et Spinoza” vous disiez p. 198 :
“Aussi «le libre épanouissement de chacun, condition du libre épanouissement de tous» est-il une affaire moins simple que ne le suggèrent Marx et Engels dans le Manifeste, et le meilleur moyen de sauver l’idée d’émancipation est sans doute de rompre avec l’idée du grand soir de l’émancipation, irruption soudaine et miraculeuse d’un ordre de rapports humains et sociaux tout autres.”
Est-ce une évolution de votre part ou bien trouvez-vous compatible ce que vous dites actuellement avec ce que vous disiez jadis ?
Mon objectif n’est pas de vous mettre face à vos contradictions par vous embêter mais bien de comprendre votre cheminement intellectuel et ce qui motive ses éventuelles évolutions.

Bloc 2

2.1 Constitution d’une masse critique organisée. Le système actuel, compte tenu de sa puissance extrême, ne peut laisser sa place que face à une remise en cause massive des populations. Or les mouvements revendicatifs sont très hétérogènes, volontairement indépendants, et probablement peu efficients sur la durée. N’est-il pas nécessaire de canaliser cette énergie d’une manière ou d’une autre ? Et si oui comment ?

2.2 Comme vous le suggérez en fin de votre livre, ou le développez plus dans des interventions comme celles chez “Hors Série”, si on devait résumer la ligne à tenir, ce serait donc : “la force doit venir de la rue, et quand bien même un gouvernement progressif de gauche devait parvenir au pouvoir, il faudra qu’on y adosse une farouche menace populaire pour qu’il sache qu’il n’a pas d’autre issue que de tenir tête au capital”, et comme vous le notez avec un certain “vertige”, se pose la question de la violence. En deux mots : “aux armes”, symboliquement – ou pas. Même si j’en partage l’analyse, ne pensez-vous pas que c’est précisément la raison qui explique le succès d’une pensée du “vivre hors”, de la “sécession” , plus que du “grand soir” que vous lui opposez (ou du moins dont vous appelez à ce qu’elle se complète) ? J’entends par là le fait que la “prise d’armes”, la question de la violence – la révolution en un mot – engage, et engage fortement sur le plan judiciaire. Ne pourrait ce pas être là ce qui en dissuade, et en contraste donne du crédit à l’espoir d’une sécession “sans risque” (entre guillemets car on sait ce qu’il advient des ZAD au niveau de la répression, mais au moins ce risque est reporté à plus tard, moins immédiat) ? Finalement là encore la question n’est-elle pas comment vaincre la peur polico-judiciaire ?
On pourrait arguer que quand le peuple est dos au mur il n’a plus peur (“ils nous ont tout volé même la peur” lisait-on au Chili), mais n’est-ce pas attendre trop tard ? Si une révolution tarde à venir, ne risque-t-elle pas d’être d’autant plus propice à être rattrapée par toutes les éventualités, en particulier les moins progressistes ?
14. Vous avez déclaré que vous étiez un penseur et pas un homme d’action, de mémoire, peut-être après le relatif échec de “Nuit Debout”. N’est-ce pas l’action qui manque aujourd’hui, et pas la pensée ni le diagnostic ? Qu’est-ce qui vous empêche d’être un homme d’action ? Ce qui vous en empêche serait-il aussi ce qui en empêche tous les autres ? Et dans ce cas, ne faut-il pas tenter de le dépasser ?

Bloc 3

3.1 Poser le problème et partager l’analyse. Les masses susceptibles de se mobiliser pour cette alternative (type gilets jaunes, infiltrés et autres corporations) ne devraient-elles pas se doter au préalable d’une compréhension objective de base des mécanismes actuels à l’œuvre dans la société de manière à inscrire leurs revendications dans un ensemble théorique qui les renforce ? Si oui, comment organiser à grande échelle ce partage d’analyse ?
3.2 Au vu de la faillite des partis et syndicats de gauche, quelle solution voit-il pour faire émerger des cadres politique du peuple ?

Bloc 4

4.1 Supposons que le peuple se soulève et balaye les institutions actuelles en profondeur. Le nouvel état qui surgira après une inévitable période de transition aura tout de même besoin d’une police. D’une police probablement très différente de celle d’aujourd’hui, mais d’une police quand même. Comment la former sinon en réutilisant les policiers actuels ? Dans le cas contraire, que faire de ces policiers aux compétences souvent limitées à leur mission ? Par ailleurs, le chemin que prennent les choses est celui d’un affrontement, avec la police (actuelle) placée en gardien en dernier ressort des institutions du capital. Si l’on place la police hors du peuple, ne prend-on pas le risque d’un affrontement encore plus brutal ? Ne vaudrait-il pas mieux l’affaiblir de l’intérieur dès aujourd’hui en l’affectant positivement (toute entière ou au moins des parties) et en répétant que leur camp est celui du peuple ? La sédition de la police, si elle est encore possible, n’est-elle pas le moyen le plus sûr et pacifique d’aboutir à la bascule et de garantir la suite ?

4.2 Dans votre dernier livre, vous identifiez ce que vous nommez le bloc “état-police-médias-finance”. Et, plus loin (bas de page 180), à propos des enjeux auxquels aurait à faire face un mouvement de renversement du capital, vous dites : “les urgences simultanées d’un tel gouvernement [de renversement] sont celles d’un double arraisonnement immédiat : de la finance et des médias du capital”. Quid donc de la police identifiée plus haut ? N’aura-t-on pas justement un problème de conflit direct avec la police lors d’un tel mouvement ? Je sais pourtant que, pour vous citer, “vous ne vous racontez pas d’histoires” sur ce sujet-là, et avez très précisément identifié (notamment dans votre discours “la révolution ne sera pas un pique-nique (d’une étroite ligne de crête)”) le besoin de l’organisation voire de “l’armée” (entendue dans un sens potentiellement révolutionnaire) pour opposer une force d’égale intensité à celle qui ne manquerait pas de s’exercer en retour – et à commencer par celle de la “vraie” armée. Pourquoi donc ne pas/plus en faire mention dans ce dernier ouvrage ? Est-ce un simple “oubli”, ou considérez-vous que le problème principal réside désormais bel et bien avant tout dans le couple finance-média, plus que dans le triptyque finance-média-police ?

Bloc 5

5.1 Dans une alternative dans laquelle le salariat et le capitalisme (privé ou étatique) n’existent plus, comment imaginer conduire des projets d’infrastructures majeurs?
Comment attirer et conserver suffisamment de travail humain (des milliers d’ouvriers qualifiés) et d’argent (les milliards pour acheter des matériaux à l’étranger et payer les travailleurs) sans salariat ni endettement ?

5.2 Si l’on envisage les conditions de réalisation d’une alternative à l’ordre néolibéral, il va se poser la question de la logistique, c’est à dire du fonctionnement concret des réseaux technologiques qui font tourner notre société.
En effet, l’ordre du monde tel qu’il est repose sur un capital matériel
massif, formés d’ordinateurs, de réseaux de communication, mais aussi de réseaux électriques, d’alternateurs, de machines-outils, de pièces de rechange en acier spéciaux, d’huile de vidange et de graissage.
Bref, d’une multitude de produits industriels, de haut niveau, ou absolument triviaux.
Dans nombres de cas, les éléments chimiques, raffinés ou bruts, ne sont plus disponibles chez nous, les gisements étant épuisés, ou considérés comme non rentables. Les savoir-faire pour les extraire ou les purifier ont alors disparus, et ne peuvent être réappris rapidement: ils résultent en effet d’apprentissage par essais et erreurs, souvent dangereux et par des savoirs tacites conservés par les corps professionnels les produisant.
Dans un nombre non négligeable de cas, il est difficile de revenir sur un progrès technologiques, car il ne s’agit pas simplement d’un confort aisément substituable.
Songeons par exemple aux appareils d’IRM, dont la technologie repose sur l’utilisation de bobinages supraconducteur, utilisant des cryostats à hélium liquide.
Dans ce cas-là, prenons l’exemple de la production d’hélium. Elle est
extrêmement concentrée: les deux principaux producteurs sont les États-Unis et le Qatar (ce dernier extrait avec 2 usines 25% de la production mondiale de cet élément).
On voit donc le problème qui surgit: comment ne pas être pris dans les grandes stratégies, de l’hégémon mondial Américain ou des wanabee hégémons comme la Chine?
Comment ne pas se perdre dans une stratégie impériale pour sécuriser l’approvisionnement en ces éléments stratégiques?
Comme ne pas être piégé par des corps techniciens, dont les compétences souvent complexes et difficiles à acquérir se retrouvent concentrées dans certains classes sociales, qui ont ainsi un moyen efficace de pression contre des changements radicaux les concernant?

Bloc 6

6.2 En m’appropriant votre grille de lecture spinoziste, ou du moins ce que j’en ai compris, à savoir que la multitude exerce une puissance sur elle-même, qui se cristallise en institutions et est capté et utilisé par la suite par des corps (sociaux ou humains) pour parvenir à leur fins (je résume), j’en suis venu à m’intéresser à la monnaie comme institution, au sens de ce cadre théorique, car c’est l’une des institutions les plus fondamentales des sociétés humaines.
Sur le sujet de l’Euro je ne vois pas un corps social mais bien 19 et je n’arrivais pas à faire rentrer une institution commune à 19 corps sociaux séparés dans le cadre théorique de la potentia multitudinis (si vous avez une explication ne vous gênez pas). Mon intuition était que ce que l’on appelle l’Euro n’existe pas vraiment, qu’il s’agit fondamentalement de 19 monnaies s’échangeant à 1 pour 1 dans un système de coordination avec à sa tête la BCE.
Pour ça il existe plusieurs indices:
– les banques privées ont toujours leurs compte de réserve au sein de leur seule banque centrale nationale.
– la seule chose logé au sein de la BCE sont les comptes TARGET2 des BCN.
– Les bons du trésor de chaque pays, acheté au travers du programme OMT, sont acheté et détenu par chaque BCN.
Toutes ces petites choses (et quelques autres) semble pointer le fait que les BCN ont gardé tous leur pouvoirs de création monétaire et confirme mon intuition.
Ma question pour vous est, si l’on admet que l’Euro n’est qu’un système de coordination technocratique, est-ce que la mesure prioritaire d’un gouvernement de la vrai gauche, en prévision du point L à venir, ne serait pas de prendre le contrôle plein et entier de la banque de France (et d’avoir quelques personnes capable de le faire techniquement)? Et surtout, la sortie de l’Euro ne serait peut-être, dans ce cas-là, plus une absolue nécessité ?

“Emmanuel Macron, vous avez le devoir de sauver Alstom !” : l’appel de 32 polytechniciens pour l’industrie française

Alors que General Electric a annoncé la suppression d’un millier d’emplois chez Alstom, 32 polytechniciens demandent au gouvernement d’intervenir…


Récapitulons. En septembre 2015 General Electric (GE) prenait le contrôle de la division énergie d’Alstom, à l’issue d’un incroyable thriller politico-industriel dans lequel l’actuel président de la République M. Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, joua un rôle de premier plan.

Alors qu’en mai 2015, GE s’était engagé à créer 1000 emplois en France d’ici la fin de 2018, il annonçait en octobre 2017 la suppression de 350 emplois dans les turbines hydroélectriques de Grenoble, puis en juin 2018 qu’il ne tiendrait pas ces engagements de création d’emplois. 48 heures à peine après les élections européennes de 2019, GE annonçait la suppression de plus d’un millier d’emplois à Belfort. Le 28 mai les syndicats dénonçaient une “bombe sociale” lors d’une réunion avec Hugh Bailey, nommé Directeur Général de GE France le 22 avril et précédemment conseiller pour les affaires industrielles d’Emmanuel Macron quand il était ministre de l’Économie.

Après plusieurs mois de manifestations et de blocages du site de Belfort, une majorité des salariés votèrent pourtant le 21 octobre en faveur du plan social élaboré par la GE en étroite concertation avec le gouvernement. Selon Philippe Petitcolin, du syndicat CFE-CGC[1], le nombre d’emplois supprimés fut négocié directement par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le PDG américain de GE.

Faudrait-il dès lors considérer, comme certains s’empressent de le conclure, que cet accord apporta un épilogue satisfaisant à ce qui n’aurait finalement été qu’une histoire douloureuse mais inévitable ?

L’Affaire ALSTOM serait-elle close ?

Nous, 32 ingénieurs anciens élèves de l’Ecole Polytechnique, à qui la République française fit l’honneur d’offrir une formation scientifique et technique de bon niveau afin que nous la mettions au service de la Nation, de son industrie et de l’État, ne le pensons absolument pas.

Tout d’abord, l’accord signé le 21 octobre ne garantit aucunement la pérennité de l’activité Turbines. Elle se décline en effet en turbines à combustion (gaz, fuel, biométhane), turbines à vapeur et turbines hydrauliques. C’est une activité stratégique pour la France, tant dans la perspective de la transition énergétique à venir, que pour la maîtrise de la propulsion de ses sous-marins nucléaires ou la maintenance des 58 centrales nucléaires. Il serait irresponsable et suicidaire de la découper en rondelles et de délocaliser les turbines à gaz en Hongrie, comme la direction de GE l’a décidé en mai dernier[2]. “On ne doit pas descendre les effectifs en dessous de 1 400 salariés dans l’activité turbine à gaz”, prévenait Francis Fontana, syndicaliste à SUD. Or la direction de GE ne s’engage dans l’accord qu’à maintenir pendant 12 mois cette activité à Belfort, jusqu’à l’affectation du personnel sur de nouvelles productions, et pour ensuite persister à la délocaliser en Hongrie ! La CGT, non signataire de l’accord, considéra fort logiquement ce point comme un casus belli, anticipant qu’un départ de la fabrication des turbines serait synonyme de mort programmée pour Belfort [3]. Rien n’est donc réglé.

Nous estimons qu’il faut absolument revenir sur l’origine des fautes stratégiques qui ont conduit à brader à nos concurrents américains l’un de nos principaux fleurons industriels

De façon plus générale, nous estimons qu’il faut absolument revenir sur l’origine des fautes stratégiques qui ont conduit à brader à nos concurrents américains l’un de nos principaux fleurons industriels. Alstom était en effet très loin d’être un « canard boiteux » : il détenait la bagatelle de 20% du parc mondial des turbines à vapeur, 30% du parc nucléaire mondial, et était numéro un mondial pour les centrales hydrauliques et charbon[4]! Or les mêmes causes produiront à l’avenir les mêmes effets, si aucune correction structurelle n’est apportée.

La faute la plus évidente et la plus lourde tient à la propension des actionnaires français à privilégier la finance à l’industrie, et les profits financiers à court terme aux stratégies industrielles.

Une première conséquence en fut le démantèlement des conglomérats industriels, dans une logique de rentabilité financière accrue et de lisibilité au profit des marchés financiers. Ceci a durablement affaibli notre tissu industriel, les “Pure Players” issus de ces découpes ainsi que l’écosystème de leurs sous-traitants étant plus exposés aux cycles conjoncturels et aux prises de contrôle, là où les conglomérats pouvaient les en protéger par leur taille et en « lissant » les bas et les hauts de cycles.

Jusqu’en 1998 les activités Energie et Ferroviaire d’Alstom faisaient en effet partie du plus puissant conglomérat industriel français, la CGE, alias Alcatel-Alsthom. La CGE était un leader mondial dans les Télécoms, les câbles, l’ingénierie électrique, l’énergie, le ferroviaire, le nucléaire, les chantiers navals. Son PDG Serge Tchuruk décida de démanteler le groupe, de recentrer Alcatel sur les télécoms, et de vendre en bourse la majorité du capital d’Alstom en ponctionnant au passage un dividende exceptionnel de 5 milliards d’euros. Financièrement exsangue, Alstom était en faillite en 2003. L’État sauva alors Alstom en entrant à son capital, puis revendit dès 2006 sa participation au groupe Bouygues, laissant Alstom isolé et fragilisé face à concurrence de GE et Siemens.

Une autre illustration de la logique fondamentalement financière à l’œuvre dans l’affaire Alstom est le dividende monumental versé à Bouygues (de 1,6 à 2,5 milliards d’euros selon les estimations) … à l’évidence le principal objectif économique visé par son démantèlement !

Macron alla jusqu’à défendre GE durant l’enquête de la direction de la concurrence de la Commission européenne

Une autre faute majeure tient à l’abandon par la France de la défense de ses industries stratégiques. Rappelons que le coup fatal pour Alstom vint des USA. Le 14 avril 2013, Frédéric Pierucci, directeur de la division chaudières, fut arrêté à New-York. Dans son livre, Le Piège américain, il explique que la vente d’Alstom à GE fut le résultat d’une action coordonnée du DoJ (Ministère américain de la Justice) et de GE. Arguant de ses droits extravagants d’extraterritorialité, le DoJ menaça Alstom d’une amende monumentale et son PDG Patrick Kron de prison. En échange d’une amende réduite et de l’oubli des poursuites judiciaires pour ses cadres dirigeants, Alstom devait céder sa branche Energie / Turbines à GE. Patrick Kron, directement menacé à titre personnel, se rallia à l’offre de GE…

Le ministre de l’Industrie Arnaud Montebourg s’opposa à la manœuvre. Le 5 mai, il rejeta l’offre de reprise de la branche Energie d’Alstom par GE et lui proposa un accord croisé avec ses activités Ferroviaire. Le 15 mai, il fit publier le Décret relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable. Le 28 mai, GE s’engageait à créer les fameux 1 000 emplois en France, et le 19 juin, présentait une offre améliorée dans laquelle l’Etat français disposait d’un droit de veto dans la coentreprise Energie. Mais le 26 août Emmanuel Macron succédait à Arnaud Montebourg, et les avancées obtenues furent oubliées. Macron alla jusqu’à défendre GE durant l’enquête de la direction de la concurrence de la Commission européenne, et GE put acquérir le pôle Energie d’Alstom avec les mains entièrement libres.

Le recul industriel de la France

Ceci nous rappelle que les Etats-Unis d’Amérique sont certes un allié historique mais aussi un Etat souverain qui défend ses propres intérêts, n’hésitant pas à mettre sa puissance financière et militaire au service direct de ses grandes entreprises. Force est de constater que ce n’est plus le cas de la France aujourd’hui.

Gagnés à l’idéologie néo-libérale donnant la priorité au libre-échange et à la « concurrence libre et non faussée », littéralement colonisés par les représentants des grandes banques et des marchés financiers, l’État et notamment Bercy ont encouragé ces tendances, allant jusqu’à supprimer le Ministère de l’Industrie.

Du recul industriel de la France résulte un déficit commercial structurel qui ne se dément plus depuis 15 ans. Plutôt que s’y attaquer, les gouvernements successifs ont préféré « adapter » l’économie et la société en organisant, de concert avec les dirigeants des grandes entreprises, une régression sociale permanente, à coups répétés de réforme du code du travail, des régimes de retraite, de la sécurité sociale ou du système de santé.

Il est plus que temps de tirer la sonnette d’alarme, d’arrêter de se satisfaire de discours aussi doucereux que mensongers, et d’exiger des actions déterminées.

Les manquements répétés de GE à ses engagements, le besoin qu’a la nation française des compétences et des ressources industrielles d’Alstom/GE, exigent que cette activité stratégique soit placée au moins temporairement sous le contrôle national, par la dénonciation du contrat, la réquisition ou la nationalisation. L’État sut le faire en 2003, et nul ne soupçonna alors Nicolas Sarkozy d’être un adepte du communisme de guerre… Son successeur Emmanuel Macron, par ailleurs directement et personnellement impliqué dans ce désastre, a aujourd’hui le devoir de protéger les salariés et l’indépendance stratégique nationale.

L’Affaire Alstom n’est pas close. Assez de discours, des actes

Le cas ALSTOM / GE est exemplaire à plus d’un titre. Sauver cette activité et ses milliers d’emplois industriels est stratégiquement nécessaire et politiquement possible. C’est économiquement sensé, vu les besoins mondiaux en matière de transition énergétique, et financièrement très largement à la portée de l’Etat français. C’est aussi mettre un coup d’arrêt à la dynamique effrayante de liquidation de l’industrie française à laquelle nous assistons depuis quelques années, et démontrer qu’une politique industrielle digne de ce nom est encore possible dans notre pays.

M. Macron, vous êtes aujourd’hui au pied du mur. L’Affaire Alstom n’est pas close. Assez de discours, des actes.

Article initialement publié dans Marianne, signé par 32 polytechniciens de toutes promotions.